top site

top site

top site

top site




INFORMATIONS ▲
▬ Nous recherchons activement des marqués et humes, merci de privilégier ces classes ♥
▬ Le premier event, bal organisé par le couple royal, à débuté. Soyez nombreux à participer !

Partagez|

Sur une piste princière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
» Kalet Beleren
Servant

avatar
Servant


Messages : 58
Date d'inscription : 01/07/2015
Pins : 1361

MessageSujet: Sur une piste princière Jeu 2 Juil - 14:56

Un mois... C'était passé si vite depuis la disparition de lord Jace, sans qu'on ne parvienne à le retrouver, ou même à dénicher le moindre indice quant à ce qui lui était exactement advenu. A mes yeux, celui qui s’entraînait alors avec lui n'avait pas tout dit, mais bon qui écoutait le bâtard, le sang mêlé au nom factice ? Ainsi plutôt que d'insister sur la chose, les recherches avaient commencé à l'aveugle dans les environs de sa demeure, puis de plus en plus loin, sans que personne ne sache où il était passé. Bien sûr, on pourrait s'étonner du fait que personne n'ait vu un Reion suprême, mais en même temps Jace était jeune, et était loin d'être le plus connu d'entre eux, donc il n'était pas impossible que nombre de personnes ne soient même pas fichus de le reconnaître ! Cette simple pensée m'énervait, même si ce n'était rien comparé à cette sensation de ne pas progresser malgré tout nos efforts ! Il avait dû lui arriver quelque chose, et si je mettais la main sur ou les responsables je me jurai de le leur faire chèrement payer, et je n'aurai pas besoin de mon don pour m'en souvenir !

Cependant je ne me leurrais pas, je le savais bien, cette haine là... Elle n'était qu'un voile, du moins en partie, pour essayer de dissimuler la peur que j'éprouvais de plus en plus à chaque jour qui passait sans nouvelles. Un mois seulement, j'en avais au moins cinq autres devant moi avant de subir les premiers contrecoups de mon pouvoir, de ma malédiction, auxquels seul Jace pouvaient me soustraire temporairement. Bien sûr, je faisais de mon mieux pour retarder la chose, essayant de ne prêter attention à rien qui ne soit important pour que mon esprit n'ait rien de négligeable à retenir... Mais ma mémoire n'était pas si aisée à duper et alors même que j'essayais de faire le vide, il me revenait le parfum d'une fleur en vase à côté de laquelle je n'avais fais que passer.

Bien sûr, cela avait des côtés plaisants, surtout que je pouvais décider de quoi me remémorer, mais je n'étais pas dupe des conséquences de la chose, pour les avoir déjà vécu et en avoir déjà été sauvé... Mais justement, parce que je savais ce que c'était je ne pouvais pas abandonné comme d'autres l'avaient déjà fait ! J'avais également d'autres motifs, plus intense le soit, tel le simple fait que j'étais son servant et que je lui vouais une sincère affection... Seulement la peur offre des ressources que ne peut donner la volonté seule, et je passais ainsi chaque jour à chercher avec désespoir la moindre trace, le moindre indice.

Seulement je n'étais pas vraiment aidé. Certes je n'étais pas le seul à toujours chercher, mais les autres le faisaient pour la plupart plus par devoir que par réelle conviction, et quand bien même j'étais le servant de Jace ce n'était pas avec moi, le sang mêlé, que l'on partageait les informations ou qu'on offrirait quelques moyens pour se faire.

Cela s'avérait tant est si vrai que je n'avais pas tardé à juger qu'il serait plus productif de m'en remettre à moi même et non aux autres... Et c'est ainsi qu'alors que seule la ville avait fait l'objet d'investigations jusqu'alors, leur élargissement ne devant avoir lieu que bien plus tard, je pris la décision d'aller au delà et de commencer à fouiller à l'extérieur. 

