top site

top site

top site

top site




INFORMATIONS ▲
▬ Nous recherchons activement des marqués et humes, merci de privilégier ces classes ♥
▬ Le premier event, bal organisé par le couple royal, à débuté. Soyez nombreux à participer !

Partagez|

(SVETLANA&ALTHEA) we could be heroes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Reion


Messages : 52
Date d'inscription : 13/08/2015
Pouvoir : Guérison.
Fiche : (XXX)
Relations : ▬ Hippolyte. (servant)(++++++)
▬ Fallone (amie, soupçon de rivalité.)(++)
♣️
♠️
Classe : Reion.
Pins : 369

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: (SVETLANA&ALTHEA) we could be heroes Sam 15 Aoû - 12:51



WE COULD BE HEROES




« Je vous en prie. Vous n'avez pas à me remercier. Il va mieux, c'est ce qui importe. »

La demoiselle s'inclina encore une fois, laissant ses longues tresses cascader sur ses épaules, puis avec un dernier sourire vers l'ancien malade, qui serrait contre lui sa fille, tandis que sa femme continuait de remercier Althéa en pleurant, la Reion s'en alla. Le sourire tranquille sur ses traits n'était ni pas de la fierté, mais la douce satisfaction d'avoir fait ce qu'elle devait. Elle lissa la longue robe qui faisait penser aux bures de prêtresses, la taille ceinturée d'une jolie cordelette dorée, la capuche battant dans son dos, et elle retira ses manches roulées. La jeune femme se glissa dans la masse populeuse qui vivait dans les taudis.

Althéa songea avec tristesse que si les autres Reions savaient la pauvreté qui se passait ici, ses collègues pourraient aider à sauver des vies, à réduire la pauvreté à un mouchoir de poche. Mais la plupart des Reions profitaient juste de leurs avantages, car ils étaient nés dans le luxe et l'opulence et ne connaissaient que cela. Ou pire, ils ne voulaient connaître que cela.

Il faisait un peu chaud, et Althéa ouvrit son col avant d'entrer dans un bar du coin. Il était évident que l'endroit était mal famé, mais dans sa naïveté, stupide ou adorable selon les points de vue, elle ne songeait pas à ce genre de détails. Pour elle, tout se valait, tout le monde était égal, et si elle aidait les gens ici, ils ne pouvaient sûrement pas être ingrats au point de s'en prendre à elle, si ? Elle s'assit tranquillement à une table, repoussa d'un geste négligent ses cheveux d'un bleu azur, et commanda un jus de fruit. Elle ne faisait pas attention aux longs regards qui se dirigeaient vers elle comme autant de flèches prêtes à partir. Une fois sa boisson servie, elle en but une gorgée avant de lever son regard pâle sur des silhouettes s'étant approchées. Elle ressentait une vague fatigue, car elle venait de soigner une maladie imprégnée dans des cellules du corps, et elle se frotta les yeux, attendant qu'on parle. Ce qui ne manqua pas, et l'un des hommes prit la parole d'une voix goguenarde.

« S'cusez moi, vous êtes bien la Reion qui soigne ? »
« Oui, c'est moi » sourit-elle avec un air innocent.
« Pourriez pas nous suivre ? On a un ami très malade. »
Les autres firent l'effort de ne pas pouffer.
Il était évident, dans leur tête, que de demander rançon contre une Reion leur apporterait de l'argent. Ou simplement de profiter de ses pouvoirs. Ou de lui demander comment ça marchait. Selon des rumeurs, des Reions plutôt curieux essayaient de voir comment fonctionnaient les pouvoirs - sur des cobayes humains. Et vivants, selon les racontars. Tant qu'ils pouvaient tirer quelque chose d'elle, ils étaient prêts à tout pour se sortir de leur misère qui collait à leur peau comme des miasmes.

Althéa finit par accepter, finit son verre et régla la commande. Docile, elle se mit à demander des explications sur la maladie. Et c'est trop tard, enfoncée dans une ruelle sombre au point que c'en était cliché, qu'elle comprit qu'il n'y avait pas de malade. Elle s'immobilisa, mais les hommes l'entouraient avec des sourires peu engageants. Le chef - dans sa tête, c'était lui qui menait - s'approcha et attrapa son visage rudement, lui mettant les larmes aux yeux. Althéa n'était ni brave ni courageuse, et elle regrettait que Hippolyte ne soit pas là.

