top site

top site

top site

top site




INFORMATIONS ▲
▬ Nous recherchons activement des marqués et humes, merci de privilégier ces classes ♥
▬ Le premier event, bal organisé par le couple royal, à débuté. Soyez nombreux à participer !

Partagez|

Lullaby || Kaïnan ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Dragon


Messages : 116
Date d'inscription : 02/06/2015
Fiche : www
Classe : Dragon Sauvage.
Pins : 39

MessageSujet: Lullaby || Kaïnan ♥ Mar 30 Juin - 17:31

Stop swaying when the moon is shaking thou
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ses pieds nus foulent les pavés avec légèreté, sa robe suivant les mouvements de ses hanches qui ondulent au rythme de ses pas, discrètement. Elle n'appréciait pas vraiment les vêtements -encore une bizarrerie des humains-, mais cette robe-ci ne la dérangeait pas. Le tissu était était léger et doux, si bien qu'elle avait l'impression de ne presque pas le sentir. Il ne la gênait pas de plus pour faire de mouvements, contrairement à ces tenues que portaient les humaines de la haute société et qui lui donnaient des suées rien qu'à voir le nombre de couches de tissus qu'elles portaient. Comment espéraient-elles bouger correctement et chasser ainsi vêtues ? Même un lourd sanglier pourrait les distancer à la course dans ces conditions. Non décidément, malgré les années, Petra avait encore bien du mal à concevoir que la logique humaine était très différente de celle des dragons.

Elle continue son chemin, tranquille. La nuit a recouvert de son long manteau l'île et la cité, apaisant les ruelles grouillantes de vie de cette dernière. Petra préfère pousser ses explorations curieuses ainsi, alors que les humains sont rentrés chez eux pour la plupart.  Ce n'était pas comme si, contrairement à eux, elle avait quelqu'un pour l'attendre. La jeune dragonne n'aurait qu'à se re-transformer quand elle voudrait retourner rejoindre sa montagne et ses forêts sauvages pour se reposer. La grotte dans le flanc de la pierre millénaire qu'elle occupait et qui lui servait principalement de nid d'hiver ferait l'affaire, mais elle pouvait tout aussi bien dormir n'importe où. De toutes manières, pour le moment, Petra n'avait pas sommeil. Elle chassait.

Le terme était probablement un peu exagératif. Mais il y a quelques jours de cela, alors qu'elle s'était égaré dans les quartiers Nord, que pourtant elle n'appréciait plus que cela, la cracheuse d'acide avait senti quelque chose. C'était différent et familier à la fois. Il lui avait fallut quelques minutes supplémentaires sur le moment pour reconnaître cette fragrance très discrète d'acide draconique, propre à son espèce. Elle n'avait été capable de trouver la source, mais en réfléchissant plus tard, Petra avait tiré la conclusion la plus logique qui lui venait. Il y avait un dragon dans ce quartier. Probablement même un domestique, comme l'était Hypérion. Cette pensée la faisait grincer des crocs, mais la curiosité était trop forte. Car la cracheuse d'acide détestait ne pas savoir.

Alors après avoir croqué un daim pour se remplir le ventre, elle avait rejoint la ville, attendant la fin de journée pour éviter les foules. La dragonne avait tenté de flairer la fragrance, légère mais présente dans l'air, signe que celui qu'elle cherchait avait réellement son nid d'établit dans les environs. S'il n'était que de passage, jamais l'odeur ne serait resté, comme indélébile. Ses pas la conduisirent finalement jusque devant une demeure, vaste et entourée d'un jardin civilisé bien entretenu qui arracha un reniflement méprisant à la femelle. Ces humains et leur manie de vouloir tout contrôler, tout domestiquer, même les buissons.

Elle redressa la tête soudain, ses sens s'agitant. Elle entendait quelque chose. C'était doux et mélancolique et sans savoir pourquoi sa gorge se serra un peu. Il fallait qu'elle sache d'où ce son mélodieux venait. La dragonne fit le tour de la demeure, silencieuse et discrète comme une ombre. Au pire si quelqu'un la voyait, il lui suffirait de se transformer et de s'envoler. Mais elle voulait voir d'abord. Son pouls s’accéléra quelque peu alors que la fragrance acide se faisait plus présente et elle sût, inconsciemment, que c'était le dragon qu'elle cherchait. C'était lui qui produisait ce son.