Ainsi je passais des journées à interroger des gardes forestiers ou des montagnards, afin de savoir s'ils n'avaient pas trouvé de personnes égarées récemment, ou même hypothèse que je redoutais mais ne pouvait écarter, un corps. Ma situation et mon pouvoir me furent ici d'une grande aide,  la première forçant la mains aux humes à me répondre et à m'accorder tout le temps que je souhaitais et le second me permettant de recouper aisément les informations que je possédais sans la moindre altération. C'est ainsi que je compris rapidement que la matrone qui avait récemment pris un petit mignon sous son aile selon un montagnard était la même que la dame qui avait récemment fait une curieuse récolte  il y a de cela un mois aux dires d'un forestier, et qu'il s'agissait de la fameuse Lilliana, femme solitaire qui refusait de se laisser réchauffer par un de mes ponctuels compagnons de comptoir qui s'en lamentait à l'occasion...

Et il n'y avait en soit rien de surprenant à ce que tout cela ait échappé aux recherches. Les citadins se moquaient bien pour la plupart de ce qui se passait dans les campagnes, et ce récit dont j'avais ouï n'était rien de plus qui courrait et qui tendait à s’essouffler. Après tout qui se soucierait d'ici un mois que Lilliana soit toujours avec son protégé, et qui en parlerait alors ? Ravi que mon initiative porte ses fruits, je n'en relâchais pas moins mes efforts...

Ainsi, au lendemain de la mise en relations de mes découvertes, je me dirigeais vers la demeure de Lilliana, n'ayant aucune peine à obtenir son adresse auprès de celui qui se languissait d'elle en échange de quelques verres et de quelques atermoiements. L'atteindre fut aisée, n'étant pas si loin que la capitale que cela, et m'étant attendu à une demeure comme les autres, je fus quelque peu ébahi quand je vis s'offrir à ma vue une gigantesque ferme, qu'elle ne pouvait probablement pas entretenir seul. Ce dernier point compliquerait peut être un peu l'affaire... Mais je ne m'en avançais pas moins vers la demeure, à la porte de laquelle je tambourinais. Le soir tombant, je n'avais vu aucune machine ou travailleur dans les champs et de fait je savais qu'on m'ouvrirait...

Et ce fut le cas, une femme assez âgée, mais néanmoins ravissante, qui devait être la fameuse Lilliana, à laquelle je m'adressais sans détour.

"Bonjour... Je me nomme Kalet Berelen, et j'ai entendu dire que vous avez récemment recueilli un jeune homme. Or il s'avère que l'individu que je sers est intéressé par la chose, par conséquent je souhaiterai le voir !"

Ma voix avait été sèche et autoritaire, me montrant au final assez peu aimable. Ayant été moi même constamment rabaissée au seul titre de mes "origines inférieures" de sang-mêlé, je n'aimais pas agir ainsi. User de mon autorité en tant que Reion sur les hume, quand bien même ma position de Servant était évidente avec mon collier, n'était qu'une chose que je faisais qu'en cas de nécessité... Et puis j'avais hâte, dans tout les cas, hâte de retrouver Jace s'il s'agissait bien de lui, et hâte de retourner à mes recherches s'il devait s'avérer que cette piste était fausse.

Et puis dans le fond je me moquais bien de ce qu'elle pensait de moi, j'avais l'habitude d'être mal vu, alors une personne de plus ou de moins... Le mieux pour tout le monde serait qu'elle ne s'arrange pas pour que la tension que j’éprouvais déjà se mue en colère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Sur une piste princière Dim 5 Juil - 1:57





