top site

top site

top site

top site




INFORMATIONS ▲
▬ Nous recherchons activement des marqués et humes, merci de privilégier ces classes ♥
▬ Le premier event, bal organisé par le couple royal, à débuté. Soyez nombreux à participer !

Partagez|

Pris la main dans... La pâtisserie ? [Jessamine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Reion


Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2015
Pouvoir : Déplacement instantané
Fiche : http://kings-society.forumactif.com/t380-abe-jarva-urquine-fini
Relations : A venir...
Classe : Reion
Pins : 77

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Pris la main dans... La pâtisserie ? [Jessamine] Ven 11 Sep - 19:25

La beauté du quartier riche tient à l'odeur qui règne aux portes du restaurant 5 étoiles de la ville. A l'heure du déjeuner ça n'est pas rare de voir Abe traîner dans le coin faisant mine de marcher pour aller quelque part, le jeune homme avait pris la mauvaise habitude de piquer des trucs. Pas grand chose en général mais pour sa défense on devait reconnaître que leurs pâtisseries étaient à tomber par terre. Et oui c'est vrai que la gourmandise est un vilain défaut mais le blondinet avait réussit à se déculpabiliser en se disant qu'on ne ferait pas tout un fromage d'un ou deux desserts en moins. -sans mauvais jeu de mots- Alors de temps en temps quand ses pas le menaient aux abords des boutiques de luxes et que l'heure s'y prêtait bien la tentation était trop forte. Depuis quelques temps cependant Abe se méfiait. Il craignait que certaines personnes ne commencent à l'avoir à l’œil, notamment le patron du restaurant. Toutefois le proverbe ne dit-il pas : "pas vu, pas pris" ? Bien que ce soit un peu plus compliqué que ça...



De toute façon le chenapan n'en était pas à son premier larcin, ce n'était plus la peine d'avoir des remords puisque ça ne l'avait pas empêché de récidiver jusqu'à présent. Il prit à droite sur la ruelle perpendiculaire au restaurant et une fois certain que personne ne le voyait la magie n'avait plus qu'à opérer. Lorsque son don s'activait Abe se sentait comme aspirer puis les choses se mettaient à ressembler à un tableau dans lequel les choses bougeraient au ralentit. Il pouvait bien évidemment réguler sa vitesse mais en général son entourage lui semblait très lent une fois son pouvoir activé. Il prit le chemin inverse et entra dans le restaurant sous l'emprise de son pouvoir. Le commun des mortels n'arrivait pas à le voir dans cette situation et la plupart des Reions le voyait mais étant trop rapide la plupart attribuait ce genre de situation à quelque chose qu'ils avaient "probablement imaginé". Cela lui était tout à fait favorable. D'un autre côté quand son chemin avait croisé celui de quelqu'un pouvant le voir se déplacer Abe était tombé de haut.


Il avait plutôt l'habitude de l'endroit et savait exactement où se diriger mais la tâche était toujours des plus ardues avec le passage de tous les serveurs et la disposition des tables ça ressemblait à un labyrinthe de gens. Il esquiva un serveur, passa de justesse sous le plateau chargé d'une seconde serveuse et esquiva un client qui allait aux toilettes. Une fois dans la cuisine le jeune homme prit son temps, malgré que tout lui semble ralentit la chaleur était désagréable et on sentait la tension du travail "bien fait et parfaitement fait" car c'est bien le lot des grands cuisiniers. Il se dirigea vers la paillasse des pâtissiers et se servit au nez et à la barbe de la jeune cuisinière si l'on peut dire. Il faut reconnaître que le goût d'un paris-brest confectionné par un talentueux artisan avait de quoi faire fondre le cœur le plus gelé. Il coinça le dessert dans sa bouche et entreprit de faire demi-tour. Faisant volte face le jeune homme se retrouva nez à nez avec un imposant cuistot au ventre bedonnant qui venait dans sa direction mais la surprise créa dans son pouvoir une sorte de distorsion. Si la concentration de l'utilisateur s'envole alors tout part en vrille et dans son cas c'était peu dire.