Elle arriva ainsi devant un balcon et leva les yeux. Elle apercevait une grande silhouette et se recula d'un pas pour mieux la voir, s'exposant inévitablement à sa vue également. Mais peu lui souciait, Petra était hypnotisée par les sons que ce dragon -il pouvait se cacher sous forme humaine si tel lui chantait, mais elle savait reconnaître un de ses semblables à son odeur quand elle en voyait un, surtout un cracheur d'acide-. C'était la première fois qu'elle entendait une chanson pareille. C'était un chant de dragon, un humaine ne pouvait avoir inventé une complainte aussi belle.

Oubliant toute prudence, ne se sentant en danger de toutes manières, Petra resta ainsi, les yeux levés vers le balcon et fixant le dragon mâle et l'écoutant, le manteau de la nuit effleurant ses épaules.
crackle bones

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
Dragon


Messages : 76
Date d'inscription : 24/05/2015
Pins : 46

MessageSujet: Re: Lullaby || Kaïnan ♥ Mer 22 Juil - 15:28

Stop swaying when the moon is shaking thou
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ce soir, le dragon domestique répondant au nom de Kaïnan ne parvenait pas à fermer l’œil. Il n’aurait su expliquer la raison de cette absence de torpeur. Alors, plutôt que de tourner encore et encore dans ses draps, la créature à visage humain se décida à s’extirper de ces derniers, prenant le temps d’ôter son bonnet de nuit avant de se diriger vers le balcon rattaché à sa chambre. Il n’avait pas voulu aller importuner Cassidy, sa mère de substitution, celle qui l’avait élevé comme son propre enfant. Kaïnan estimait qu’il trainait déjà suffisamment dans ses pattes pour ne pas en rajouter.
Alors, prit de l’envie soudaine de libérer a voix, le reptile inspecta rapidement les environs, d’un coup d’œil furtif, priant pour que personne ne puisse l’entendre. Il ne voulait déranger le sommeil de personne. Ce n’est que lorsqu’il fut bien sûr qu’il était seul à cette heure avancée de la nuit qu’il commença à chantonner les premières notes d’une chanson qu’il appréciait tout particulièrement. La langue était latine, d’après ses souvenirs, mais il n’aurait su l’affirmer avec fermeté. Quoi qu’il en fut, le voici soutenu par les contours de marbres de son balconnet, les yeux fermés et les lèvres mouvantes sous les assauts de sa mémoire. Souhaitant malgré tout rendre hommage à la création ainsi récitée, il mettait du cœur à l’ouvrage, ne prenant pas la peine de surveiller les alentours.

L’air embaumait la fraicheur des plantes alentours. La nuit était propice à d’autres cadeaux naturels, d’autres surprises et appréciations qu’en plein jour, personne n’aurait jamais pu imaginer, même un peu. Kaïnan en profitait, humant l’air qui glissait ainsi dans ses poumons, appréciant la saveur de ce dernier. Son odorat, plus poussé que celui des humains, lui permettait d’identifier à peu près les arômes flottant de ça de là. Il détecta une fragrance de violette, de camomille sauvage mais aussi de tilleul encore jeune. L’envie de déguster un thé se fit sentir mais Kaïnan n’aurait jamais osé déranger les cuisines à cette heure-ci pour ce qu’il estimait être un simple petit caprice personnel. Aussi, il continua à chanter.
« Lacrimosa dies illa,
Qua resurget ex favilla
Judicandus homo reus Huic ergo parce Deus,
Pie Jesu.
Domine Judicandus homo reus Huic ergo parce, Deus. Pie Jesu Domine. »


Il la reprenait, en boucle, pour la quatrième fois d’affilée mais ne paraisait pas être en mesure de s’en lasser le moins du monde. Tel était la magie du dragon domestique. Répéter encore et encore une même tâche ne le gênait pas. Il ne connaissait que peu l’ennui du fait de sa condition et trouvait toujours à faire quelque part – majoritairement en restant auprès de Cassidy, il ne fallait pas mentir. Peut-être était-ce cela, ce rythme et cette routine qui avait totalement éteint son instinct animal, prédateur. S’il ne souhaitait pas rejoindre la nature, comme l’aurait souhaité la plupart de ses pairs, peut-être la solution se trouvait dans le déroulement de sa vie en elle-même. Lui s’y complaisait, s’y épanouissait autant que faire ce peu et c’était bien assez pour sa personne. A vrai sire, il s’estimait déjà chanceux d’être ici et non perdu quelque part dans une sombre forêt hostile.