Une vieille connaissance

Kalet Beleren & Jace Beleren

La chaleur se faisait intense en campagne, terrassant même les plus courageux qui, sous le soleil ardent tentaient de continuer leurs récoltes. Les plus chanceux, ceux qui avaient des tracteurs de compétition avec clim et lecteur CD intégrés, prenait les autres de haut, encore plus lorsqu'ils croisaient par le plus pur des hasards un jeune garçon qui débutait tout juste dans le domaine de l'agriculture, et dont sa protectrice ne possédait rien de très luxueux chez elle. C'était donc à la main qu'il faisait la récolte, torse nu pour tenter de se soustraire au supplice, en vain. Son corps était trempé de sueur, tandis qu'il n'était au travail que depuis une dizaine de minutes. Il avait déjà vidé la grande bouteille d'eau posée près de lui. Heureusement pour lui, le champ n'était pas si grand. C'était juste suffisant pour subvenir à Liliana durant toute l'année. Mais maintenant qu'ils étaient deux, il allait falloir très probablement l'agrandir, sans quoi arrivés en hiver ils risqueraient de se retrouver sans rien!

C'est donc harassé par la tâche qu'il rentra le soir, trempé de sueur il se dirigea directement dans la salle de bain, tandis que Liliana préparait un ragoût avec une grosse pièce de boeuf rien que pour lui et dont l'odeur embaumait chaque recoin de la maisonnée. Elle n'était pas bien large et même un peu biscornue, mais possédait un étage ce qui était très pratique pour capter la brise. Jace s'était plongé dans un bain frais, la fenêtre ouverte pour obtenir toute la fraicheur qu'il pu tandis que la pénombre envahissait les rues du village. Il n'y avait pas de vis à vis, ce qui était très plaisant. Ne pas avoir à faire attention au regard de ses voisins, c'était surtout Liliana qui en avait besoin car malgré que la quarantaine déjà dépassée, elle restait bien conservée, et les gars du village parlaient de bon train sur ce qu'ils auraient ou non bien voulu lui faire...

Alors qu'il savourait son moment de détente, il entendit en bas quelqu'un tambourinait à la porte qui s'ouvrit quelques secondes après. Jace ne s'en inquiéta pas plus que ça, continuant son bain à l'étage et en profitant pour enlever toute la crasse accumulée, l'eau devenant presque opaque.

La femme aux longs cheveux noirs de jais ouvrit la porte sans même se méfier de qui aurait pu être derrière. Elle avait une longue robe lâche au tissu léger et aux milles couleurs, tandis que son visage, pâle avec de légères rides aux coins des yeux, semblait tout à fait surpris de découvrir un l'homme qui se  trouvait sur son paillasson.



"Bonjour... Je me nomme Kalet Berelen, et j'ai entendu dire que vous avez récemment recueilli un jeune homme. Or il s'avère que l'individu que je sers est intéressé par la chose, par conséquent je souhaiterai le voir !"



Beleren? Comme Jace? C'était louche! Et ça notre madame le savait bien! Elle plissa les yeux, faisant ainsi ressortir ses petites rides.


"Bonjour... Intéressé par lui vous dites? Pourquoi donc? Il n'a rien fait de mal, je le sais je le surveille et c'est moi qui lui apprend les ficelles du métier. De toute manière, il est dans son bain, vous voulez entrer en attendant qu'il ait fini? Je pense qu'il n'en a plus pour longtemps..."


Elle l'invita à entrer et referma la porte derrière lui. L'entrée était composée d'un séjour et d'une cuisine ouverte, et tout comme les murs de la maison chaque meuble était fait de bois. Le décor était traditionnel et ancien, mais semblait d'autant plus chaleureux que ces appartements modernes à l'ameublement suédois. Ici au moins, tout était authentique et fait sur mesure, avec ses qualités et ses imperfections. Aucune télévision ou poste de radio ne figuraient dans la pièce, mais beaucoup de jeux de société avaient été sortis sur le canapé, accentuant le coté rustique.

La marmitte ronronnait toujours sur la gazinière, tandis que la table avait déjà été mise pour deux personnes.


"Beleren. C'est drôle comme nom, et probablement peu commun."


