top site

top site

top site

top site




INFORMATIONS ▲
▬ Nous recherchons activement des marqués et humes, merci de privilégier ces classes ♥
▬ Le premier event, bal organisé par le couple royal, à débuté. Soyez nombreux à participer !

Partagez|

La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière. [PV GORDON]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
» Elizabeth Fawkes
Reion Suprême

avatar
Reion Suprême


Messages : 388
Date d'inscription : 29/03/2015
Pouvoir : Projection
Classe : Réions Suprême
Pins : 245

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière. [PV GORDON] Sam 6 Juin - 12:34


 ❝La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière❞

feat. Gordon M.



Il est déjà tard alors que le roi est encore autour d'une table à débattre d'une décision en essayant de convaincre le plus de personne possible de s'allier à sa cause. Elizabeth était seule dans sa chambre il y a encore quelques secondes jusqu'à ce qu'elle décide de prendre la poudre d'escampette et de se carapater hors du château familiale. Ni une ni deux, elle file dans son dressing et se dépêche d'enfiler l'une de ses capes noires, brodées de fils rouges. Pour l'instant, sa capuche pend dans son dos comme si de rien n'était mais dans quelques minutes, la Reine l'enfilera pour cacher son visage et perdre son statu pour se mêler à la foule de la ville. Elle sourit à cette idée, mais pas tout de suite. Elle doit d'abord prévenir le roi, elle le sait inquiet lorsqu'elle n'est pas là où elle devrait être. Elle s'avance dans un des longs couloir de la demeure jusqu'à faire face à la porte du conseil. Des voix fortes, celle du Roi domine légèrement celle des autres. Eli comprend que ce n'est pas le moment d'intervenir. Elle fait demi tour et retourne dans sa chambre, attrape une plume et un bout de papier.


Comme à son habitude avant de sortir (lorsqu'elle prévient du moins) elle pose ce petit morceau de papier caché dans un coin de leur chambre. À la 23ème page d'un livre rangé parmi tant d'autre. Le Roi sait où trouver ce qu'elle sème avant de s'en aller. Elle claque les pages, replace l'épais manuel et quitte la pièce sans se retourner. Un couloir, un second, des escaliers, un nouveau couloir, une porte passée puis une autre et encore une et la voilà hors de la maison royale. Le temps est moche, le ciel est couvert et les nuages menacent d'exploser en orage. Elle sourit et serre dans l'une de ses manche le carnet à croquis qu'elle a emmené avec elle. D'un geste sec de la main, elle lance sa capuche sur sa tête pour se couvrir le visage. Tête baissée, elle quitte les jardins du château et s'élance en direction de la ville.

Elle a une petite idée en tête de la direction où elle veut aller. Rendre visite à son père. Enterré dans le cimetière publique avec ses autres proches et autres membres de sa famille, son père demeure là haut depuis presque un an aujourd'hui. Pour un peu, elle aurai hésité à amener des fleurs mais préfère ramener les croquis qu'elle a fait dernièrement. C'est mieux comme ça. Elle déambule dans les rues, regarde la foule comme une gamine émerveillée et sent les gouttes de pluies commencer à s'abattre sur son vêtement. Elle sort une main de ses longues manches pour la tendre devant elle et sent l'eau couler sur sa peau. Plus que quelques mètres et elle apercevra le cimetière.

Elizabeth se retourne et essaie de voir s'il y a quelqu'un qu'elle connait. Personne aux horizons. Elle accélère légèrement la cadence et fait face aux grandes grilles qui protègent la zone. Le fer glacé lui arrache un frisson alors qu'elle pose ses doigts sur l'un des barreaux pour pouvoir entrer. Eli prend soin de refermer derrière elle et lance un regard aux alentours. Aucun bruit si ce n'est celui de la pluie contre le sol et les feuilles des arbres. Rapidement, elle déambule dans les allées qu'elle connait par coeur. Son regard s'attarde sur quelques noms qui ont marqués son passé, elle a l'impression d'avoir laissé une petite partie d'elle accrochée à plusieurs endroits différents.