Essayant de ne pas penser négatif, Kaïnan secoua sa tête sans pour autant rouvrir les paupières. Il inspira, expira et reprit encore une fois sa mélopée, qui allait se perdre dans les méandres du vent, allait flirter avec la brise du soir.

Ce n’est qu’en sentant une nouvelle odeur qu’il libéra ses agapes vairons, dirigeant immédiatement son regard vers l’épicentre du parfum encore inconnu à sa personne. Il s’arrêta de chanter, regardant avec un mélange de curiosité et d’appréhension la petite silhouette en contrebas d’où il se trouvait. Elle lui paraissait assez étrange, avec ses appendices divers et variés. A moins d’une malformation multiple, il ne pouvait s’agir d’une humaine, aussi, Kaïnan se sentit un peu mal à l’aise en comprenant à qui il avait affaire. Une dragonne. Sauvage, probablement, sinon que viendrait-elle faire ici ?

Malgré tout, la part intriguée du dragon domestique l’empêcha de fuir vers sa chambre à nouveau – il aurait pu, tout comme il aurait pu essayer d’aller chercher le sommeil une fois encore. En lieu et place, penchant la tête sur le côté et se déplaçant sur le balconnet de manière à lui faire ‘face’, il décida d’entrer un peu en communication avec elle. Peut-être qu’elle n’était pas méchante, après tout ! L’espoir gagnait toujours Kaïnan de trop.

« Bonsoir… Comment t’appelles-tu ? »

Il lui sourit également, trop candide, trop innocent. Trop lui-même, probablement.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon


Messages : 116
Date d'inscription : 02/06/2015
Fiche : www
Classe : Dragon Sauvage.
Pins : 39

MessageSujet: Re: Lullaby || Kaïnan ♥ Mer 19 Aoû - 18:10

Stop swaying when the moon is shaking thou
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
La nuit était douce et fraiche. L'air embaumait des plantes alentours et le vent accompagnait leur parfum qui venait chatouiller les narines de Petra. La quiétude de l'instant était un trésor que chérissait la dragonne. Dans la nature, hostile maîtresse de vie, chaque seconde de paix et d'apaisement était précieuse. Jamais Petra ne deviendrait une créature domestique, elle avait sa fierté construite sur ses échecs et ses exploits solitaires dans ses années à survivre précairement. La vie en ville n'était pas pour elle, cela faisait trop longtemps déjà que Petra avait lié son cœur sauvage à la liberté et la solitude. Peut-être, un jour, prendrait-elle un compagnon. Mais elle attendait de trouver son Sil Briinah. Toutes créatures avaient une âme qui lui était destiné, les humains l'avaient simplement oubliés, mais les dragons, jamais. Un dragon n'oublie rien.

La plupart du temps, ils ne se trouvaient jamais, se trompaient et prenait un autre pour compagnon. Mais Petra ne voyait pas l'intérêt. Si un dragon lui était destiné, alors elle l'attendrait, le chercherait et le prendrait lui et lui seul pour compagnon. Si elle ne le trouve pas, tant pis. Elle n'irait pas cependant prendre l'âme sœur destiné à un autre. La jeune écailleuse rouvrit les yeux. Elle ne se souvenait pas les avoir fermé. La mélopée l'avait complètement bercée et emmener au loin sur les berges de son esprit, voguant au gré de ses pensées. Pourquoi donc avait-elle pensé à tout ceci ? Ce n'était pourtant guère ses habitudes que de se perdre en réflexion sur l'amour.

La chanson s'était stoppée. Voici ce qui l'avait arraché à ses rêveries délicates. Petra se tordit le cou pour apercevoir le dragon chantant. Damn, que cette forme humaine n'était guère pratique. Si elle était sous son apparence draconique, elle atteindrait la taille du balcon sans soucis. Seulement, elle devait rester discrète, ne pas attirer l'attention. Enfin.  Son regard croisa celui du mélomane, qui s'était penché pour l'observer. Leurs iris se confrontèrent, s'apprivoisant doucement. Petra cligna des yeux. Même en humain, il dégageait cette beauté noble propre à son espèce. Quel gâchis. Elle répond cependant, de ce ton neutre caractérisant sa personne.

