top site

top site

top site

top site




INFORMATIONS ▲
▬ Nous recherchons activement des marqués et humes, merci de privilégier ces classes ♥
▬ Le premier event, bal organisé par le couple royal, à débuté. Soyez nombreux à participer !

Partagez|

Tout ça à cause d'un gamin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Tout ça à cause d'un gamin Sam 4 Avr - 9:21


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Deux heures du matin -

jakan-hana - deviantart


Toujours rendre un service, ils disaient.

Il était environ deux heures du matin, et Madeline se trouva tirée de son sommeil en pleine nuit par la sonnerie de son téléphone. Elle se réveilla en sursaut, s’étira, proféra quelques insultes méritées et se leva lentement de son lit en baillant.

C’était son ancien précepteur, celui de la famille qui l’avait recueillie après l’exil de ses parents. Elle avait quitté ce refuge il y a quelques temps, mais ils étaient restés bons amis. Il ne l’appelait jamais, pourtant. Elle fronça les sourcils en décrochant.

« Oui ? », elle commença d’une voix glacée et endormie.

« Maddie, j’ai besoin d’un service, là… Le gamin du maître a une grosse grippe, mais ses parents sont en voyage d’affaire… faudrait que tu l’emmène aux urgences. »

« Bah emmène-le à l’hôpital toi-même. » Madeline leva les yeux au ciel. Le précepteur était dans un fauteuil roulant à cause d’un accident de sa jeunesse ; mais il pouvait quand même se débrouiller tout seul…

« J’ai interdiction de sortie à cause de mon traitement. » Il répondit son argument imparable, et Madeline savait qu’elle allait devoir obéir après ça.

« J’arrive, » Elle informa en soufflant. Elle avait que ça à faire à deux heures du mat’, amener un gamin à l’hôpital…

Madeline enfila une robe rapidement, passa une main dans ses cheveux, puis quitta son appartement en soupirant. Elle se rendit au domicile du malade, c’est-à-dire une sorte de grand château. Elle savait qu’elle était la bienvenue ici, elle entra donc par la porte principale. Elle fit un signe de la main au précepteur pour le saluer, puis emmena le petit enfant de 6 ans à peine avec elle. Direction l’hôpital, yaaaay.

Alors qu’ils patientaient, Madeline tenta de se tenir éveillée. Elle attendit que le petit garçon soit pris en charge pour faire un tour du bâtiment, en espérant qu’elle serait assez énergique pour tenir. Oui, bon, elle n’était pas vraiment au courant que se promener à deux heures du matin dans un hôpital n’était pas forcément bien vu par le personnel. Le fait de marcher la réveilla un peu ; dans toutes les chambres, la lumière était éteinte… sauf une.

Madeline leva un sourcil en se demandant la raison pour laquelle la lumière était allumée. Insomnie ? Ouais, peut-être. La jeune fille s’apprêtait à continuer son chemin quand elle entendit une voix derrière elle.

« Mademoiselle ! Pensez-vous que ce soit une bonne idée de vous balader dans un hôpital ?! »

C’était une infirmière. Elle avait hurlé tellement fort que plusieurs lumières s’allumèrent. Et Madeline entendit du mouvement dans la fameuse chambre de l’insomniaque.

Madeline voulut se retirer sans un mot, mais la porte s’ouvrit. Il y avait là un homme d’une vingtaine d’année, grand et fin, et son expression était assez marquée : apparemment, entendre crier dans ses oreilles ne lui avait pas plu.

De tout son visage, il y eut un élément qui attira Madeline le plus : ses yeux. Elle se retrouva à regarder pensivement dans les deux orbes éclatantes, certes entourées de paupières endormies, mais surtout brillant d’intelligence. Elle avait oublié l’infirmière pendant quelques instants ; elle détourna le regard, puis déclara de sa voix glaciale à l’autre femme :

« C’est bon, je m’en vais, pas besoin de le hurler. »




_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Sam 4 Avr - 10:21

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft Madeline Bane



Cela faisait quelques semaines que le prince avait pris congé. Quelques semaines et je me trouvais déjà piégé comme un rat dans cette prison. Heureusement, mon état s'était plutôt amélioré. Désormais, je pouvais marcher, et donc quitter cette chambre trop blanche à mon goût. Il m'était difficile de ne pas garder un goût amer en sachant que je n'allais pas pouvoir m'exercer pendant encore un certain temps... Mon corps allait finir par se ramollir, comme Il disait toujours, l'entrainement était la clef pour ne pas se laisser submerger par ses faiblesses. J'évitais de trop penser à cet être, voulant croire plus que tout en sa mort. Il était peu probable qu'il s'en soit vivant, mais l'on ne pouvait pas vraiment comprendre un homme de cette trempe.

Je soupirais allongé dans mon lit, la chambre plongé dans les ténèbres, il n'y avait que la lumière de l'écran plat d'où défilait un grand nombre d'image. L'on m'offrait une petite série plutôt amusante où les flics traquaient des criminels plutôt extravagants. Plus je la regardais, et plus je me prenais d'empathie pour les types traquer, comprenant quasiment tous les tenant et aboutissant d'une telle situation. Après tout, moi aussi j'étais un oiseau incompris que l'on forçait à se tenir tranquille dans une cage.

Je continuais de fixer l'écran sans prendre garde à l'horloge mécanique qui venait de poser sa petite aiguille pile sur le deux. Le petit son de la trotteuse se baladant rajouté un peu plus de tension aux scènes que je visionnais à l'écran. Pour être tout à fait franc, j'avais presque l'impression d'y être et ceux mêmes si leur motivation était beaucoup plus claires que les miennes. Au début je tuais car je ne savais que faire cela et puis peu à peu... je me suis mis à devenir comme lui. Vint alors le temps où tuer devint un passe-temps. Rien que d'y repenser, je sentais mes muscles se contracter, alors que dans le couloir immaculée, des bruits de pas se faisaient entendre. D'abord lointain, ceux-ci se rapprochaient un peu plus à chaque seconde.

Je n'y reconnus toutefois guère la démarche posée et assuré de l'autre gnome, non. Celle-ci était plus décontractée et seule qui plus est. Seule jusqu'à ce qu'une voix forte ne vint l'arrêter. Je reconnus l'infirmière la moins apprécier de l'établissement, d'une part parce qu'elle n'était pas très agréable, mais aussi parce que sa voix avait cette étrange faculté de donner mal à la tête en quelques secondes. Peut-être était-ce à cause de son timbre bien trop aigu ? Allez savoir.

Vint ensuite le son d'une porte que l'on ouvrait et une voix. Mon voisin de chambre aurait-il été dérangé par cette cacophonie ? C'était fort probable, après tout l'on entendait souvent se plaindre que le service de cet endroit manquait cruellement de classe. À cette simple pensée, un soupir traversa mes lèvres, avant qu'un sourire carnassier ne vienne le remplacer. Et si je l'effaçais ? Cela mettrait un peu de piment dans ces journées trop mornes et surtout le calme pourrait enfin revenir dans ses murs bienfaiteurs.

Une rapide analyse de la situation, me fit comprendre que ce n'était pas une très bonne idée. D'après ce que j'en avais compris, il s'agissait d'un réion. Par définition un honnête citoyen pour cette île, tandis que je n'étais qu'une anomalie que l'on voulait garder secrète. Il m'était également difficile d'oublier que le petit Fawkes savait pour mon passé, un seul fait étrange, une simple disparition et je serais le premier à être suspecté. Quelle poisse, il n'y aurait pas d'effusion de sang ce soir, du moins pas tant que ce type ne viendrait pas me chercher directement. Dans l'autre cas cela pourrait se gérer comme de la légitime défense non ? C'était possible, si ma vie n'avait ne serait-ce qu'un léger poids dans cette société, ce qui n'était pas le cas. Non j'étais condamné à rester le plus sage possible.

Le plus sage possible n'incluait pas l'absence d'escapade nocturne. Cela faisait longtemps que je n'avais guère sentis le vent de la nuit sur ma peau et il était temps d'y remédier. Je laissais mes jambes glisser hors du matela et tendis la main pour saisir des chaussettes sombres que j'enfilais. Mes mouvements étaient des plus lents pour éviter que mon corps ne tombe en lambeau. Aujourd'hui, je n'avais plus qu'une large bande sur le torse, mais la plupart de mes contusions et brûlures s'étaient refermées. À l'exception de ses marques dans mon dos... le vêtement blanc de l'hôpital me permettait de le cacher, mais sortir ainsi serait juste bon à me faire attraper une bonne crève. Ainsi, je décidais de passer ma veste d'uniforme qui avait été magnifiquement rapiécé. Mon sabre se trouvait dessous, mais en aurais-je seulement la moindre utilité ? Il était toujours plus sage de le cacher. Sans attendre, je le déplaçais de la chaise pour le mettre sous le matelas.

Sans plus de cérémonie, je me dirigeais vers la porte après avoir éteint la télévision. Créant une légère ouverture dans la porte, j'avais alors tout le loisir d'observer sans être vu. Mes billes d'ors scrutaient le couloir pour y trouver le voisin face à une demoiselle légèrement plus jeune que moi. Derrière elle se trouvait la fameuse infirmière et son regard noir. Un soupir traversa mes lèvres, alors que j'ouvrais la porte en grand comprenant qu'il n'y avait pas vraiment de danger. Après tout, la gamine aux yeux sombres avait peut-être une voix grinçante et froide, mais je ne lisais aucune méchanceté dans son regard. Pas comme celui de son interlocuteur qui transpirait le contrôle. Il me rappelait tellement l'autre que j'en avais des frissons, il me fut difficile de passer à côté de lui sans lui arracher la tête, mais j'y parvins.