« Tu vas nous suivre gentiment, et il ne te sera pas fait de mal. »
« S'il vous plaît, laissez-moi » murmura t-elle, des sanglots dans la voix.

Mais elle ne tenta pas de bouger. Parce qu'elle savait reconnaître la violence sous-jacente quand elle la voyait. Elle se mordilla les lèvres, et inspira pour ne pas pleurer. Peut-être qu'ils ne lui voulaient réellement pas de mal ? Sa naïveté et son optimisme prenaient le dessus, avec une candeur digne d'un poulet suicidaire.




_________________

∞ le crépuscule du soir
le rideau d'écarlate tombe sur le monde
Voici le soir charmant, ami du criminel ; il vient comme un complice, à pas de loup ; le ciel se ferme lentement comme une grande alcôve, et l'homme impatient se change en bête fauve. Baudelaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Svetlana Linder
Co-fonda en poncho

avatar
Co-fonda en poncho


Messages : 1723
Date d'inscription : 26/03/2015
Pouvoir : magnétisme
Classe : Servante de Lysander
Pins : 428

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: (SVETLANA&ALTHEA) we could be heroes Dim 30 Aoû - 15:32

We could be heroes
Svetlana Linder & Vijaya Althéa
« Eh. Je vais boire un verre. Tu m'accompagnes ? » La jeune russe lance un regard en biais à son colocataire de fraîche date. La chambre d'ami n'ayant jamais servit et Gordon ayant besoin d'un toit – en tout cas, d'un vrai toit, dans un vrai appartement, s'il voulait prétendre à travailler pour les Suprêmes, Svetlana lui avait tout naturellement suggéré de venir habiter avec elle. Les ragots ne les dérangeaient pas, Svetlana pouvait mettre plus d'argent pour ses loisirs et son chat de côté, et elle ne perdait pas d'espace puisque la pièce était tout juste meublée auparavant. Du gagnant-gagnant.

Le nain grommelle dans sa barbe avant de se lever et de la suivre. Une veste sur les épaules, Svetlana fourre dans ses poches son portefeuille et son portable. C'est elle qui ferme à clé derrière eux, mais c'est Gordon qui guide leurs pas dans un de ses bars fétiches des Taudis. Svetlana connaît l'endroit pour y avoir déjà bu un verre avec lui, et soupçonne même que c'est ce même bar qui a vu leur rencontre. Un endroit dont les fréquentations, passée une certaine heure, sont relativement douteuses.

Ils prennent une table dans un coin, et Svetlana pose les deux chopes devant eux fraîchement commandées. Ils trinquent en silence. Dans l'atmosphère bruyante du bar, personne ne fait attention à eux, qui discutent tranquillement dans leur coin ; peut-être un ricanement ou deux après un vague coup d'oeil, mais personne ne se lève pour aller à leur chercher querelle, et c'est très bien comme cela... Quoi que presque ennuyant : Svet' a envie de se dégourdir les poings. Ses boulots, ces derniers temps, sont ceux d'un chien de garde et quelques recherches à faire pour Lysander, rien qui ne lui permette de se défouler, et elle accumule trop d'énergie.
Après quelques gorgées, Gordon lui montre du menton une jeune fille aux cheveux bleus, entourée par une bande de malotrus que Svetlana connaît pour avoir déjà croisé la route. Jamais dans des circonstances agréables, que ce soit pour eux ou pour elle. Elle garde en souvenir de leur rencontre une cicatrice au cou, d'un coup de couteau qui a faillit lui coûter la vie alors qu'ils avaient tenté de lui faire des choses... inimaginables. Elle ne s'en était tirée que de justesse, parce que Lysander l'avait tirée de ce mauvais pas. Il fallait dire qu'entre l'insigne des Fawkes et son pouvoir du néant, son maître était bien plus imposant que sa forme enfantine ne le laissait suggérer.

La rage au ventre, Svetlana se lève.
« J'ai des choses à voir avec ces messieurs, là-bas. » indique-t-elle à Gordon, d'une voix métallique qui ne souffrait d'aucun refus. Avant même que le nain ne puisse ouvrir la bouche, Svetlana sort de l'établissement, et capuche sur le visage, se dissimule dans l'ombre, de sorte à voir l'entrée.

Comme elle s'y attend, le troupeau traîne derrière lui la donzelle bleutée. Si la fille ne reconnaît pas l'étincelle qui brille dans les yeux de ces hommes, Svetlana ne la connaît que trop bien. C'est la lueur du chasseur ayant piégé sa proie.
Tête baissée et toujours en prenant garde de se tenir dans la pénombre, la jeune russe suit ce groupe atypique dans des ruelles de plus en plus éloignées, de plus en plus sombres. Et plus les secondes passent, plus sa haine s'intensifie.