« Petra. Et toi, Aar, quel ton nom ? »

Elle ne réalise qu'après coup qu'il ne connait sans doute pas le langage draconique. Tant pis. Il demandera s'il veut comprendre, ou passera outre. En attendant, l'être lui sourit. La cracheuse d'acide n'est pas bien sûr de savoir ce que cela signifie. C'est un signe amical chez les humains apparemment. Mais il n'est pas humain. Cela dit, pour être domestique, c'est qu'il est un œuf offert pour respecter le pacte. Donc élevé en tant qu'humain et ayant perdu toute sa fierté de seigneur des airs. Il doit sans doute se comporter comme eux.

Elle penche un peu la tête. Son cou lui fait mal à être tendu vers les hauteurs, museau – nez, les humains ont un nez – levé vers les étoiles et le dragon.

« C'était toi. C'est toi que j'ai senti l'autre jour. » souffla-t-elle. Elle laissa planer un petit silence avant d'ajouter : « Tu es comme moi. Tu es un cracheur d'acide. Je l'ai senti. »

Elle n'avait pas conscience que l'idée qu'elle l'ai pisté pour le retrouver pourrait être jugée effrayante ou étrange. Petra avait simplement était curieuse et avait agit selon ses désirs sans se préoccuper des détails. Comme souvent.
crackle bones


lexique —
Sil Briinah {Âme Soeur} ; Aar {Domestique}

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
Dragon


Messages : 76
Date d'inscription : 24/05/2015
Pins : 46

MessageSujet: Re: Lullaby || Kaïnan ♥ Jeu 27 Aoû - 13:29

Stop swaying when the moon is shaking thou
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Quelque peu dérangé dans son office, le dragon docilement domestiqué depuis sa sortie de l’œuf n’avait pas souhaité reprendre le cours de ses chants nocturnes. Déjà car c’aurait été plus qu’impoli d’agir de la sorte, comportement équivalent potentiellement à une ignorance dans les règles de l’art et que Kaïnan demeurait être un individu parfaitement éduqué et respectueux de son prochain. Peut-être même un peu trop. Ensuite car il était tout de même un peu curieux de savoir ce qu’était cette drôle de personne. On apparence était pour le oins… singulière. Il ne mit guère longtemps, donc, à s’apercevoir qu’il s’agissait d’un dragon, tout comme lui. Les preuves accumulées étaient plus qu’irréfutables désormais. Son odorat ne le trompait pas, en plus. Quand bien même il n’avait pas côtoyé ses pairs sauvages, le Lillangen savait parfaitement reconnaître un humain d’un dragon, peut importait le contexte ou les circonstances alentours.

Il ne comprit pas, en revanche, ce qu’elle venait de lui dire. « Aa-… Aar ? ». Il supposa que c’était là l’expression d’une langue qui lui était inconnu, lui n’étant familier qu’avec celle que l’on parlait à la Cour. Et la langage commun, bien évidemment, mais ceci était affaire entendue depuis le tout départ. Finalement, en tout état de cause, il secoua la tête, se disant qu’il n’avait pas le temps de réfléchir à des choses qu’il ne comprenait pas encore. Plus tard, peut-être. Pour le moment, il devait continuer à se montrer poli, point final. « Je m’appelle Kaïnan. Kaïnan Lillangen ! ». Il sourit, un peu, dans la pâleur de la lune. « Tu possèdes un nom de famille ou pas du tout ? ». Il ne pouvait cacher sa curiosité face à cette nouvelle arrivante. Comme souligné un peu plus haut, les rares dragons qu’il avait déjà pu approcher de près n’étaient autre que ses prédécesseurs au rôle d’œuf donné par les immenses reptiles sauvages à l’ordre humain. Eux étaient encore différents, en un sens. Ils étaient comme ses frères et sœurs plus âgés, ses compagnons et ses ainés. Ils les respectaient énormément. Mais le côté castrateur de ce point ci était que Kaïnan regorgeait souvent de questions qu’il n’osait poser devant eux.