Seulement, à peine avais-je dépassé l'infirmière tête baissée, que je sentis sa main me saisir le poignet. Le réflexe fut quasi immédiat. Je relevais la main saisie avant de pivoter sur mes jambes avant d'empoigner à mon tour son étau, appuyé sur un point précis qui la fit me lâcher instantanément, avant de me retenir de l'envoyer sur le sol. La vieille femme n'avait sans doute rien compris, mais je pouvais lire de la peur dans son regard, alors que le mien s'apaisait doucement. L'idée de m'excuser ne traversa même pas mon esprit.

-Vous... vous n'avez pas le droit de quitter votre chambre ! Vous devez vous reposer !

Sa voix était empreinte de peur et de faiblesse. Mes billes d'ors se plongeaient dans son regard azuré, alors qu'un sourire amusé germait sur mon visage. Pouvait-elle réellement m'empêcher de sortir hein ? La réponse était bien évidemment non. Cela dit, notre bon don-juan au regard pourpres, envoya son poing valser contre mon visage.

-T'as pas honte !

Je sentis un peu de mon liquide vital s'écoulait dans ma bouche et tourna la tête sur le côté de son poing pour cracher un peu de sang sur le sol. Il venait de me frapper là non ? Il venait vraiment de le faire... Je baissais ma tête pour cacher mon regard et ne laisser apparaître que mon sourire satisfait. Evaluer les risques était maintenant primordial. Je ne devais en aucun cas le blesser davantage et je ne devais en aucun me blesser également. J'allais débuter par un simple avertissement.

-Ne refais jamais ça.

Ma voix était des plus calmes et posée, il n'y avait que mon sourire qui tranchait avec la situation. Mes billes cachaient sous mes cheveux se fermèrent alors que je continuais mon chemin, passant devant la machine à café. Alors que l'infirmière avait du mal à évaluer la situation. La panique et le stress d'une telle tension la poussa à appeler du renfort. Moi qui ne voulais que sortir me promener un peu... c'était bien ma veine...

© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Sam 4 Avr - 11:44


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Un peu de liberté -

jakan-hana - deviantart


Madeline observa la scène avec un pas de recul. Elle remercia mentalement le garçon pour avoir infligé ça à l'infirmière, elle avait été grandement tentée de le faire elle-même. Puis vint le coup de poing, et Madeline fût obligée de ressentir de la douleur pour le receveur, celui qui venait de sortir de sa chambre. Elle le regarda commencer de s'éloigner, mais eut un mauvais pressentiment. L'infirmière était déjà en train d'appeler du renfort...

Madeline sentit une main attraper son poignet et elle se retourna vivement. Un agent de sécurité lui serrait fortement l'avant-bras, et elle comprit dans quelle situation elle s'était mise: à présent, l'hôpital la croyait complice du fugitif.

Instinctivement, Madeline eut le réflexe d'utiliser son pouvoir: le couloir devint glacial, et malgré son gant, le garde dût retirer sa main de l'avant-bras de la jeune fille, car sa peau était maintenant si froide qu'un contact aurait procuré une sensation de brûlure.

Madeline suivit le garçon jusqu'à la sortie; les parents du petit garçon viendrait de toute façon le chercher, elle n'avait aucun souci à se faire de ce côté-là. Lorsque Madeline fût à côté du jeune homme, et pendant que son aura commençait à se dissiper, elle lui informa qu'à cause de lui, elle ne pourrait plus être tranquille. Étrangement, sa voix était tintée d'ironie: en fait, la situation semblait l'amuser, la divertir. Elle n'avait pas eu l'occasion d'utiliser son pouvoir depuis longtemps: c'était une sorte de délivrance.

Elle se demanda si elle devait continuer à suivre le jeune homme, ou le laisser partir, mais elle était curieuse d'en savoir plus sur lui, et quand Madeline était déterminée à faire quelque chose, elle était têtue jusqu'au bout.

Ils sortirent de l'hôpital en silence, et puisque l'autre ne semblait manifester aucune opposition à sa présence, elle resta à ses côtés.

{ Hors RP: Excuse si Madeline a l'air un peu collante ;A; et si mes réponses sont vachement courtes comparées aux tiennes... Je fais de mon mieux ! owo' }





_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Sam 4 Avr - 13:17

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane



Quelle poisse... ce n'était pas mon jour. Cet enfoiré n'aurait pas pu rester à sa place ? Au lieu de cela, je passais vraiment pour le sauvage dont Fawkes parlaient. À peine capable déjà de bouger que le chaos naissait autour de moi. Comme d'habitude, je n'avais aucun contrôle sur la situation, si ce n'est mon habilité au combat au corps à corps. Quelque chose me disait cependant que les gardes qui rappliquaient en courant après l'appel à la rescousse de l'infirmière, ne déméritaient pas dans ce domaine. Dire que je voulais simplement prendre un peu l'air sans faire d'histoire. C'était bien ma veine... le tumulte environnant, ne m'empêchait toutefois pas de continuer mon chemin à travers le couloir, ni d'échauffer mes poignets en les faisant tourner lentement. Quelque chose me disait que les choses allaient rapidement dégénéré.

Peut-être était-ce à cause de cette tension palpable ou alors ce froid qui devenait enivrant. Un froid ? Stoppant ma marche pour un petit moment, j'ouvrais les mains pour sentir l'air et remarquai qu'une fumée blanche s'échappait de ma bouche pour se perdre dans l'air. Oui c'était bien ça, l'air s'était subitement refroidie. Aucune des fenêtres n'étaient ouvertes, les chambres étaient toutes fermés à l'exception de notre don-juan, mais méticuleux comme il l'était, l'air de la nuit ne pouvait circuler librement dans sa chambre. Cela ne pouvait donc venir que d'un pouvoir... Logique après tout, la plupart des gens étaient des reions...

Lentement, je me tournais pour les observer et vit un autre protagoniste entrer en scène. Il s'agissait d'un agent de sécurité vêtu d'un uniforme sombre aux mains ganté. L'homme portait un képi sur le sommet du crâne et une étrange moustache. Malgré son appendice capillaire, je pouvais clairement voir ses lèvres virer au violet. Un rapide coup d'oeil à la situation me permit de trouver la source de l'ennui. Sa main droite tenait fermement la gamine. Alors il la prenait pour ma complice ? Amusant, ignorant qu'il était. Je soupirais avant de continuer mon chemin.

Mes pas martelaient le sol tandis que la température revint peu à peu à la normale. Les ennuis n'étaient pourtant pas encore terminé. Un autre garde légèrement plus fin que l'autre avec un blason étrange sur l'épaule venait me faire face. Son visage au teint sombre et ses billes argents me fixaient avec une certaine colère. Continuant ma route, il m'arrêta en sortant un petit symbole phalique noir qu'il agrandissait qu'un simple mouvement dans l'air. Une matraque... J'observais son jouet et compris qu'il ne s'agissait pas d'un objet électrifié. Aucun bouton pour faire fonctionner les résistances capables de brûler la chaire. Ce n'était qu'une arme en fer relativement légère et pratique visant à recréer des contusions et autres joyeusetés. Il était temps de m'arrêter. Fixe devant l'homme qui me faisait face, j'attendais qu'il face sa première sommation.

-Arrête toi là ! On t'as déjà dit que tu ne pouvais pas sortir.

Son ton autoritaire avait un certain don pour me courroucer, heureusement j'arrivais à garder mon calme et analysa la situation. Fuir ou l'affronter ? Mon corps pouvait supporter quelque chamboulement, mais je ne devais pas me lancer dans quelque chose de trop long. Le tout était de savoir si ce type était au courant pour mes talents particuliers ? Quant à son pouvoir... il me fallait effectivement prendre ce facteur en compte. Si comme je le pensais tous les reions possédaient un pouvoir en accord avec leur travail, alors j'étais plutôt dans une impasse. Cela dit... je n'allais pas abandonner si prêt du but. Comme un signe de soumission, je baissais la tête pour lui faire baisser sa garde.

-Cause toujours.

J'accompagnais ma petite pique d'un magnifique sourire satisfait. La réponse de mon interlocuteur fut celle que j'attendais. Son bras armé se leva dans les airs et voulait venir s'abattre sur mon torse. Malheureusement pour lui, il rencontra mon avant-bras gauche, la main se refermait sur son uniforme tandis que mes pieds commençaient à faire un arc de cercle. La main droite vint se poser sur son épaule et d'un simple mouvement de bassin, l'homme vit ses deux pieds quitter le sol. Il retomba devant moi sur le côté exactement comme je le voulais. Mes côtes me lançaient un peu, mais je fixais l'homme au sol en tenant toujours son bras.

-Je vais juste observer le ciel quelques minutes, pas m'enfuir.

Je soupirais en le lâchant, avant de continuer ma route. Ce test était concluant, mais je ne devais surtout pas recommencer. Mon corps n'était pas complètement guéri.. Je tournais à la fin du couloir pour arriver dans les escaliers, ce fut à ce moment où la jeune femme de tout à l'heure me rejoint. Sans même la regarder, je continuais de descendre, alors que des hommes nous suivaient. Fawkes me l'avait bien dit, ici personne n'aurait confiance en moi. J'avais même eu de la chance d'être tombé sur cette dragonne qui m'avait sauvé la vie...