Elle abordait le sujet sans vraiment le faire. Elle voulait des informations sans vraiment en donner, elle voulait savoir, mais en même temps avait peur qu'on lui retire son protégé. Elle profitait donc qu'il ne soit pas encore dans la pièce pour mener sa petite enquête, l'air de rien.
Elle lui fit signe de s'asseoir à la table déjà mise, et lui proposa de l'eau ou bien du jus d'orange. Un ventilateur pivotait sur lui même non loin, les ébouriffant à chacun de ses passages mais rendant l'air beaucoup plus vivable en cette nuit d'été.

Tandis qu'elle lui servait sa boisson, Liliana avait pris soin de dissimuler un couteau dans sa manche. Elle n'était pas née de la dernière pluie, et si la haute société en avait contre Jace, elle était prête à se battre pour lui.

Elle le considérait aujourd'hui comme le fils qu'elle n'a jamais pu avoir, et personne ne pourrait lui retirer.
Revenir en haut Aller en bas
» Kalet Beleren
Servant

avatar
Servant


Messages : 58
Date d'inscription : 01/07/2015
Pins : 1361

MessageSujet: Re: Sur une piste princière Lun 6 Juil - 23:20

A la vision de la femme d'âge mur qui me fit face je me surpris à comprendre pourquoi cet homme à la taverne s'apitoyait tant de ne pas la séduire. Certes, les marques étaient clairement visibles sur sa peau, mais elle les portait avec grâce et ainsi la finesse de ses traits et de son corps s'en étaient retrouvés intactes, sans doute aidés par le labeur des champs. Qui plus est tout cela était rehaussés par une robe bien chatoyante pour une agricultrice... Et puis je me rappelais que de tels choses pouvaient finalement être trouvés à bas prix désormais. J'avais peut être une mémoire parfaite, il n'en restait pas moins qu'à côtoyer les Reions suprêmes et leur système archaïque du pouvoir il m'arrivait de ne pas songer à la modernité du monde...

Sans doute ne s'agissait il que d'une vulgaire robe synthétique de piètre qualité au final, mais je n'avais étudié d'ouvrages en la matière, qui à vrai dire m'intéressait assez peu, et si c'était le cas, cela n'ôtait rien au charme de mon interlocutrice. Cependant, cela n'était pas ma considération première, et je fus à vrai dire tout d'abord intéressé par sa réaction et les questions qu'elle m'adressa. Il était rare de voir un hume faire preuve d'autant de caractère face à un Reion, surtout lorsque celui ci se prétendait être un servant mandaté par la famille royale. Néanmoins, elle ne semblait pas non plus me rejeter et semblait prête à se montrer relativement conciliante. Cela me poussa donc à lui répondre, d'une voix toujours autoritaire, mais un peu plus douce.


"Je ne peux pas vous en dire beaucoup, mais soyez rassuré sur un point. Ce n'est pas du mal qui lui est voulu, sans quoi je viendrai vous voir d'une toute autre manière, vous pouvez me croire. Je ne crois pas qui plus est à vous entendre que ça soit un mauvais garçon, mais je dois m'assurer de son identité... Et de fait je vais entrer avec plaisir, si vous me le permettez."

Ainsi, à son invitation, je pénétrais dans sa demeure, qui loin du luxe des demeures des Reions, n'étaient pas sans m'en rappeler certaines de par son aspect rustiques et l'absence de nombres de technologies considérées comme élémentaires... Et que je n'appréciais guère pour la plupart, nombre d'entres elles ne servant qu'à communiquer des informations inintéressantes dont je me rappelais malgré moi ! Cependant, un simple coup d'oeil me suffit pour mémoriser chacun des éléments de la pièce, des meubles aux quelques jeux sortis, me rappelant au passage en détail les règles de ceux que je connaissais. Finalement ce qui m'intéressa le plus furent les couverts sur la table et la marmite. Ainsi l'heure du repas approchait, et au vu du nombre de couvert il y avait bien quelqu'un d'autre avec Liliana, et peu probablement un compagnon vu ce que je savais d'elle, me confirmant la présence de cet enfant et le fait qu'il ne tarderait pas.