Si l'activation de son don semble aspirer Abe, le retour à la "réalité" créé exactement l'inverse. Il est comme propulsé par la différence de vitesse avec l'instant d'avant. Tel est prit qui croyait prendre. Le voleur du dimanche parti dans un roulé boulé renversant sur son passage une pauvre serveuse, chargée de trois assiettes bien garnies, qui se retrouva sur les fesses, couverte de nourriture. Quant à lui sa course se finit non loin de l'entrée des cuisines dans le restaurant où tous les clients s'étaient tu et regardaient dans sa direction visiblement intrigués par tout ce remue-ménage. 


Le plus curieux c'était que la pâtisserie n'avait rien, toujours coincée dans sa bouche. Abe en croqua un morceau et dit avec un sourire gêné.

"Je vous assure, ce n'est pas ce que vous croyez."

Une main l'empoigna fermement par le bras et le tira vers le haut, le relevant sans ménagement. Le patron qui avait visiblement fait l'amalgame avec les récentes "disparitions inexpliquées" de nourriture ne semblait pas d'humeur à plaisanter. Son regard noir en disait long et son ton n'avait rien de chaleureux.

"Je le savais, sale vermine, cette fois-ci tu ne t'en sortiras pas si facilement."

Abe voulut soupirer mais s'abstint.

*Cette fois c'est sûr, ça va être ma fête.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reion


Messages : 28
Date d'inscription : 28/07/2015
Pins : 42

MessageSujet: Re: Pris la main dans... La pâtisserie ? [Jessamine] Dim 13 Sep - 13:13

C'était une belle journée ensoleillée, où il ne faisait ni trop chaud ni trop froid. Et c'était ce jour que les Maxwell avaient choisit pour aller déjeuner en famille, dans le restaurant cinq étoiles du quartier nord, là où seuls les plus fortunés de l'île pouvaient se rendre.
Toute la famille était de sortie : le père, la mère, les deux frères et les deux sœurs, ce qui était un grand événement. Avec une famille aussi nombreuse, il était compliqué de réunir tous les membres de la famille, surtout depuis que Thomas était parti vivre avec sa fiancée, et que Cirilla avait décidé de s'installer en centre-ville, dégoûtée des privilèges de sa famille. On sentait d'ailleurs une certaine tension entre le père de famille et cette dernière, mais pour une fois, chacun prenait sur soi pour faire en sorte que le temps d'un repas, tout le monde passe un agréable moment sans drama familial.

Jessamine faisait office de tampon. Résidant toujours au manoir familial où elle avait sa propre aile, maintenant qu'il y avait deux enfants de moins, elle était installée à table à côté de sa mère, qui n'arrêtait pas de lui faire des remarques. « Mais tu sais Jessa, tu passes beaucoup de temps au travail, tu ne trouveras jamais un mari comme ça » ou encore « Et quand est-ce que tu comptes nous faire des petits Maxwell à toi ma chérie? ». Ces petites phrases et questions qui avaient le don de l'énerver. « Mère, tu sais très bien que je suis mariée à mon travail. » répondait-elle invariablement, au grand amusement de tout le monde, sauf de son plus vieux frère, qui vivait lui aussi à la résidence familiale avec sa femme de fraîche date. Une femme tout à fait charmante, mais qui elle non plus ne comprenait pas que le but dans la vie de Jessamine n'était pas de procréer, mais bien de contribuer à la vie de l'île par le biais de son travail.

Un travail pour lequel elle était faite par ailleurs, et sans conteste puisqu'elle était la plus jeune Grande Amirale ayant jamais été nommée de l'histoire de l'île. Le nom et la proximité avec les Fawkes avait sans conteste joué, mais la princesse Cassidy Fawkes avait su apprécier l'esprit et les compétences de Jessamine, qui étaient restées les pièces maîtresses de sa nomination.

Le repas se passait sans autre chose notable. La famille conversait aimablement quand ce n'était gaiement, et rien ne semblait pouvoir faire d'ombre au tableau si ce n'était… l'appel du devoir.
En cuisine, on entendit un grand bruit de casseroles et de couverts qui tombent, et des éclats de voix, puis des bruits de chutes. La salle devint silencieuse d'un coup, toutes les conversation s'étaient interrompues et tous les clients regardaient en direction de l'entrée des cuisines, et Jessamine n'échappait pas à la règle. La jeune femme reposa sa fourchette dans son assiette au moment où le propriétaire du restaurant faisait son apparition dans la scène, relevant un homme jeune, en début de vingtaine, avec des cheveux blonds en désordre et une pâtisserie à la bouche.