Je continuais d'avancer dans les couloirs qui s'éclairaient à notre simple approche, avant d'apercevoir enfin ce que j'attendais. La porte était là, en verre il s'agissait d'une ouverture à détecteur de mouvement. Je me positionnais devant le capteur et pus enfin sentir l'air de l'extérieur imprégner ma peau. C'était comme une résurrection. Lentement, mes pieds avançaient dans ce qui semblait être un immense jardin vert. Il y avait même un banc pour s'asseoir, sans plus attendre je m'installai dessus, avant de fermer les yeux pour m'adresser à celle qui m'accompagnait.

-Tu n'aurais pas dû me suivre, maintenant, ils vont vraiment penser que t'es là pour m'aider.

Ils... les gardes qui observaient le moindre de mes faits et gestes cachés partout. Partout où j'avais beau me déplacer et même si c'était un ciel aux mille étoiles qui recouvrait ma tête, je restais prisonnier. Je soupirais un long moment avant de porter mon attention sur le ciel en question. Il était identique à celui que l'on pouvait voir la nuit dans les parcs de Kyoto, même les lumières de la ville ne détonaient guère de ce que je connaissais. Il n'y avait que la température qui était légèrement plus fraiche. Le climat était sans doute différent sur cette île, peut-être qu'ils n'étaient même pas dérangé par les tremblements de terre ici ? Pleins de questions sur ce lieu commençait à monter, pendant que je jouissais de cette pseudo liberté qui à mes yeux paraissait si douce....

© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Sam 4 Avr - 17:18


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Don't piss me off -

jakan-hana - deviantart


Les deux jeunes gens sortirent du bâtiment, et Madeline s'assit à côté de son 'complice'. Il y eut un moment de silence, puis ce fut lui qui parla. À sa remarque, Madeline répondit par un haussement des épaules.
"J'étais réveillée, donc tant qu'à faire, autant m'amuser un peu." La jeune fille regardait devant elle, et replaça une mèche de cheveux qui lui tombait légèrement sur les yeux. Elle fit un rapide compliment sur la façon de combattre du jeune homme, avant de retomber dans le silence.

On entendait des gardes crier derrière eux, et Madeline leva les yeux au ciel. Cela lui rappelait l'arrestation de ses parents. Elle devait vite s'enlever ça de la tête avant de s'énerver. Certaines personnes prenaient pas mal de plaisir à faire des jeux de mots et autres blagues sur ce sujet; généralement, ils ne reparlaient plus jamais à la jeune fille après une rapide correction.

Un garde sortit de l'hôpital et Madeline se leva avant qu'il ne puisse s'approcher du banc. L'homme rit doucement, marmonna quelque chose du genre 'gamine inconsciente', puis poursuivit son chemin vers le banc. Lorsqu'il était plus près de Madeline, il marqua un temps d'arrêt.
"Eh, mais c'est.." Il hésita, se concentrant sur les traits de son adversaire. "C'est la petite des Bane ! Fais gaffe à ton pouvoir, tu voudrais pas finir comme tes parents."
Madeline fronça les sourcils. Elle espérait pour lui qu'il allait bientôt abandonner la mauvaise idée qu'il venait d'avoir.
"Bah quoi, tu dis rien ? T'as trop peur que je le dise au roi, pour qu'il t'exile à ton to-"
Madeline ne lui laissa pas le temps de finir. Elle lança une main glacée sur son visage, regardant sa peau devenir rouge, puis bleue, plus violette, et le regardant souffrir des épines glacées qu'il devait sentir lacérer sa peau- mais métaphoriquement bien entendu, Madeline était subtile quand même.
Lorsqu'il tomba inconscient au sol, la jeune fille le regarda avec mépris, et lui accorda un coup de pied, avant de calmement se rasseoir sur le banc. Ça lui apprendrait.

"Sinon, c'est quoi ton nom ?" Elle préféra changer de sujet, tournant ses yeux sombres en direction du jeune homme.



_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Sam 4 Avr - 18:23

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane



L'air était frais de l'extérieur était toutefois un peu plus agréable avec ma veste sur le dos. Le Symbole dorée de l'établissement où j'avais tout appris brillait légèrement au reflet des lampes qui servaient à guider les passants à travers l'immense jardin. Tout en observant les lumières jaunâtres, je me fis une réflexion sur leur utilité vu qu'il était interdit de sortir en temps normal. Peut-être que cette règle ne valait que pour les gens comme moi. Peut-être que les autres patients étaient mieux traités ? C'était une possibilité parmi tant d'autre. Les faits étaient simplement là, la lumière menait jusqu'à différentes ailes du jardin. Il y avait différente sorte de plantation. Ici s'était surtout des fleurs aux tons blanches, voir pour certaine. Leur coeur émettait une légère odeur enivrante qui avait certainement le don d'apaiser le plus aigri des hommes, tant celle-ci était douce et chatoyante.

Un soupir traversa mes lèvres alors que je sentais les muscles de mon corps se relacher. Les yeux fixés sur le ciel étoilé, j'essayais d'entrevoir ce qui allait se passer à l'avenir. Allait-on m'assigner une garde personnelle ayant pour objectif de ne pas me laisser me promener tranquillement dans les couloirs ? En avait-il simplement les moyens ? Fawkes m'aurait certainement répondu que le roi obtenait toujours ce qu'il voulait. La logique du monarque... rien que d'y penser, je manquais de me mordre la langue. Cette terre était peut-être une seconde chance, mais son équilibre politique était désuet... Je me demandais comment le monde extérieur pouvait accepter une telle chose, avant d'en cerner moi-même les raisons. Quiconque pénétrait en ses terres se retrouvaient immédiatement prisonnier de l'île. Voilà pourquoi aucune carte ne mentionnait cet endroit.

Cela voulait également dire qu'aucune exportation ou importation n'était possible. Difficile alors de nourrir un peuple. La famine ravageait déjà ses terres peut-être ? Non, ils avaient su garder une certaine avancée technologique. Leur architecture n'était pas bien différente des buildings de Kyoto et puis la technologie n'était pas non plus en reste. Je savais déjà pour les téléphones en plus d'un réseau de renseignement compétent. Fawkes n'aurait jamais pu obtenir tant d'information sur moi avec un simple télégramme. Non, je ne devais pas sous-estimer cet endroit. C'était simplement une terre de plus dont il était impossible de s'échapper.

La jeune femme assisse à mes côtés me tira de mes pensées en répondant à ma remarque. Elle voulait s'amuser ? Tout comme moi, elle détestait s'ennuyer ? La situation devenait tout de suite plus intéressante. Bien que par ce fait si simple, elle me rappela mon objectif sur le court terme. Sa tête s'afficha dans mon esprit et mes muscles se contractaient, tandis que mon visage se muait en un rictus pour une poignée de secondes. Vite écoulée, mon expression revint à sa neutralité, alors que celle qui m'accompagnait complimentait ma façon de combattre. Ne sachant quoi répondre, je me contentais de garder le silence.

À l'intérieur des bâtiments régnaient une certaine agitation. Certains gardes étaient toujours à ma recherche tandis que les docteurs devaient faire leur possible pour éviter une panique générale parmi les patients. Je trouvais d'ailleurs la présence de cette milice plutôt mal venu dans un lieu où régnait la sérénité et les soins. Avaient-ils eus des ennuis par le passé ? Une situation inattendu qui coûta la vie de nombreux innocent ? C'était probable, pour avoir une sécurité aussi élevé dans un lieu si éloigné de la violence physique c'était fort probable.

Au loin, la silhouette d'un homme se dessinait. Très vite, je reconnus son accoutrement et me mis à soupirer alors que la jeune fille à mes côtés se levaient instantanément. Le garde approcha au grès des lumières et souffla quelque chose en pensant devant le banc avant de s'arrêter et fixer celle qui me tenait compagnie. Il la dévisageait comme s'il la connaissait. Immédiatement, je restais sur mes gardes, contractant un minimum mes muscles pour réagir en cas de besoin. Seulement, je compris bien vite que l'homme n'était pas en très bon terme avec la gamine.

Il l'avait appelé « la petite Bane. » Sans doute son nom de famille, mais son ton condescendant montrait tout le mépris qu'il avait pour la petite en question. Dès lors où je vis les sourcils de l'enfant se froncer, je compris qu'il était trop tard pour cette pauvre âme en peine. Assis gentiment sur le banc, je laissais germer un sourire plus que satisfait avant d'entendre sa phrase se faire stopper net par une main qui venait de lui saisir le visage.

L'air autour commença à se cristalliser autour de la main, tandis qu'une légère couche de glace se dessinait sur sa peau. Son teint traversa plusieurs coloris pendant qu'il se tordait de douleur. Ses gémissements étouffés par la glace qui recouvrait ses lèvres un peu plus chaque seconde me firent frémir et lorsque je le vis tomber au sol, une terrible envie d'écraser son visage s'empara de mon être. Imaginez. J'aurais alors brisé la glace et blessé au mieux, au pire son visage se retrouvait craquelé en morceau sur le sol. Toutefois, je doutais fortement que le contact fût maintenu suffisamment longtemps pour solidifier le sang ainsi que les muqueuses. Sa tête avait certainement pris un coup de froid, mais cela devait s'arrêter là.

La maîtresse de la glace se réinstalla près de moi, alors que je laissais une poussière cristallisée se poser dans la paume de ma main. Son visage se ferma un instant comme si elle voulait changer de sujet et finit par m'adresser la parole une fois de plus. Elle voulait savoir mon nom et je dois avouer avoir été curieux d'en savoir plus sur elle également.

-Ozuki.