C’était ce soir l’occasion de remédier à cette timidité, en usant de la venue de cette demoiselle pour ce faire. Kaïnan aussi malgré tous les sourcils à ses dernières paroles. « Hum… Oui, c’est possible. J’ai eu d’énormes quintes de toux récemment et mon acide fut quelque peu incontrôlable. Comment as-tu fais pour le sentir d’aussi loin ? »

Car oui, il ignorait les préceptes de base pour une survie en bon et due forme. Cet aveu lui faisait d’ailleurs naître des frissons sur la surface de son échine. « Dis… Tu n’es pas là pour faire du mal aux humains, n’est-ce pas ? Tu craches de l’acide mais tu ne comptes pas t’en servir, pas vrai ? ». Car la soudaine crainte qui eut tôt fait d’envahir le dragon d’un bout à l’autre de son unité n’était autre que : est-ce qu’elle vient pour me défier ? L’idée était en soit assez ridicule et n’aurait pas eu lieu d’exister si le dragon dont il est ici question n’avait pas une si fertile imagination…

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon


Messages : 116
Date d'inscription : 02/06/2015
Fiche : www
Classe : Dragon Sauvage.
Pins : 39

MessageSujet: Re: Lullaby || Kaïnan ♥ Ven 28 Aoû - 14:57

Stop swaying when the moon is shaking thou
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Son regard se tourna vers la Lune. Belle et ronde amante de l'astre solaire, qui ne pouvait jamais atteindre son aimé, condamné le poursuivre éternellement afin de ne pas interrompre le cycle du jour et de la nuit. Petra se souvenait lorsque parfois, les Kruziik se réunissaient dans les clairières ou les montagnes. Des dragons si vieux qu'ils étaient déjà des ancêtres lorsque leur espèce se battit avec les humains et qu'on les dit survivant d'un âge ou la Terre était encore plongée dans les ténèbres éternelles – bien qu'elle savait que ce n'était là que mensonges enfantins destinés à impressionner les plus jeunes. Ils connaissaient toujours des histoires et des légendes, propre à leur espèce et que les Hommes avaient oublié depuis longtemps maintenant.

Notamment l'histoire des amants séparés du Soleil et de Lune, une des favorites des jeunes dragonnes pas encore matures pour la ponte. Petra ne comptait plus que le nombre de fois qu'elle avait entendu cette histoire. Pourquoi y penser maintenant ? Etait-ce l'impression que la propre qu'elle vivait actuellement, à tendre le cou vers ce dragon inaccessible du haut de sa tour, lui faisait ? Impossible à dire. La cracheuse d'acide cligna des yeux. Le domestiqué ne semblait connaître le langage draconique. Maudits humains. Ils ne lui avait rien laissé de ce qu'il faisait de lui un vrai écailleux.

« Aar est ainsi que nous désignons ceux des nôtres qui doivent vivre avec les humains. C'est l'équivalent de “domestiqué” dans la langue des dragons. En moins péjoratif cependant. » expliqua-t-elle patiemment, sur ce ton neutre et cependant doux de professeur, le même que le vieux Hypérion utilisait à son égard. « Tu ne sais même pas cela ? »

Elle connaissait déjà la réponse cependant. Comment des humains auraient pu lui enseigner pareille chose ? Aucun d'entre eux ne parlaient leur langue, car aucun humain n'avait jamais fait l'effort d'apprendre à la parler. Petra ouvrit les yeux un peu plus grand. Mais ce fut là l'unique marque de surprise que le nom de famille de sa nouvelle connaissance alluma chez elle. Lillangen. Elle connaissait ce nom, pour être celui qu'arborait sa partenaire de chasse et amie. Dremeiah ne lui avait-elle pas dit un jour, entre deux mastications après une chasse fructueuse, qu'elle avait un frère qui fut offert aux humains pour honorer le pacte entre leurs espèces et qu'elle n'avait connu ? Eh bien. Oraldo semblait être d'humeur taquine ce soir, pour mettre ce même être sous ses yeux.

« Amusant. » souffla la cracheuse d'acide, mais ce fut là son unique réaction. Elle ne savait encore ce qu'elle ferait de cette information. Pour l'un comme l'autre. Elle releva les yeux vers le dénommé Kaïnan. « J'ai un nom oui. Ce n'est pas exclusif aux humains, les dragons aussi se transmette ce genre de chose. Ma mère m'a légué le sien – tout comme tes parents te firent don du leur avant de t'offrir à ces bipèdes – ; Mor'ranr. Petra Mor'ranr. »

Devait-elle lui dire qu'il avait là dehors une sœur ? Et Dremeiah, devrait-elle l'informer qu'elle avait trouvé l'être partageant son sang noble la prochaine fois qu'elles se verraient ? Petra n'était pas certaine. Pour le moment, elle préférait apprendre à connaître ce dragon. Elle aviserait ensuite.