Et je réfléchissais d'ailleurs à ce qu'elle m'avait dit à son sujet. Elle lui apprenait les ficelles du métier ? A vrai dire je voyais mal, avec sa stature frêle, travailler dans les champs. Son corps, et surtout ses mains n'avaient pas été sculptés pour cela ! Cependant il ne fallait pas oublier les effets de son pouvoir, et en particulier les conséquences potentiellement désastreux de son contre-coup. Autant quand il en usait avec moi cela allait. Ses souvenirs superficiels étaient remplacés par les miens, mais que son cerveau oubliait rapidement pour éviter la surcharge comme le faisait le mien, mais pour peu que ça soit des souvenirs plus importants qui soient atteint. Ce n'était certes jmaais advenu, mais j'avais été assez proche pour entendre plus d'une fois que les conséquences de son pouvoir pourrait etre désastreuse, et je me souvenais de chacune des fois où cela avait été dit.

Cependant elle m'adressa de nouveau la parole alors que je réfléchissais. Cela ne m'empêcha pas de répondre à son offre avec vivacité, mettant brièvement de côté son commentaire, le temps de m'asseoir et d'accepter le verre d'eau qu'elle m'offrait. Seulement, pendant cet instant je me rendis compte qu'un détail avait changé dans la pièce... Ce qui ne m'empêcha pas de finalement lui répondre, tout en profitant de l'agréable fraîcheur dégagée par le ventilateur.

"Pour être honnête, ce nom est probablement unique, Puisque je ne l'ai hérité ni de ma mère, ni de mon père, mais d'une personne qui m'est très chère."

A l'évocation de mon père, ma voix s'était durcie malgré moi. Je ne parvenais toujours pas à évoquer cette raclure sans laisser transparaître ma hargne son égard, et je dirai même que cela empiré avec le temps ! Quant à l'évocation de Jace... Je n'avais pas parlé de lui en tant que mon maître, non seulement car la chose était étrange, mais surtout car ce n'était pas en tant que tel, en tant que prince, qu'il m'avait donné ce nom, mais en tant que ce jeune enfant adorable auquel je tenais tant... Mais alors que j'aurai pu avoir fini mes propos, je repris la parole, avec une intonation bien plus rude.

"Sur ce... Je ne saurai trop vous conseiller de lâcher cette dague que vous tenez. Vous ne savez pas quel est mon pouvoir, mais soyez certaines que si vous entravez ma tâche je n'hésiterai pas à en faire usage..."

En vérité cela avait déjà été le cas... Puisque sans mon pouvoir le détail infime qu'était la disparition d'un couteau aperçu du coin de l'oeil, ne me serait même pas venu à l'esprit... Alors que cela m'était évident qu'elle devait bien en avoir fait quelque chose, et j'ignorais quoi, mais cela ressemblait trop à un mauvais scénario d'histoire policière pour que cela n'évoque pas en moi quelques soupçons.

Pour autant mes menaces n'étaient pas constitués de mots en l'air... Car malgré le fait qu'elle m'était une malédiction j'avais aussi mis à profit ma mémoire pour apprendre à protéger Jace, et de fait à me protéger moi même... Enfin, je finis tout de même par reprendre d'une voix plus calme, sirotant mon verre d'eau.

"Enfin, j'espère que nous n'arriverons pas à de telles extrémités... Je souhaite juste voir ce jeune homme, et s'il est bien celui auquel je pense, croyez moi, cela sera pour son plus grand bonheur."

Et si je me trompais j'en serai quitte pour un profond désappointement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Sur une piste princière

Revenir en haut Aller en bas

Sur une piste princière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COLIN'S ISLAND :: Extérieur de la ville :: Le village-