Inutile de lui donner toute l'information. Une simple recherche sur le net permettait d'avoir un bon aperçu de mon palmarès comme me l'avait montré Fawkes. Mon but ici, n'était pas de faire naître la peur, mais de savoir si je pouvais m'en faire une alliée. Son pouvoir pouvait s'avérer utile dans mes projets d'avenir. Je réfléchissais calmement, avant de laisser parler ma curiosité.

-Et toi ?

Connaître son identité serait un bon début. Quant à son pouvoir, il m'intéressait au plus haut point et vu qu'elle cherchait à briser un quotidien trop monotone, peut-être allais-je pouvoir en faire quelque chose. C'était une possibilité parmi tant d'autre, mais les risques étaient minimes pour un potentiel de réussite affolant. Non, je devais tenter le coup d'une manière ou d'une autre, mais avant d'entrer dans le vif du sujet, il fallait qu'elle voit en moi quelqu'un de confiance. Peut-être plus ? Une amitié ? C'était là qu'il fallait que je porte toute mon observation. L'idée de donner trop de ma personne me fatiguait déjà, non il me fallait le strict minimum afin de pouvoir avoir un rendement maximal.

Fort de mon raisonnement, il était maintenant temps de passer à la pratique. Briser le vrai premier contact et pour se faire elle me donnait elle-même les cartes en jouant avec son pouvoir. Tout comme j'étais prévenu des limites à ne pas franchir. Ma mine neutre resta, alors que je tournais ma tête vers le ciel.

-Joli coup.

Je voulais évidemment parler de ce magnifique coup de pied qu'elle avait placé dans les côtes du soldat. La force qu'elle avait transmise et la visée était pensée pour faire des dégâts maximaux. Peut-être que l'homme avait vu l'une de ses flottantes se déplacer. Non, c'était peu probable au vu de l'absence du sang. Tout ce que je voulais savoir, c'était si le hasard avait guidé son pied ou si l'expérience s'était exprimée d'une manière ou d'une autre. C'était un peu maladroit comme façon d'aborder la chose, d'ailleurs allait-elle faire l'effort de lire entre mes lignes ? Je ne pouvais le dire à ce moment....

© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Dim 5 Avr - 4:59


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Naïveté -

Ozuki. Savoir son nom était déjà un bon début.
Madeline toucha distraitement le pendentif noir accroché autour de son cou. Elle soupira et épousseta un peu de neige qui s'était déposée sur sa robe. Utiliser son pouvoir l'avait un peu fatiguée. Elle allait devoir s'entraîner si elle voulait s'amuser.

D'ailleurs, elle avait senti Ozuki satisfait à l'idée qu'elle souhaitait sortir de la monotonie de son quotidien. Depuis son enfance, elle avait été le bébé de ses parents, une petite fille fragile qu'il fallait enfermer dans sa chambre, pour l'empêcher de voir le monde. Il y avait eu des règles strictes, des sanctions dites 'pour son bien'. Elle en était sortie naïve et aveuglée. Elle voulait découvrir tout de ce monde qu'elle ne connaissait pas; et pour une fois, elle voulait briser les règles.

Elle ressentait différents sentiments vis-à-vis d'Ozuki: une curiosité prenante, qui lui donnait envie de tout savoir sur cet homme, son histoire, son but, mais aussi une infime méfiance, malgré son état d'esprit naïf et candide.
Puis vint le compliment sur le coup de pied: elle l'avait assené d'une façon machinale, mais elle avait l'habitude de donner ce genre de coups... aux meubles de sa chambre close surtout. Le commentaire d'Ozuki la brouilla encore plus: voulait-il simplement briser la glace d'une manière amicale, ou embobiner Madeline pour la manipuler ? La jeune fille essaya de raisonner, mais elle n'y arrivait pas. Son côté naïf ressortit, et elle se retrouva à donner au jeune homme son nom.

"Moi, c'est Madeline. Maddie si tu veux, Mad certainement." La jeune fille avait l'habitude de toujours ressortir ce jeu de mots, si bien qu'elle ne le trouvait même plus intéressant. C'était juste un automatisme.




_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Dim 5 Avr - 8:41

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane



La soirée intéressante se poursuivait immuablement. Le corps gelé du garde toujours à nos pieds, j'observais autour de nous pour compter pas moins de sept personnes à sortir de leur fourrée pour nous neutraliser. Sept fauteurs de troubles... Je n'allais pas pouvoir m'en occuper seul s'ils décidaient de se montrer. Le risque était bien trop important pour un résultat médiocre. Sans même parler des conséquences d'un tel acte. Fawkes allait sans doute revoir son jugement et il en serait alors terminé de mon existence. Un soupir traversa mes lèvres alors que je me penchais en avant, laissant ainsi l'unique souvenir de ma mère pendre autour de mon coup. Le médaillon rectangulaire ne portait qu'un léger symbole peint à l'encre noire.

La jeune fille assise à mes côtés portaient également un objet équivalent, bien que le sien avait une forme différente, je ne doutais pas qu'elle l'avait obtenu pour des raisons similaires. Pour le comprendre, il suffisait d'observer les raisons qui l'avaient poussé à s'en prendre aux gardes. Un détail vint d'ailleurs me frapper. S'ils étaient là depuis le depuis le début, pourquoi ne pas être intervenue immédiatement ? Peut-être que je me fourvoyais, ses types ne faisaient pas parties du personnel de l'hôpital, mais d'un autre organisme. L'idée qui me frappa immédiatement fut Fawkes, mais cela ne ressemblait pas vraiment à ce que le gosse dégageait. Donc la réponse la plus convaincante, devenait irrémédiablement la famille royale.

Je soupirais devant ce simple fait comprenant qu'un seul de mes agissements pouvaient d'ors et déjà entraîner ma disparition immédiate. Le plus simple aurait été une fois de plus la fuite, mais sans pouvoir courir, cela ne m'était guère possible. J'étais donc condamné à rester assis sur ce banc à discuter avec la demoiselle. Tout en faisant attention aux mots que je prononçais. Imaginer qu'un de ces chiens puisse avoir le même don d'observation que leur prince me mettait très clairement la pression. Il y avait pourtant un détail que je n'avais pas pris en compte, la distance qui me séparaient d'eux. Une dizaine de mètre, c'était largement suffisant pour me voir, mais pas pour entendre ce que je racontais, à moins de parler fort.

Pendant mes réflexions, je sentais le regard de la jeune femme sur moi. L'intéressais-je ? Cela était sans doute légitime, mais sur le plan physique, je n'avais décelé aucune différence entre eux et moi. Si ce n'était la différence de sexe présente également dans les pays libres. Je soupirais avant de l'entendre se présenter à son tour. Elle usa d'un petit jeu de mot qui semblait la lasser, comme si l'habitude n'était pas faite pour elle. Mes billes se fermèrent alors qu'un léger sourire s'affichait en coin sur mon visage.

-Je me contenterai de Madeline.

Mon ton était plutôt froid, mais c'était ma façon d'être. À vrai dire, j'aimais garder une certaine distance, cela permettait de rien attendre et donc d'éviter les déceptions en tout genre. À cette simple pensée l'image de cet homme repris sa place dans mon esprit et mon sourire disparu. Un simple soupir parvint à faire disparaître cette image dégradante et voilà que je pouvais à nouveau jouir de ma parole.

Le premier pas était franchie, sa réponse me donnerait une idée de ce qu'elle entendait et je pourrais alors agir en conséquence, mais avant ça, il fallait la mettre un peu plus en confiance, lui montrer que nous avions quelques points communs sur certain sujet.

-Toi aussi tu détestes t'ennuyer ?

Ainsi, je lui donnais une réponse en plus d'en attendre une à laquelle je connaissais déjà la réponse. Un gage de confiance donc, même si je ne prenais aucun risque encore une fois. Ses réactions parlaient d'elles-mêmes, l'absurdité de l'habitude la dérangeait et elle voulait la combattre, mais allait-elle être en adéquation avec son coeur au travers de ses mots ? C'était une autre histoire, à laquelle j'attendais une réponse. Franche ou non, cela m'était bien égal pour être franc, cette simple discutions était une distraction en soit et j'étais bien capable de m'en contenter, bien qu'il serait décevant de laisser passer une telle chance.

© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Dim 5 Avr - 13:21


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Points communs... -
jakan-hana - Deviantart

Madeline regarda devant elle pour discerner des silhouettes qui semblaient les encercler. Elle plissa les yeux, et se rendit compte qu'ils ne portaient pas le même uniforme que la sécurité de l'hôpital. Madeline analysa la situation le plus calmement possible. Alors l'homme qui l'accompagnait était traqué ? C'était une information intéressante, et cela ajoutait du piment à la situation. Même s'ils les attaquaient, et même s'ils n'étaient que deux contre un groupe entier, Madeline pourrait se battre, et dans le pire des cas, s'enfuir sans laisser de trace: on ne pouvait pas dire que ses vêtements noirs attiraient l'attention, et la seule chose qui aurait pû compromettre cela était sa peau pâle, qui reflétait légèrement la lumière de la lune. Il n'y avait donc pas beaucoup de danger, mais pour l'instant, Madeline préférait rester sur son banc.
Lorsque le jeune homme se pencha, Madeline aperçut un pendentif autour de son cou. Même chose qu'elle... ils avaient au moins un point commun, puisqu'il avait dû l'avoir dans à peu près les mêmes circonstances qu'elle. Cela lui rappela encore une fois son enfance, et la question suivit n'arrangea cela en rien.