Maxwell père se leva de sa chaise après les paroles du patron. « Que se passe-t-il, ici? » Jessamine se leva à son tour. La situation était assez claire, mais demandait néanmoins quelques explications de la part du propriétaire et de ce qui semblait être du voleur.
« Maître Maxwell… Eh bien, c'est ce chapardeur ! Cela fait plusieurs jours que des pâtisseries disparaissent et je viens de le prendre sur le fait! »

-  Ca ira comme ça. Je vais m'occuper de lui, monsieur. » fit Jessamine en ignorant les protestations de sa mère (« mais Jessa, nous déjeunons en famille, tu ne peux pas... »). Les autres clients chuchotaient entre eux, commentaient la scène alors que l'Amirale s'avançait vers le voleur. Ils faisaient à peu près la même taille, mais c'était Jessamine qui le jaugeait du regard.
« Sais-tu qui je suis? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reion


Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2015
Pouvoir : Déplacement instantané
Fiche : http://kings-society.forumactif.com/t380-abe-jarva-urquine-fini
Relations : A venir...
Classe : Reion
Pins : 77

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: Pris la main dans... La pâtisserie ? [Jessamine] Dim 13 Sep - 14:56

Une fois qu'il eut tenu Abe par le colet, le patron ne se sentit plus. Derrière son air sérieux on pouvait tout de même distinguer une certaine forme de contentement. Ah ça oui, il était content de l'avoir attrapé son vilain pique-assiette. Tenu par le tee-shirt le patron qui le dépassait d'une tête le tirait vers le haut comme pour le maintenir sur la pointe des pieds et le jeune homme se sentit soudain comme un petit pantin. Une voix masculine s'éleva derrière lui et ce devait être quelqu'un d'important parce que le patron ne tarda pas à répondre. Il fit se tourner Abe vers cette assemblée de client.


Est-ce qu'il venait de dire « Maître Maxwell » ? Le blondinet grimaça. Il pria silencieusement et croisa instinctivement les doigts, pitié, pas Maxwell. Ils n'étaient pas aussi connus que la famille royale mais les Maxwell avaient leur propre réputation et quand on est un Reion digne de ce nom à un moment ou un autre de sa vie on entend ce nom. Il semblerait que cette famille est de « bons états de service » si l'on peut dire ça comme ça. Si une famille comme celle-ci venait se mêler à cette sordide histoire de vol de pâtisserie ça ne pouvait signifier que plus d'ennuis. Il devait à tout prix éviter que ce petit larcin ne s’envenime. Il se retrouva face à toute une tablée, et parmi la table un homme et une femme étaient debout. La jeune femme lui était familière, son ascension avait fait sensation à l'époque où Abe était déjà auprès de Gareth. L'amirale Jessa, la plus jeune amirale connue à ce jour et une femme de surcroît. Par déduction l'homme devait être son père, son visage ne lui revenait pas mais la ressemblance était là.


La jeune femme prit la parole. Personne ne trouva à y redire si ce n'est sa mère qui semblait toutefois impuissante face à la détermination de sa fille. Le fin sourire qui traînassait en général sur le visage d'Abe se figea en une expression de confusion.

*Ok, la tournure des événements est carrément disproportionnée là, faut que je me bouge avant que ça ne dégénère.*

Certes la présentation du patron n'avait rien de flatteur et ça ne jouait pas en sa faveur, mais quand même, Jessamine Maxwell, pour ça ! Les bruits coururent dans le restaurant sur le chemin de l'amirale jusqu'à lui et elle s'adressa à lui sans détour.