La tombe de son père lui fait maintenant face. Elle se baisse et s'assied face à celle ci. Les fesses au sol, les jambes recroquevillées contre sa poitrine en position foetale, elle croise ses bras autour de ses genou et observe silencieusement la photo de son père accrochée à la tombe. Le gravier humide et gelé lui glace la peau mais elle s'en fiche, son regard est plongé dans celui de son père, immobile. Elle a l'impression que quelqu'un l'observe, de ne pas être seule, mais c'est souvent la sensation qu'elle ressent quand elle est ici. Alors elle n'y prête pas attention et commence à murmurer quelques mots incompréhensibles à son père.



@Eques sur Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Gordon Murdoch
Marqué

avatar
Marqué


Messages : 65
Date d'inscription : 22/05/2015
Pins : 35

MessageSujet: Re: La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière. [PV GORDON] Jeu 11 Juin - 10:33
















La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière.

Ft. Elizabeth Fawkes






Ce n'était pas un oubli, cette fois, on m'avait explicitement demandé de ne pas être là. Ce que j'avais accepté sans rien ajouter, par respect.

Après environ soixante-dix années, mère s'était finalement éteinte. Et si mon absence désirée ne m'avait pas surpris, une semaine après la cérémonie, je m'étais laissé penser qu'il serait tout de même moral de ma part de me recueillir devant la tombe de la défunte. Ce que je fis donc. J'étais arrivé de très bonne heure, pensant que j'aurais besoin de temps pour je ne sais quoi... Mais finalement, ce temps que j'avais devant moi ne fut utilisé qu'à m'asseoir face à cette pierre tombale, et de sortir une bouteille de mon sac. Ne délaissons pas les morts, pensais-je. Le premier verre fut pour cette vieille épave sous terre, puisque je versais l'équivalent d'un verre (un peu moins en fait, j'étais contre le gaspillage). Puis ce fut mon tour. Chaque pensée ou souvenir était accompagnée d'une gorgée ; et puisque j'étais en train de me remémorer chaque souvenir depuis ma naissance, autant vous dire qu'une seule bouteille n'aurait su suffire. Mais j'avais prévu le coup.

Étrangement, en étant ici, j'avais comme une impression de tendresse lors de mon enfance. La sensation qu'elle m'avait protégé du mieux qu'elle l'avait pu... Mais que petit à petit, elle avait abandonné cette mission. La mission d'une mère.
Les gorgées et bouteilles défilèrent pendant une bonne heure, après quoi je me levais avec difficultés. Finalement, cette visite ne m'avait rien apporté si ce n'est de la rancœur. Plus tout à fait sobre, je m'éloignais de cette vieille peau décédée, puis, avec toute la précision que me permettait mon état, jetais avec fureur la bouteille vide que je tenais sur la pierre tombale. Je ne pris même pas la peine de vérifier si ma cible avait été touchée ou non, le simple bruit du verre éclatant me suffis à me satisfaire de mon lancer. Après ce moment d'action intense, je me mis à tituber pour retrouver la sortie du cimetière. Mais plutôt que la sortie, ce fut autre chose que je me mis à suivre, en toute inconscience je crois. Quelque chose de... Prestigieux. De grands. De vague. De complexe. D'intouchable. Une odeur, doublée de murmures. Je me retrouvais finalement à quelques mètres de la silhouette à qui appartenait ces murmures et cette odeur. Et je demeurais ainsi, sans bougé durant plusieurs minutes, comme apaisé par cette présence.

Mais je n'étais pas assez sobre pour être poli et respecté le recueillement que s'offrait cette mystérieuse silhouette.  L'estomac retourné par ce que je venais d'ingérer, ma main vint s'appuyer sur la pierre tombale la plus proche pendant que j'étais penché au dessus du pied de celle-ci, rendant une bonne partie de la dernière bouteille que j'avais sifflé, sans aucune discrétion bien au contraire et ce malgré moi. Ce petit spectacle dura bien cinq bonnes minutes, après quoi, les yeux humides, l'haleine pas très fraiche et le crâne menaçant d'exploser, je relevais la tête pour lire le nom inscrit sur la pierre tombale. Ashiro ; j'espère que ce n'est pas de sa famille pensais-je en me retournant vers cette fameuse silhouette.

 
_Désolé pour ça, lançais-je à l'inconnue.


 









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Elizabeth Fawkes
Reion Suprême

avatar
Reion Suprême


Messages : 388
Date d'inscription : 29/03/2015
Pouvoir : Projection
Classe : Réions Suprême
Pins : 245

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière. [PV GORDON] Ven 3 Juil - 13:12


 ❝La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière❞

feat. Gordon M.