En tout cas, il semblait vraiment peu informé sur les mœurs et usages de sa propre espèce semble-t-il. Ses lèvres s'étirèrent quelque peu devant ses nombreuses questions. Elle posa un doigt sur le bout de son museau – nez, les humains ont des nez – pour le désigner.

« Avec ceci. Les dragons ont un odorat plus puissant que les bipèdes. Surtout quand il s'agit de sentir un membre de sa propre sous-espèce. » annonça-t-elle comme l'évidence même.

Un cracheur d'acide serait toujours plus capable de repérer un de ses semblables qu'un faiseur de glace. Les différences étaient subtiles, mais bien présentes. Elle soupira. Encore et toujours la crainte et les préjugés. Venant d'un de ses siens, c'était tout de même vexant.

« Non. Je ne suis pas là pour me battre ou dévorer des humains. Je ne suis pas une vulgaire bête sauvage. Je voulais simplement te rencontrer. Tu m'intrigues. Et tu as une belle voix, aussi voulais-je l'écouter. »

Direct. Mais c'était ainsi que Petra avait pour coutume de faire. La dragonne préférait la franchise et les lignes droites que les mensonges et les chemins contournés.
crackle bones


lexique —
Kruziik {Ancien} ; Aar {Domestique} ; Oraldo {Destin/Destinée}

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
Dragon


Messages : 76
Date d'inscription : 24/05/2015
Pins : 46

MessageSujet: Re: Lullaby || Kaïnan ♥ Jeu 3 Sep - 14:26

Stop swaying when the moon is shaking thou
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Si Kaïnan n’était pas perdu entre deux eaux, au moins se trouvait-il assez mal à l’aise avec ses propres réactions, ses propres envies. A la fois, il avait réellement envie d’en savoir davantage sur cette dragonne – sans doute ici la manifestation de sa nature reptilienne première – et à la fois il ne voulait qu’une chose : fermer les fenêtres de sa chambre et partir se coucher pour mieux oublier cette rencontre qui ne paraissait rien vouloir lui apporter d’autres que des ennuis à perte de vue. Malgré tout, le dragon à l’allure blonde et svelte, ne put s’empêcher d’écouter les paroles de la demoiselle en contre-bas.

Ainsi se prénommait-elle Petra Mor’Ranr. Un nom pour le moins… étrange, d’après lui. Ceci étant dit, le sien n’était pas spécifiquement commun non plus. Jamais encore il n'avait rencontré ni même entendu parler d’autres Lillangen, à part lui. C’était à la fois un sentiment d’isolement et de tristesse qui l’envahissait à cet instant précis. Pourquoi ne s’appelait-il pas comme celle qu’il considérait comme sa mère, après tout ? Certes, il n’était pas humain et ne possédait aucun pouvoir digne de faire de lui un Reion Suprême, mais tout de même… Le fait de cultiver une différence supplémentaire avec Cassidy ne faisait que le miner un peu plus à chaque fois qu’il y pensait.

Kaïnan secoua la tête, tâchant de se changer lui-même les esprits. Il reconcentra son attention sur les paroles de la fameuse Petra. Hum, pour un peu, il voyait presque du dédain dans les paroles de cette dernière. Non, il ne parlait pas le langage dragon et non cela ne lui manquait en rien. Tout comme les connaissances – apparemment basiques – que tout dragons semblait devoir posséder. Kainan ignorait tout ce qu’il lui était possible de faire et ne tenait pas à combler cette lacune. Être dragon lui faisait peur, son instinct prédominait et le faisait devenir quelqu’un d’autre. Il commença donc à se renfrogner quelque peu, prompt à laisser la vexation prendre le dessus et faire pencher sa préférence sur l’un des choix précédents.

Pourtant, le commentaire de Petra à propos de sa voix calma le jeu immédiatement, tel un baume sur une blessure à vif. Kaïnan se sentit soudain très stupide d’avoir réagi de la sorte, sourcils froncés et tout ce qui pouvait agrémenter l’insatisfaction. Il toussa, un peu gêné par une remarque si sincère, spontanée. « M-M-Merci. Je… Je chante depuis que je suis tout jeune, c’est une passion… ». Il préférait sous-entendre par là qu’on ne l’avait pas obligé à chanter pour divertir le monde, ce n’était en rien le cas. Le Lillangen avait délibérément choisit la voix du chant car c’était encore celle qui lui convenait le mieux. « Et toi ? Tu chantes ? » il laisse un moment en suspens, léger comme la rosée sur la feuille d’olivier « Si… Si tu veux, on pourrait chanter ensemble, toi et moi ! ». Car oui, il n’avait pas réellement de camarade avec qui exercer un ballet musical de la sorte et… il aurait bien aimé tenter l’expérience.