« Votre réputation vous précède... »

Il détourna la tête. Son stoïcisme la rendait glaciale et le jeune homme en aurait presque eut des frissons. Il se racla la gorge, un acte inutile pour tâcher d'oublier sa gêne. Il planqua dans son dos le morceau de pâtisserie croqué comme si le vol allait disparaître avec. Il surmonta le regard de la jeune femme et tenta « d'alléger sa peine » :

« Écoutez, cette histoire est bien moins dramatique qu'elle n'en a l'air. Vous n'avez pas à vous déranger pour si peu. »

Il aurait bien développé mais un instinct lui fit penser que se taire serait préférable. Elle n'écouterait probablement pas ce qu'il avait à dire de toute manière. D'après ce qui venait de se passer elle faisait ce qu'elle voulait et ce peu importe ce qu'en disait autrui.

« Sur ce point, ce vaurien n'a pas tort mademoiselle... »

Le patron ne termina pas non plus sa phrase, sentant que ça n'en valait pas la peine. Elle jugerait de cela elle-même devait-il penser.

*Tu t'enfonces là…*

Pour sauver sa peau le voleur amateur se dit qu'une porte de sortie pourrait être bien. Après tout si dans l'immédiat la fuite ne semblait pas l'idéale, plus tard cette option serait peut-être préférable à autre chose. Mieux vaut prévenir que guérir à ce qu'on dit. Il désigna du menton les gens autour qui les regardaient avec curiosité et proposa innocemment.

« Dites, c'est un peu gênant, vous ne pensez pas qu'on pourrait régler cette histoire à l'abri des regards inquisiteurs ? »

« C'est ça oui ! Ne comptes pas dessus je ne te laisserai pas me filer entre les doigts cette fois. »

*Oh, je l'avais presque oublié celui là…*

Son plan risquait de tomber à l'eau mais de toute manière Abe ne s'était pas fait trop d'illusion, elle ne serait pas aussi facile à berner que le restaurateur. Mais tout de même, pourquoi devait-il payer pour ces vols sans importance ? 
Il avait fini par redevenir silencieux, après tout du point de vue de la loi c'était elle qui décidait, ni lui, ni même le patron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reion


Messages : 28
Date d'inscription : 28/07/2015
Pins : 42

MessageSujet: Re: Pris la main dans... La pâtisserie ? [Jessamine] Jeu 24 Sep - 20:20

Ce n'était rien d'autre qu'un gamin, constata-t-elle en le toisant. Il avait au moins la décence de baisser le regard, conserver une attitude de coupable, plutôt que de jouer les insolents et d'enchaîner les bravades. Le reste des spectateurs semblait surpris d'une telle intervention, notamment le patron du restaurant qui lui en fit la remarque. Le regard glacial de l'Amiral le fit se taire aussitôt.
Une infraction était une infraction, et le vol était interdit sur l'île. Avoir un pouvoir ne le justifiait en rien. Et le patron n'avait pas à appliquer de sentence par rapport à ladite infraction par lui-même. Jessamine, en revanche, était une représentante de l'ordre, elle en avait donc le pouvoir. Cela justifiait, de son point de vue, assez bien qu'elle s'implique.

Le criminel fit la réflexion intéressante que l'affaire pouvait peut-être se régler en privé, ce que Jessamine ne pouvait qu'approuver. Les vociférations du gérant n'aideraient pas à décider d'une sentence appropriée pour le jeune homme.
« Je vais m'occuper de lui. » asséna-t-elle simplement, coupant court aux éclats des deux hommes. « Pourriez-vous nous conduire au salon privé? » Si la question était formulée avec courtoisie, le ton lui, indiquait clairement qu'un refus était inenvisageable. Se confondant en formules de politesse, l'homme lui fit signe de la suivre, et Jessamine fit en sorte que le voleur se trouvait entre eux, de sorte qu'il n'échappait pas à son regard. Ils se suivaient les uns les autres, et une fois dans le salon privé, le gérant les laissa, fermant la porte derrière lui.