"Disons que... j'ai jamais vraiment eu l'occasion d'utiliser le mot 'amusement'. J'ai passé ma vie à m'ennuyer." Madeline haussa les épaules et soupira en repensant au temps perdu, enfermée, à lire et écrire des poèmes pour exprimer son désespoir.
La phrase d'Ozuki révélait que lui aussi n'aimait pas s'ennuyer. Un autre point commun... Madeline ne savait vraiment pas quoi penser de cet homme. Il semblait à tout prix vouloir mettre la jeune fille de son côté... mais peut-être n'était-ce qu'une impression.
Madeline décida qu'elle allait devoir en connaître plus sur lui. Elle hésita à quelle question poser, puis se résolut à parler.

"Comment t'as aterri ici ?"
Elle restait sur des questions simples, qui montraient qu'elle s'intéressait au jeune homme, mais pas excessivement non plus. Et peut-être que ses réponses dévoileraient une certaine réciprocité...





_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Dim 5 Avr - 15:11

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane



La lune était haute dans le ciel et les dernières parcelles de glaces s'étaient déjà transformées en minuscule goutte d'eau qui tombait sans provoquer le moindre bruit, la moindre sensation. L'aura que pouvait créer Madeline était autrement plus intense que le froid léger qui envahissait l'espace. Le calme régnait dans le jardin, tout du moins celui-ci était revenu puisqu'il y avait toujours notre congelé qui gisait à nos pieds. Mon attention se porta sur lui pour quelques secondes. Ses lèvres avaient retrouvé une couleur acceptable, mais ses yeux étaient toujours clos tandis que des léger traits de glace habillaient ses cils. Nul doute qu'il allait rester là encore un petit moment, pendant que nous bavardions sous ce ciel étoilé bienveillant.

Ce n'était pas tout à fait vrai puisqu'il y avait toujours ses sept gêneurs qui étaient très certainement à la solde de la famille royale. Je n'oubliais pas la promesse de Fawkes, mais cela était bien loin de son style discret. Non ces hommes étaient positionnés ici pour être visible et attirer mon attention. Une hypothèse valable, donc quelque part se trouvait le véritable espion. Invisible à mes billes, inaudible à mes oreilles et inodore à mon nez... Pourtant, il était là quelque part, à faire son oeuvre en toute discrétion pour son maître le gamin.

La jeune fille qui m'accompagnait les avaient également remarqué, cela n'avait duré que quelques secondes, mais son regard s'était arrêté plus longuement sur l'endroit où nos sept leurres faisaient leur oeuvre. Toutefois, la méthode restait étrange, utiliser un leurre pour tuer c'était évident, mais pour glaner des informations qu'un professionnel pouvait aisément récupérer sans se faire remarquer c'était une perte de moyen et de temps. Il se pouvait que Fawkes n'ait pas que des alliés et alors tout pouvait se comprendre clairement. Mes suspicions restaient alors que la demoiselle me donna des informations intéressantes sur elle.

Une triste vie de ne pas savoir ce qu'était l'amusement, mais je décelais une histoire derrière ses dire. Une histoire qui expliquait pourquoi elle portait ce pendentif et semblait être si prompte à protéger l'honneur de ceux qui l'avaient mis aux mondes. Non, il était vrai que je ne pouvais pas comprendre. Pour moi l'attachement à une personne n'était que destruction et jeu contrôle. Madeline ne faisait pas exception, je voulais l'avoir à mes côtés pour son pouvoir, pas pour autre chose. Elle serait un atout formidable dans ma chasse aux sorcières.

Mais avant de penser à futur probable, je devais me concentrer sur le présent et lui montrer un peu de bonne foi. La jeune femme semblait perdue dans ses pensées et me fixa prestement avant de montrer une pointe d'intérêt pour l'être que j'étais. Plus précisément, Madeline voulait savoir les causes de ma présence en ce lieu. Une question à double-sens hein ? Voulait-elle savoir comment je m'étais retrouvé dans un hôpital ou comment je m'étais retrouvé sur cette île ? Je fermais les yeux avant de répondre.

-Mon avion s'est écrasé après la mort du pilote. Je suis le seul survivant.

Une phrase qui pouvait sous-entendre que j'avais laissé beaucoup dans cet événement. Bien sûr, c'était totalement faux, mais cela me permettrait de savoir si elle était facilement touchée ou non. Je soupirais avant d'ouvrir les yeux pour fixer le ciel, avant d'ajouter.

-J'ai du mal à me faire à la vie ici. Les reions, les dragons, les pouvoirs. Tant de choses irrationnelles pour moi.

En un sens c'était vrai et c'était bien la première fois que je m'exprimais clairement dans cette conversation. Ma place n'était pas ici, c'était certain. Comment un humain sans pouvoir pouvait-il prétendre à une vie tranquille ? Sans attirer l'attention.. mais vivre sans attirer l'attention revient à se contenter d'un quotidien souvent morne et monotone. Toutefois, je ne pouvais pas ignorer les propos de Fawkes. Il m'était impossible de tuer, ou de blesser grièvement quelqu'un sans avoir à en subir les conséquences. J'ignorais si cela comptait aussi pour la légitime défense, mais en cas de conflit gagné d'avance, il ne fallait pas compter sur lui moi pour prendre mes jambes à mon cou. Je soupirais un grand coup, avant de poser mes coudes sur mes genoux et mon front sur mes mains jointes.

-Il y a bien trop de règle pour espérer une quelconque liberté..

Le pendentif de ma mère, flottait devant mes yeux alors qu'une légère brise se mettait à souffler. Il était temps de voir si mon hypothèse de la sensibilité fonctionnait. Dans le cas contraire, j'allais devoir revoir ma stratégie sans attirer l'attention. Le jeu en valait toujours la chandelle.

© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Dim 5 Avr - 18:43


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Points communs... -
jakan-hana - Deviantart
Madeline écouta le jeune homme attentivement, hochant légèrement la tête alors qu'il racontait son histoire. Madeline se retrouva à compatir avec lui. Il avait failli mourir dans un crash d'avion, tout de même. Elle avait l'impression que ses paroles avaient instauré un climat de confiance. Elle se retrouva à observer les traits du jeune homme. Il n'avait pas l'air méchant; juste distant et détaché. Ils étaient assez similaires, en somme. Cela permit à Madeline de se détendre légèrement, tout en gardant une infime méfiance.

Ozuki avait l'air perdu en parlant de l'île. Madeline pouvait comprendre qu'un étranger se sente perplexe par rapport au système hiérarchique et aux coutumes, mais elle était née à cet endroit: elle y avait été habituée. Le fait qu'il soit étranger faisait d'Ozuki un Hume, mais ils n'étaient pas tant méprisés qu'on le disait. Certains Reion étaient irrespectueux, mais les autres les considéraient comme des gens normaux. Du moins c'est plus ou moins ce que Madeline dit à Ozuki, avec des phrases plus brèves. Elle voulait sincèrement l'aider à se sentir mieux dans une société qui n'était pas la sienne, par compassion.

Ozuki se plaignait également du manque de liberté, et Madeline ne sût quoi répondre. Elle n'avait pas beaucoup d'expérience en cette matière, elle devait l'avouer. Elle réfléchit au sujet pendant quelques minutes, voulant aider Ozuki dans un élan de naïveté et de compassion. Cet homme pouvait l'aider à sortir de sa routine: mais que devrait-elle donner en retour ? Si elle se montrait trop intéressée, il risquerait de la manipuler; mais après tout, n'était-ce pas ce qu'il était précisément en train de faire. Madeline ne savait plus quoi penser. Elle voulait juste se détendre. Elle s'adossa plus confortablement au banc et ferma les yeux.

"Avec un peu de discrétion, il doit bien y avoir moyen de sortir un peu des règles..."
Madeline haussa les épaules alors que le vent faisait bouger ses cheveux. Ce qu'elle faisait lui importait peu: elle voulait simplement goûter à la vie.





_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Lun 6 Avr - 17:02

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane



Oui, j'avais beau retourner la question dans tous les sens. Cette île n'était pas faite pour moi. Fawkes avait raison, je ne pouvais me plaire en ce lieu. Je soupirais avant de sentir une légère brise traverser l'air. Mes billes se fermaient alors que je profitais de l'instant, après un mois à être parfaitement enfermé dans une chambre j'avais bien le droit à un peu de réconfort non ? En parlant de réconfort... je sentis sur moi le regard de la jeune fille. Elle était pleine de compassion et même si c'était mon but depuis le début, je ne pus m'empêcher de me sentir gêné. Je lui insufflais de la pitié... ce n'était pas très reluisant.

Madeline semblait bien plus apte à me faire confiance, même si je pouvais sentir une retenue naturelle. La jeune fille aux cheveux sombres était comme moi, distante et détachée tant qu'elle le pouvait hein ? Ça plus tous les autres points commun... ça commençait à faire beaucoup. La tête retenue par mes mains, je continuais de réfléchir à une manoeuvre à suivre pour paraître peut-être un peu moins froid? Devais-je vraiment risquer une fois de plus d'être déçu ? Non, bien sûr que non. Je devais me contenter de l'outil pour l'instant, c'était bien plus simple, bien moins prise de tête.

Toutefois, elle continuait de faire preuve de compassion m'expliquant brièvement, mais clairement que les gens comme moi n'étaient pas tous considérés comme des déchets par les reions. Pourtant... la vérité était en face de mes yeux. Eux avaient leurs pouvoirs, moi je n'avais que mon art. Fawkes m'avait bien fait comprendre que ma force était dérisoire par rapport à la magie. J'acceptais toutefois cet élan de compassion sans m'en plaindre, avant de relever la tête pour observer en face de moi.