Elizabeth murmure des mots incompréhensibles en direction du portrait de son père. Elle ne le quitte pas des yeux, comme si elle avait peur de le perdre du regard. Mais ses paroles silencieuses sont interrompues par le bruit d'un verre qui explose. Elle fronce instantanément les sourcils sous la cape qui lui couvre le visage. C'est un cimetière, qui a bien pu s'amuser à casser quoi que ce soit ici ? Sérieusement ? Elle secoue la tête et soupire.

Mais le bruit se calme. Apparement, l'inconnu s'est contenté de casser quelque chose avant de quitter l'endroit ? Eli tend l'oreille en espérant être seule. Jusque là, tout ce qu'elle entend, ce sont des bruits de pas irréguliers et le vent qui danse entre les tombes. Sauf que les pas se rapprochent. Elle ferme les yeux pour mieux entendre. Évidemment, elle est tentée de faire apparaitre une illusion sur sa cape pour la dissimuler, la rendre invisible. Mais elle n'est pas d'humeur et, aux bruits qui raisonnent derrière elle, elle sait que l'inconnu l'a sûrement déjà repérée.

Eli tend une main derrière elle pour s'appuyer et se retourne. Un homme titubant avance dans sa direction. Il semble ouvrir la bouche pour lancer un mot mais son estomac lui joue un tour et c'est, à toute vitesse, que l'inconnu se retourne pour vomir sur la première tombe qui passe à côté de lui. Ce qui d'habitude aurai plutôt tendance à faire compatir la jeune reine, la fit aujourd'hui sourire. Simplement parce que la tombe sur laquelle le vomi s'étale petit à petit est celle de la fille d'un voisin peu apprécié par la jeune femme.

Elizabeth observe le spectacle quelques secondes avant de sortir son carnet à croquis de sous ses manches. La pluie s'est nettement diminuée, presque complètement arrêtée. Alors pendant que monsieur fait son affaire, elle en profite pour le croquer. Elle ne sait pas son histoire ni son identité, mais elle suppose que, pour être saoul dans un cimetière, c'est qu'il doit avoir une raison particulièrement attristante. Après, il n'avait pas l'air des plus malheureux, ni en dépression ni à deux doigts de se couper les veines donc évidemment, la jeune femme ne sent pas coupable de le dessiner.

Mais plutôt que de le croquer dans cet état peu avantageux, Eli hésite quelques secondes. Rapidement (enfin dans les cinq minutes où l'inconnu rend tout ce qu'il a avalé) elle trace son visage, sa barbe, ses cheveux longs et rasés sur le côté. Elizabeth le dessine debout derrière un bar, une bouteille à la main et une chope dans l'autre. Un sourire un peu chonchon sur ses lèvres, le genre de sourire qui veut dire "j'suis heureux, mais j'ai pas l'habitude alors c'est un peu maladroit". Elle profite du temps qu'elle a pour dessiner derrière lui plusieurs bouteilles en tout genre, des verres qui pendent. Derrière son comptoir, on ne peut pas voir sa taille, en sachant qu'il est nain on ne sait pas si c'est le bar qui est bas ou si c'est lui qui est sur une estrade. Eli use les quelques dernières secondes où l'inconnu est encore penché sur la tombe Ashiro pour parfaire les détails de ses vêtements, de sa barbe mais surtout de son sourire.

Sortie de ses pensées par la voix de l'inconnu, elle relève la tête instantanément en le voyant se retourner et s'excuser. Ses yeux sont humides, brillants, il se frotte la tête comme pour la soulager. Ah les joies de l'alcool. Eli sourit, légèrement, juste un sourire en coin compatissant parce qu'évidemment, on est tous passé par là un jour.

- Pas de soucis..

Elle penche la tête quelques secondes sur sa feuille, maintenant qu'elle voit mieux son visage, elle le compare à son croquis et est assez satisfaite. Elle relève la tête en direction de l'inconnu alors que sa cape couvre toujours la moitié de son visage. Elle la sent, le remarque et la relève légèrement avant de tendre le carnet à croquis en direction de son interlocuteur, toujours en gardant le silence.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière. [PV GORDON]

Revenir en haut Aller en bas

La certitude de n'être pas seul qui console même dans un cimetière. [PV GORDON]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COLIN'S ISLAND :: Extérieur de la ville :: Le cimetière-