« Si tu penses t'échapper d'ici, je te retrouverai et rendrait ta situation pire qu'elle ne l'est déjà. Nous nous sommes bien compris? » entama aussitôt l'Amirale après avoir remercié le gérant.
« Raconte-moi ta version des faits. » ordonna-t-elle ensuite, s'installant dans un des fauteuils en cuir, jambes croisées et le regard impérieux. L'attitude de la femme qui a l'habitude qu'on obéisse au moindre de ses ordres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reion


Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2015
Pouvoir : Déplacement instantané
Fiche : http://kings-society.forumactif.com/t380-abe-jarva-urquine-fini
Relations : A venir...
Classe : Reion
Pins : 77

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: Pris la main dans... La pâtisserie ? [Jessamine] Dim 27 Sep - 9:07

Voilà que ça recommençait. Abe se sentait l'âme d'une poupée de chiffon que l'on baladait au gré des envies. Il fut surpris toutefois que sa requête soit bien accueillie et même si on l'escortait en bon prisonnier devant toute la salle, bientôt, tous ces regards inquisiteurs ne seraient plus qu'un souvenir. Mais le salon privé… Ce n'était pas exactement à cela que le jeune homme avait songé. Les issues ne semblaient pas très exploitable dans un endroit comme celui-là. Quand les portes du « salon privé » se refermèrent pour le laisser seul avec l'amirale Abe en vint presque à regretter le restaurant, s'il s'était plaint des regards inquisiteurs ce n'était pas pour se faire foudroyer par le regard glacé de l'amirale. Lui qui pensait que sans ce cher restaurateur l'atmosphère serait moins chargé de colère, pourtant, pas moyen de se détendre.


Cela n'arrangea rien quand la jeune femme entama la discussion par de réjouissantes menaces que le blondinet reçu avec une grimace incertaine. Elle n'avait pas l'air commode décidément, ou alors c'était seulement pendant l'interrogation d'un malfrat ? Pas un mot n'avait quitté sa bouche devant cette menace et la jeune femme repris, tranchante et directe. Elle ne tournait pas autour du pot et dans d'autres circonstances c'est quelque chose que Abe aurait su apprécier. Seulement là, ça n'avait rien de rassurant. Cela montrait simplement qu'elle avait l'habitude. Comme pour le conforter dans son idée Jessamine se mit à l'aise, s'asseyant dans un fauteuil de la pièce dans une posture qui soulignait son assurance. Il aurait même pu s'enfuir facilement dans ces circonstances mais ce n'était pas un hasard si elle lui laissait tant de marge d'actions. Malheureusement pour lui, les menaces qu'elle avait proféré à son encontre ne le laissait pas indifférent. Une femme de son rang parviendrait à le retrouver sans peine, c'était cuit.

« Bien, j'imagine que je n'ai pas le choix de toute façon. »

Il inspira une bonne bouffée d'air frais et prit un ton volontairement évasif en partant sur une histoire possiblement hypothétique alors que tout n'était que vérité.

« J'avoue, peut-être que j'ai essayé de voler une pâtisserie. Mais vous qui mangez ici vous savez de quoi je parle, ils sont incroyables leurs desserts. Je reconnais que c'était stupide mais ça n'était pas un geste malintentionné. »

Il n'arrivait pas à la cerner. Est-ce qu'elle le croyait ? Est-ce qu'elle le jaugeait ? Le jugeait ? Ou est-ce qu'elle réfléchissait ? Il n'arrivait pas du tout à savoir ce qu'elle pensait de son histoire. Comme Abe l'avait dit ça n'avait rien de dramatique et ça pouvait sembler un peu plat mais le blondinet n'était rien d'autre qu'un idiot qui passait par là avec un petit creux, rien de plus. Il ajouta comme pour souligner la faiblesse de son acte.

« Je vous assure que c'est tout, vous pouvez vérifier, je n'ai rien pris d'autre. Il n'y a pas mort d'homme non plus alors soyez sympa, s'il vous plaît... »

Il se mettait déjà à essayer d'alléger sa peine, ça n'allait pas être facile. D'un autre côté ce serait le point critique et le plus difficile à faire dans cette histoire, négocier. Il lui semblait vu d'ici que négocier avec le patron du restaurant aurait été une mince affaire à côté de ce qui l'attendait en voulant négocier avec l'amirale. Est-ce qu'au moins son histoire l'avait convaincu ? Bonne question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Pris la main dans... La pâtisserie ? [Jessamine]

Revenir en haut Aller en bas

Pris la main dans... La pâtisserie ? [Jessamine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COLIN'S ISLAND :: Quartier Nord :: Boutiques de luxe-