Les hommes tapis dans l'ombre semblaient s'agiter légèrement, tandis qu'un docteur entrait dans l'hôpital. Il ne remarqua guère notre présence, mais je reconnus très bien son visage. C'était lui qui s'occupait de moi, c'était lui qui m'avait sauvé la vie. Une fois l'homme hors de mon champ de vision j'en revenais à cette jeune femme. Elle semblait ignorer que tout ceci n'était que de la manipulation. Ou alors... elle jouait avec cette vérité ? Mon esprit entrait en ébullition, je ne cessais de réfléchir à une solution avant de l'entendre parler.

La discrétion n'avait jamais vraiment été mon fort, mais il fallait qu'elle le devienne si je voulais survivre en ces murs. Mon visage se radoucit et mon esprit se calmait alors que j'observais la demoiselle qui se tenait près de moi, un sourire sincère sur les lèvres.

-Je n'excelle pas vraiment dans ce domaine. D'ailleurs, je vais sans aucun doute être sanctionné pour avoir porté la main sur un garde.

Je parlais lentement et détachait bien mes mots afin d'être compris. Il y avait une chance pour que je passe outre, mais cela revenait à me mettre moi-même en cage. M'excuser... cela pourrait être une solution suffisante pour éviter l'euthanasie de la part de celui qui voulait devenir mon maître. Je réfléchissais encore, alors qu'à l'intérieur du bâtiment un puissant tumulte fit bouger les choses.

C'était le docteur, il semblait courroucé par la situation et hurlait que son personnel n'était pas des plus compétents. Surpris par un tel scénario, ma tête se tourna en direction des murs alors que je vis l'homme sortir en trombe. Il sortit une cigarette et commença à la fûmer en soupirant une veine enflée sur son front. Qu'est-ce qui avait bien pu le mettre dans un état pareil ? Qu'importe... pour l'heure, j'avais plus important.

© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Mar 7 Avr - 6:46


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Points communs... -
jakan-hana -
L'esprit de Madeline était en pleine réflexion. D'après ce qu'elle en comprenait, le jeune homme attendait un moment avant de répondre; et lorsqu'il répondait, il pesait méticuleusement ses mots, comme si ses paroles étaient calculées pour faire passer un message. Voyons voir... les premières choses qu'il avait dites à Madeline étaient un compliment sur son pouvoir et son aptitude au combat, ensuite il avait amené un point commun, puis pour finir il avait appelé à sa compassion. Madeline en conclut qu'elle devait agir prudemment, pour ne pas tomber dans un piège quelconque.

Elle fût tirée de sa réflexion lorsqu'il se retourna vers elle, un sourire sincère éclairant son visage. Madeline ne s'attendait pas à le voir sourire, distant et froid comme il l'était; elle-même arrivait à peine à effectuer un petit sourire quand il le fallait - autrement dit rarement. Alors il ne voulait pas la manipuler ?... Sois prudente Madeline, sois prudente... elle se dit en cherchant quoi répondre.

"Généralement, ils arrêtent que ceux qui ont porté atteinte à un riche Reion... pas un simple garde."

Et Madeline disait vrai. Ils le rechercheraient pendant environ une semaine, puis ils passeraient à autre chose. Encore une fois faudrait-il être discret.
La jeune fille vit un docteur rentrer dans l'hôpital, puis en ressortir d'un air excédé. Que se passait-il ? Pendant qu'elle se posait cette question, une voiture se gara sur le parking. Elle la reconnaissait parmi cent autres: c'était la famille du gamin. Le couple entra, puis ressortit avec le petit garçon, avant de repartir aussi vite qu'arrivés. Au moins, elle était débarassée ça.





_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Mar 7 Avr - 9:21

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane



Surprendre pour obtenir ce que l'on voulait, là était la base de toute ma stratégie. Si des doutes planaient dans sa tête quant à mes attentions, le sourire était là pour les faire disparaître. Même si d'un certain côté... cela avait quelque chose de plaisant de se laisser plus ou moins aller. Tout comme ce doc qui dans sa blouse blanche prenait le temps de profiter de sa dose de nicotine. Il semblait réellement excédé par la situation et il n'était pas difficile de savoir qu'il retournait de ce qu'il s'était passé légèrement plus tôt. Était-ce de la peur ? Une information qu'un collègue n'aurait pas passer à un autre ? Les questions étaient grandes, mais je ne pouvais pas encore laisser la jeune femme seule.

Le silence planait désormais dans le petit jardin fleurit. Oui, elle avait sans doute raison une personne lambda n'aurait rien à craindre d'avoir désarmer un simple garde, quoi que.. cela restait à déterminer. Mais dans les fait, je n'étais guère lambda. Mes antécédents ? Le tout était maintenant de faire en sorte que la situation revienne à la normale et j'étais persuadé que la jeune fille comme le médecin allait pouvoir m'être très utile dans ce sens.

Je soupirais à l'extérieur, même si je me retrouvais sur une terre nouvelle, mon passé finissait tout de même par me rattraper. Tout ça... c'était sa faute à lui ! À peine pensais-je à cet homme que mes mains se serraient alors que mon regard se faisait plus aiguisé. Je pouvais sentir mes tripes remuer alors que j'imaginais la meilleure des façons d'effacer définitivement ce poids de ma conscience. Fawkes avait été clair sur le sujet, il fallait que je sois discret pour régler mes comptes et quoi de plus discret qu'une autre personne qui agissait à ma place ? Encore faudrait-il être assez proche de la personne en question pour lui demander un tel service. C'était bien ce que je comptais faire, bien que Lysander ou même ce fils de chien auraient trouvé ma méthode maladroite.

Mes muscles se tendaient alors qu'une terrible envie de tuer m'étreignait. Non, je ne devais plus y céder pour le moment. Mes billes se fermèrent et mon état redevint stable. Pour l'heure, je parvenais à garder un minimum de contrôle, bien que ma haine n'avait pas dû échapper à la demoiselle. En tout cas, le doc lui venez de nous remarquer et observait en silence tout en continuant de fumer visiblement légèrement apaisé.

J'en conclus que j'étais bien le sujet de ses déboires. Un soupir traversa mes lèvres alors que je fixais à nouveau la jeune femme en tenant mon médaillon par simple réflexe. Je n'aimais pas trop demander conseil... mais je n'avais aucune autre solution sous la main pour m'en sortir vivant.

-Hano... Comment je pourrais m'excuser auprès de ce garde ?

Allait-elle croire que je tournais ma veste ? Allait-elle comprendre qu'un danger bien plus grand me guettait. Tout était à voir. Je n'avais aucune probabilité quant à ce qu'elle allait faire. La porte d'entrée s'ouvrit et un couple entra à l'intérieur pour ressortir avec un gosse. Ils s'arrêtèrent discuter un peu avec le docteur avant de repartir dans leur voiture. La jeune fille semblait avoir perdu un poids en voyant la scène. Voilà pourquoi elle était venue troubler ce quotidien morne ? Intéressant.

© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Mar 7 Avr - 17:31


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Deux heures du matin -

jakan-hana - deviantart


Madeline fût encore plus surprise lorsque le jeune homme exprima son souhait de s'excuser. Elle leva un sourcil dans son incompréhension, mais lui répondit du mieux qu'elle pût.

"Eh bien, tu pourrais..." Elle réfléchit un instant. "En fait je sais pas. Je veux dire, tu l'as tabassé quand même." Madeline se remémora la scène et le coin de sa bouche se releva en un très léger sourire, pour seulement une fraction de seconde.

Puis Madeline remarqua un changement dans l'attitude d'Ozuki. Il réfléchit plus longtemps que précédemment, tandis qu'au loin, le médecin les observait. La jeune fille vit les muscles de l'homme se tendre, et une flamme brilla dans ses yeux. Il y avait là toute la haine et la rancune du monde, et Madeline ne pût s'empêcher de frissonner. Une réflexion intense avait mené Ozuki à penser à quelque chose, n'importe quoi, mais qui semblait le rendre fou de rage. Elle ne pût s'empêcher de poser une question.

"Tu as des comptes à rendre, non ?"

Après tout, elle comprenait son comportement. Elle aussi avait des envies de meurtres si quelqu'un lui rappelait trop le fardeau qu'elle portait. Cela la fit compatir encore avec le jeune homme, et cela la conforta dans l'idée qu'ils étaient du même côté. Cependant, elle garda sa légère distance... par principe. Elle ne voulait pas ni être déçue, ni se faire piéger.



_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Mar 7 Avr - 19:30

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane



Le temps suivaient son cours et la nuit avançait lentement. Nous étions toujours deux assis sur ce petit banc du jardin à l'entrée de l'hôpital. Deux personnes aux passés sans doute plus commun qu'on ne pouvait l'imaginer. J'avais sentis une pointe de peur tout à l'heure lorsque mon corps s'est tendu sous l'impulsion de mes pensées, mais surtout de la compréhension. Seulement moi... je ne me contentais pas seulement de leur geler le visage. Mes goûts étaient plus douteux en matière de meurtres. Je soupirais conscient que tenir de tel propos devant un lien presque naissant pouvait m'amener à échouer dans mon objectif.

C'était l'unique chose qui comptait pour moi. Cet homme est un danger pour ma survie, il fallait donc l'effacer. Effacer celui qui m'avait tout appris et donné une seconde chance dans la vie. Oui c'était le cas, mais tout du long, je n'étais ni plus ni moins qu'un jouet qu'on baladait au grès de ses envies. S'il m'avait créé c'était pour avoir le privilège et la gloire de coffrer un dangereux psychopathe. En somme, ce n'était qu'un jeu du chat et de la souris, avec une souris aveugle et un chat diablement intelligent et habile. Heureusement, tout était terminé aujourd'hui et j'avais même le loisir de me dresser sur mes deux jambes en gardant cette profonde rancoeur.