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon


Messages : 116
Date d'inscription : 02/06/2015
Fiche : www
Classe : Dragon Sauvage.
Pins : 39

MessageSujet: Re: Lullaby || Kaïnan ♥ Sam 19 Sep - 11:06

Stop swaying when the moon is shaking thou
   
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il avait une odeur particulière, mélange de saveurs inconnues et familières à la fois. Petra pouvait sentir l'acide qui coulait en lui, signature personnelle et témoignage de son sang draconien, ainsi que l'odeur délicate du vent facétieux qui s'accrochait à ses cheveux. Mais elle sentait également des parfums typiquement humains, comme celui du savon qui piquetait ses narines et chatouillait son odorat si sensible, même sous cette forme emprisonnant sa véritable force, sa splendeur réelle. Également, elle sentait sur lui la fragrance d'un humain, étrangement teinté d'un subtile relent de fer. Son “ravisseur”, sans doute. Cet humain qui avait hérité de l'oeuf de dragon, séparant un de siens de sa famille. Petra avait été élevé, si tant est qu'on puisse réellement user ce terme la concernant, dans des conditions rudes, héritage de temps anciens ou la loi du plus fort et la règle du chacun pour soi étaient les maîtres mots.

Sa mère, la grande Carnage aux dents tranchants et aux ailes funestes, était une dépositaire de ces vieilles valeurs poussiéreuses. La cracheuse d'acide ne s'en plaignait pas. Sa mère avait fait ce qui était normal et juste selon elle. C'était sa réalité. Cependant, la Mor'ranr n'ignorait pas que bien des familles dragons étaient plus tendres et protectrices avec leur progéniture, les traitant comme des trésors précieux sur lesquels il fallait jalousement veiller. Elle n'était pas jalouse devant ces comportements. Juste curieuse et interrogatrice.

Elle avait tellement de choses qu'elle voulait demander à ce dragon. Sur sa vie avec les humais, ses regrets peut-être. Il ne pouvait pas avoir renier tout ce qui faisait de lui ce qu'il était tout de même ? Il était peut-être ignorant des mœurs de leur espèce, mais c'était compréhensible considérant la manière dont il avait été éduqué. Petra pencha la tête. Ainsi donc il aimait chanter, cela se ressentait. Sa voix était douce et belle et vibrante d'émotions. Il mettait son cœur et son âme dans les paroles de ses chants. Elle secoua brièvement la tête. Chanter avec lui paraissait intéressant. Cependant, elle risquait de le décevoir.

« Pas exactement comme tu l'entends. Je ne sais pas bien me servir de ma voix humaine, d'autant que j'ai une blessure qui m'empêche de le faire correctement. » cela s'entendait de toutes manières. Là ou la voix de Kaïnan était légère et cristalline, la sienne se présentait comme rauque et rugueuse. « Sous ma forme véritable en revanche, je fais ce que les humains appellent “chanter” oui. »

Elle porta par réflexe sa main à son cou. Sa cicatrice, noirâtre et non couleur chaire, demeurait. Cependant elle n'en était pas honteuse. Cette marque avait une signification particulière, marquant le jour de sa renaissance et de sa rencontre avec Hypérion. Doux souvenirs.

« Mais j'aimerai chanter avec toi oui, pourquoi pas. As-tu déjà essayer de chanter en tant que dragon ? »

Elle en avait assez d'ailleurs de rester sous sa forme humaine, à devoir lever la tête. Son cou commençait à s'engourdir.

« Dis-moi, tu ne voudrais pas descendre ? Ou bien c'est moi qui vient. A moins que je ne t'effraie. » elle ne précisa cependant de quelle manière elle grimperait à l'étage. C'était une évidence dans son esprit après tout, mais pas forcément pour l'autre dragon domestique.
crackle bones


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
» Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Lullaby || Kaïnan ♥

Revenir en haut Aller en bas

Lullaby || Kaïnan ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COLIN'S ISLAND :: Quartier Nord :: Les habitations :: Demeure de Cassidy Fawkes-