Finalement, la donzelle se fait coincer dans une impasse. La luminosité du lieu est très faible, l'espace peu large ; Svetlana note quelques débris dont elle pourra se servir comme d'une arme si les choses devaient mal tourner.
« S'il vous plaît, laissez-moi » fait la fille, visiblement terrorisée – à juste titre – et le visage emprisonné dans les pattes de celui qui semble être le chef du groupe. Les autres derrière ricanent alors qu'une des mains du boss se détache du cou de la fille, commence à descendre, l'autre la maintenant immobile…
« Eh! » lance alors Svetlana, ce qui stoppe net la main avant qu'elle ne touche une autre parcelle de peau. Le groupe arrête de rire, se tourne vers elle.
« Mais c'est cette chienne de Linder ! Tu viens te joindre à notre petite réunion ? » fait le chef, un sourire malveillant accroché aux lèvres. Son attention est détournée, et il lâche la fille, dont Svetlana espère qu'elle aura la présence d'esprit de détaler. La seule réponse de la russe consiste à lui jeter un regard à faire geler la rue.
Les types se rapprochent d'elle, l'encerclent, menaçant. Leur chef est en face d'elle. « Je vois que tu as toujours la marque de notre dernière rencontre. J'ai toujours regretté de n'avoir jamais finit le boulot avec toi... Et cette fois-ci, tu n'auras pas ton maître Fawkes pour te sauver la mise. » Ses remarques restent toujours sans réponse, le seul signe indiquant que Svetlana a entendu ce qu'il dit est un léger froncement de sourcils.

Soudain, deux d'entre eux se jettent sur elle. Ils sont cinq en tout, deux autres bloquent la sortie, et le chef se rapproche d'elle. La russe se débat, en met un à terre, mais le deuxième lui tord le bras. La douleur l'enrage, elle doit se contraindre à ne pas utiliser son pouvoir, qu'elle réserve au chef. De sa main libre, elle attrape ses clés et s'en sert pour blesser le visage de son assaillant, visant l'oeil. L'homme recule avec un cri, tenant son visage, un flot de sang traverse sa main ; un de moins. Son bras blessé lui est inutile, et il reste trois à maîtriser. La situation est pour le moins tendue, quand un espoir inattendu de s'en sortir se fait entendre de la bouche du chef.
« Laissez-la moi ! Emmenez les autres, je me charge de cette salope ! »

Les autres fuient sans demander leur reste, le regard plein de haine envers la jeune russe qui ne prête toujours pas attention à eux. Les deux combattants restants se tournent autour en cercle, lui en pleine forme, elle blessée mais avec une détermination sans faille. Il sort un couteau parfaitement aiguisé de sa poche, et Svetlana retient un sourire. La lame se retournera contre son porteur et l'issue du combat lui sera favorable.
Soudain, il la charge, elle l'esquive d'un pas de côté ; sans être pris au dépourvu, il se retourne avec plus d'agilité que prévu et tente de la poignarder. Svetlana prend le contrôle du couteau mais trop tard, sa blessure la faisant agir plus lentement que prévu : l'arme a le temps de rouvrir son ancienne plaie à la gorge. Ne ressentant pas encore les effets de la blessure car elle est trop occupée à combattre, Svetlana fait léviter le couteau sous la gorge de l'agresseur devenu livide.
« Tu n'as pas ce qu'il faut pour me tuer, Linder. » fait l'homme comme ultime supplication, alors que la lame appuie dangereusement sur sa peau.

Ce qu'il ne sait pas, c'est que la Linder a précisément ce qu'il faut pour le tuer. Mais il ne le saura pas, en tout cas pas tout de suite, car la voix de la fille en bleu retentit à nouveau. La scène se fige : l'homme avec un couteau sous la gorge, Svetlana avec une plaie ouverte au cou et la damoiselle en détresse qui vient d'intervenir.



Spoiler:
 

_________________


Merci à Fallone pour l'avatar ♥ // Svetlana parle en darkred // Fiche & Liens

Svetlana dans 5 ans:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cptn-unicorn.tumblr.com/

(SVETLANA&ALTHEA) we could be heroes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COLIN'S ISLAND :: Quartier sud :: Les Taudis-