Bien sûr, j'étais également obsédé par mon acte irréfléchi d'un plus tôt. Fawkes avec sa force sa destructrice ne laisserait jamais passer une telle exaction sur son territoire. Lui aussi semblait ne pas être tout blanc, pour vouloir à ce point éviter d'attirer l'attention c'était une certitude. Heureusement, cette fois le jeu était différent entre lui et moi. Il ne s'agissait plus d'un chat et d'une souris, mais d'un chien et de son maître. Je continuais de réfléchir alors que la jeune femme semblait surprise par ma demande précédente.

Madeline faisait erreur, je ne l'avais pas tabassé. Aucun coup n'avait été porté fort heureusement pour moi. Je l'avais simplement désarmé en le faisant passer par-dessus mon épaule tout en le retenant pour lui éviter de se faire mal. Était-ce dans mes habitudes de faire aussi attention aux autres ? Pas vraiment non, mais comme venait de le souligner la jeune femme j'avais des comptes à rendre. Ma tête bougea un instant à l'affirmative, alors que mes lèvres s'entrouvraient pour laisser un soupir glisser dans l'air.

-Oui...

Un simple mot, si simple qu'elle allait sans doute comprendre tout le poids qu'il faisait porter sur mes épaules. Elle aussi semblait bien connaître ce genre de choses et je ne pus m'empêcher d'espérer un conseil de sa part. Au final, je me contentais de reprendre ma pose pour réfléchir alors que les sept types dans les fourrées commençaient peu à peu à décamper.

-Seulement, je dois faire attention où je mets les pieds, cette fois.

Mes billes se fermaient, laissant un long silence après ma phrase. Tout était dit ou presque dans cette simple phrase. Les règles étaient radicalement différente, et je n'avais pas encore trouvé un moyen de m'y soustraire assez habilement pour ne pas attirer l'attention.

Dans ma réflexion, je n'entendis même pas le docteur approcher. Celui-ci avait été rejoint par deux gardes plutôt tendus. Leur visage dur me regardait de bas en haut, alors que celui en blouse blanche ouvrit la bouche.

-Vous allez bien Heburin-san ?

Heburin-san... comme c'était intéressant, il usait du langage de mon pays natal. Après tout, les détails ne manquaient pas, entre ma veste d'étudiant, le blason de l'école et les étiquettes en japonais, il n'était guère compliqué de comprendre mon origine. L'homme me fixait avec un regard attendrissant.

-Je suis désolé pour ce qu'il s'est passé ce soir. Ma collègue n'était pas au courant de certains ordres venus d'en haut.

Des ordres ? Ce type employait un langage de militaire, pas de médecin. Je soupirais en le regardant, alors qu'il expliqua vouloir me parler le lendemain. Sur ces mots, il quitta notre compagnie avant de rejoindre l'entrée. Je stoppais son groupe en ouvrant la bouche.

-Qui était l'homme avec un blason étrange sur l'épaule ?

Les deux soldats se tournèrent immédiatement, ne sachant pas trop s'ils devaient divulguer une telle information, mais après un hochement de tête approbatif de la part du doc, j'eus ma réponse. C'était un capitaine, son nom m'échappe aujourd'hui, mais je savais donc où le trouver pour m'excuser. Un soucis de régler, en espérant qu'il n'y en ait pas d'autre désormais. Après cette brève interruption, j'en revins à mes réflexions, me demandant si la jeune à mes côtés allait vouloir en savoir un peu plus sur ce que j'étais.
© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Jeu 9 Avr - 17:37


Tout ça à cause d'un gamin

Ozuki Heburin, Madeline Bane

- Moment de calme -
jakan-hana -

Madeline était perdue dans ses pensées lorsqu'elle fut tirée de sa rêverie par un docteur qui interpella Ozuki. Ils parlèrent pendant quelques instants, avant qu'il ne quitte les deux jeunes. Madeline ne décela aucune tension dans le dialogue; le médecin semblait plutôt compréhensif.

D'ailleurs, le jeune homme sembla légèrement se calmer, alors que les sept individus eurent l'air d'abandonner leur plan. La situation avait pris un tournant plus serein, et Madeline n'eût plus aucune raison de se remuer l'esprit. Elle ferma les yeux et s'adossa complètement, pendant que sa curiosité envers le garçon devint plus amicale, voire sentimentale, que stratégique. Elle laissa donc les questions venir instinctivement.

"Tu as eu l'occasion de rencontrer quelques habitants ?", elle demanda dans une volonté de détendre un peu plus l'atmosphère. Ses cheveux lui retombèrent une fois encore sur les yeux, et elle les replaça lentement et calmement, comme elle le faisait toujours: on voyait bien dans ce genre de geste l'influence de son éducation stricte de Reion. Les piles de dictionnaire sur la tête pour rester droite, les bonnes manières, la maîtrise de soi pour rester gracieuse en toutes circonstances... tout ça, elle l'avait subit dès ses premiers pas. Au niveau du language, elle essayait de s'adapter aux autres, mais parfois laissait échapper une expression soutenue... qui surprenait souvent son interlocuteur.
Elle n'avait pas eu l'occasion de parler beaucoup avec les autres dans sa vie, mais maintenant qu'elle tenait une conversation avec un inconnu, elle prenait conscience du poids de sa famille, et de la façon dont n'importe quel sujet la reliait à eux. Elle sentit une pointe de culpabilité lui piquer le coeur, et serra instinctivement son pendentif. Pouvait-elle vraiment oublier cette honte, comme elle le voulait ? Peut-être, avec un peu d'aide... comme celle d'Ozuki, par exemple...





_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Jeu 11 Juin - 1:35

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane



L'heure continuait de s'écouler, l'aiguille indiquant les heures devaient déjà avoir traversé le douze. Pourtant, ils étaient toujours dehors, assis sur ce banc à profiter d'une liberté nouvellement retrouvée. Une légère brise donner un côté vivant à cette scène, tandis que la discussion prenait un air plus posé. 
Il ne faisait aucun doute que le doc était apparu au bon moment, son entré dans mes affaires avaient réussi à me faire oublier quelques instants la situation délicate dans laquelle je me trouvais. Fawkes avait toujours un œil sur moi ?
La lune illuminait le petit jardin, alors que j'entendais la jeune fille qui me tenait compagnie depuis le début s'installer plus confortablement contre le bois. Ses cheveux sombres encadrés son visage, pendant que ses billes se fermaient lentement. Je pus alors avoir tout le loisir d'observer ses longs et fins cils.

Son élégance ne faisait aucun doute, mais était-ce naturel ou seulement dû à un quelconque rang ? D'après ce que j'en avais compris en voyant son pouvoir, elle n'était qu'une Reion. Une alliée de choix, avec un pouvoir des plus intéressant. Oui, il ne fallait pas que j'oublie mon but premier. À savoir en faire une camarade pour pouvoir peut-être reprendre une vie plus normale ?
Une vie normale.... rien que d'y penser, j'en avais la nausée.... Rien n'était devenu plus barbant que le quotidien monotone d'une vie bien rangé. Voulais-je vraiment rejoindre un tel moule ? Avais-je vraiment le choix de ne pas le rejoindre ? Là était toute la question. 
Fawkes avait été suffisamment clair, la règle de base était "pas vu pas pris". Dans ce cas, je n'avais qu'à changer mes méthodes habituelles pour laisser s'installer ce nouveau chaos qui allait divertir mes nuits. Seulement, cela demandait un investissement en temps et surtout une plus grande patience... En d'autres termes, si j'empruntais cette voie, ça ne serait pas sans heurt.

Je soupirais à mon tour, quittant mes pensées du futur pour écouter le bruit de l'air qui glissait lentement, mais plus que tout c'était la voie fluette de la jeune fille qui m'intéressait réellement.
Voilà que la petite demoiselle se montrait curieuse envers moi. Une curiosité saine ? Ou un autre jeu de contrôle ? Je soupirais avant de fermer les yeux en me rappelant de Fawkes.


-Les visites ne sont pas vraiment monnaie courante.

J'ouvrais lentement les yeux en esquissant un très léger sourire, pour marquer une courte pause avant de réfléchir à ce que je devais divulguer et ce que je devais garder secret. Mon choix fut rapidement effectué.

-D'autant plus lorsque l'on est confiné dans ses quartiers, mais cela n'empêche pas les gens de se montrer curieux.

Les manières de la jeune femme ne m'avait guère échappées, voilà pourquoi je faisais un petit effort de langage pour me mettre au niveau. Tout n'était qu'histoire de confiance et malgré les apparences et mon ancien moi, une présence était agréable après bien trop de solitude. 
Je soupirais à cette simple pensée, avant de comprendre que ce changement n'était pas vraiment permanent. Ce n'était qu'une passe à traverser, jusqu'au moment où j'allais enfin trouver un moyen de m'exprimer comme par le passé.
Un sourire satisfait s'étira sur mon visage, ma survie n'était plus en danger avec l'absence des gardes et cet ordre tout à fait inattendu qui venait d'en haut. Soit une bonne étoile veillait sur moi, soit quelqu'un faisait son possible pour me garder utile.

L'un comme l'autre, la situation m'était devenu agréable et mes muscles se détendaient devant ce changement. Je n'avais plus qu'une chose à faire, m'excuser et la situation pourrait alors rentrer dans l'ordre plus ou moins.
Cela dit, je comptais bien profiter encore des quelques précieuses minutes qui s'écoulaient sous ce ciel nocturne. Peut-être me fallait-il devenir plus franc ?
Un ricanement sonore s'extirpa de ma gorge, alors que mon regard se détendait lentement. Oui, ça ne pouvait pas me tuer de l'être une fois de temps en temps.

-Surtout que je ne suis pas très alaise avec les gens de manière générale, et toi ?

Bien sûr, je gardais à l'esprit de m'en faire une alliée, mais dans ce but, je me devais d'être peut-être plus avenant non ? Un pâle sourire resté figer dans mon regard, alors que j'appréciais sentir l'air m'envahir tout autour de moi. Cela ne faisait aucun doute, une nouvelle vie s'offrait à moi.
Le tout était de faire les bons choix pour ne pas se laisser manipuler comme autrefois, bien sûr, j'allais faire des recherches sur ce crash d'avion et découvrir toute la vérité sur la mort de mon ennemi juré.

© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Lun 15 Juin - 22:31

Alors que Madeline écoutait les doux bruits des oiseaux aux alentours, toujours au côté d'Ozuki, elle pensa à la situation peu commune dans laquelle ils se trouvaient. Quel genre de jeunes s'assoit sur un banc à une heure du matin, pour avoir une conversation devant un hôpital où ils ont maltraité deux gardes quelques minutes auparavant ? Quelques minutes ou quelques heures ? Madeline ne savait même plus. Elle était si intriguée par Ozuki, comme envoûtée, poussée à en savoir plus, qu'elle en avait perdu la notion du temps.
Elle ne savait pas pour qui il la prenait; sûrement une fille naïve, obnubilée par le premier inconnu venu. Peut-être que c'est ce qu'elle était. Peut-être était-elle un pion, manipulée et utilisée à sa guise, ou un outil quelconque dont il pouvait tirer une utilité de temps en temps. Mais soit Madeline ne pouvait pas le voir... soit elle ne voulait pas accepter de le voir. Elle continuait de se mettre dans la tête qu'Ozuki avait juste la volonté de se faire une amie, mais c'était bien trop invraisemblable. Il fallait qu'elle arrête de réfléchir et qu'elle continue cette conversation comme si de rien n'était.

"Je comprends. On ne voit pas grand-monde quand on est enfermé entre quatre murs. Je peux en témoigner.

Madeline ne voulait pas particulièrement attirer l'attention sur elle, mais elle ressentait le besoin d'ajouter cette phrase, juste pour se sentir mieux.
Un petit rire d'Ozuki provoqua en elle des sentiments opposés: d'un côté elle trouvait cela encore plus intriguant, et de l'autre elle sentit son sang se glacer- déjà qu'il n'était pas très chaud à la base.

"Moi non plus, pas du tout, même."

Autant être honnête ici, elle n'avait aucune expérience sociale, et cela ne servait à rien de mentir. D'autant plus qu'Ozuki semblait être comme elle- encore une fois... c'était presque à croire qu'il faisait exprès.

_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Mar 16 Juin - 15:48

Tout ça à cause d'un gamin
Ozuki Ft  Madeline Bane


Point commun ? Non ce n'était plus vraiment des points à ce niveau, mais de parfaites similitudes. Mes yeux se fermaient lentement alors qu'en mon fort intérieur une voix hurlait de me tirer avant que ça ne dégénère. Cette fille... elle me ressemblait trait pour trait, chacune de ses phrases transpirées ce que j'étais. A un détail près, il n'y avait aucun désir de meurtre dans sa voix. 
Un soupir traversa mes lèvres, alors que je gardais les pupilles closent. Elle ne devait certainement pas avoir d'expérience dans le monde du dessous. Tant mieux, elle pouvait donc être façonné comme on le souhaitait. J'ouvris immédiatement les yeux après ma pensée, pour me mordre la lèvre. Qu'est-ce qu'il me prenait ? Étais-je vraiment devenu comme ce type ? Incapable de faire preuve de la moindre humanité ? Juste bon à voir le potentiel destructeur qui hantait les gens ? 
Le sang s'écoulait de ma morsure, pour venir colorer légèrement mon menton. Non, ce n'était pas ce que je voulais ! Je voulais juste le tuer, lui et tout ce qu'il avait instauré... Bien qu'il m'était impossible de redevenir un gentil petit citoyen désormais.

Je soupirais une fois de plus, avant d'essuyer ma lèvre lentement. Utile oui, elle pouvait l'être, mais ce n'était pas ce que je pouvais créer chez elle qui m'intéressait, mais bien ce qu'elle pouvait potentiellement m'apporter. 
De ce que j'en savais, c'était une Reion, une Reion bien différente de Fawkes. Là où lui semblait jouer la carte du pouvoir, elle se contentait d'apprécier l'instant. Sans doute un stigmate de son passé qui ne devait pas être beaucoup plus rose que le mien.
Tout comme moi, Madeline avouait n'avoir aucune expérience en matière de relation sociale. Une réponse qui me fit étirer un léger sourire amusé. Nous étions presque deux animaux, l'un sauvage et l'autre domestique avec des règles de vies et pourtant nous parvenions à communiquer. En un sens c'était peut-être ça l'intelligence ? Être capable de se poser sur un banc en pleine nuit, après avoir maltraité un garde malencontreusement.
Voilà qui résumait assez bien ce que j'étais, un animal difficilement maîtrisable par la force, mais sans doute beaucoup plus facilement domptable par les mots. 
Après tout, je n'avais aucune connaissance de ces mots, aucun moyen de me défendre réellement efficace. J'en soupirais encore une fois, avant de me tourner vers la demoiselle qui devait être dans un cas sans doute assez similaire. Lentement, je laissais mes mains s'ouvrir et le sang sur mes lèvres perler.

-Etrange que l'on arrive à tenir une conversation alors que nous sommes tous deux des bêtes... étranges mais plaisant d'un certain côté.

Voilà que je laissais mes pensées affluaient via ma voix. Signe que j'étais apaisé, mais c'était peut-être le détail qui allait mettre un terme à cette conversation qui sait ? Après tout, je venais de la qualifier de bêtes. Voilà que je laissais mes pensées affluaient via ma voix. Signe que j'étais apaisé, mais c'était peut-être le détail qui allait mettre un terme à cette conversation qui sait ? Après tout, je venais de la qualifier de bêtes.
Si d'un point de vue génétique, ce n'était qu'un fait avéré. L'éthique voulait que je me montre beaucoup plus courtois. Au final, ce n'était qu'une stratégie de plus pour savoir si l'orgueil la hantait ou non. Un moyen sans doute simple, mais efficace, de savoir si j'allais pouvoir la considérer comme égal ou non.
Oui... m'allier avec quelqu'un que je ne pouvais considérer comme mon égal ou toiser de haut, était parfaitement impensable. Ce n'était plus une alliance, mais un chien qui parlait à son maître. Un peu ce que Fawkes voulait faire avec moi. 
Je n'avais absolument aucune envie de vivre cela avec Madeline. Ainsi, selon sa réponse, soit j'allais rester, soit j'allais regagner mes appartements aux murs blancs et fermer le débats. La vie étant faites de rencontre, j'aurais une autre chance un jour s'il s'avérait qu'une alliance était impossible. 
Cette pensée en tête, j'observais le ciel. Les oiseaux volaient lentement à travers les ombres pour finalement disparaître derrière de grands arbres. Un spectacle insolite, mais qui me rappelait combien de chaîne était attaché à ce boulet que je me traînais au pied.
© By Halloween sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Reion


Messages : 41
Date d'inscription : 31/03/2015
Pouvoir : Aura glacée
Classe : Reion
Pins : 280

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin Lun 13 Juil - 14:23

Madeline écouta Ozuki attentivement, puis réfléchit à ses mots. Des bêtes... bien que cette qualification ne soit pas très flatteuse, elle correspondait tout de même à la situation. Enfin, Madeline était loin de savoir tout de l'histoire d'Ozuki, mais il émanait une sorte d'aura de haine et de violence. Il était au premier abord une sorte de chien méchant, et elle un petit caniche qui avait passé sa vie domestiqué, et qui découvrait pour la première fois la vie à l'état sauvage. Elle ne fût donc pas très choquée de l'emploi de ce terme.

"Tu as raison. Mais en fin de compte, tu ne crois pas que tout le monde a une part bestiale ? Je pense que plus que philosophique, c'est même une question génétique."

Madeline haussa les épaules; c'était juste une supposition. Même si elle avait reçu une bonne éducation, elle n'était pas chercheuse ni psychologue. Elle s'était juste rendue compte, grâce à son infime expérience, que même les personnes les plus gentilles et généreuses ont une part sombre. Et bien que sachant cela, elle était censée se méfier de tout, elle reste la naïve petite fille qu'elle a toujours été- risquant, justement, de se faire influencer par Ozuki durant leur discussion.
Etait-il en train de façonner son esprit tel qu'il le voulait ? Etait-il en train de l'utiliser ? Ou se faisait-elle juste des idées ? Madeline ne savait pas trop quoi penser de la situation actuelle.

_________________

'There's just one kind of folks. Folks.'
'If there's one kind of folks, why can't they get along with each other ? If they're all alike, why do they go out of their way to despise each other ?'
-To Kill a Mockingbird, Harper Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un gamin

Revenir en haut Aller en bas

Tout ça à cause d'un gamin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COLIN'S ISLAND :: Centre-Ville :: Hôpital-