top site

top site

top site

top site




INFORMATIONS ▲
▬ Nous recherchons activement des marqués et humes, merci de privilégier ces classes ♥
▬ Le premier event, bal organisé par le couple royal, à débuté. Soyez nombreux à participer !

Partagez|

"The Dragonborn Comes" → P E T R A

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Dragon


Messages : 116
Date d'inscription : 02/06/2015
Fiche : www
Classe : Dragon Sauvage.
Pins : 39

MessageSujet: "The Dragonborn Comes" → P E T R A Mar 2 Juin - 15:13

Le personnage

   Q from C-Control — Nina from GANGSTA (uniquement pour les icones de la fiche)
   
Nom ▬ Seul lien lui restant avec sa mère, le nom qu'elle a hérité d'elle. Mor'ranr, un mot ancien en langage dragon, signifiant “paix”. Cela est plutôt ironique considérant le tempérament de sa génitrice.
Prénom ▬ on la nomme Petra, tout simplement. On ne sait trop s'il s'agit de son véritable prénom -sa mère s'est-elle seulement donné la peine de lui en trouver un ?-, mais c'est sous ce pseudonyme qu'elle se présente depuis un certain temps désormais. D'origine latine, il signifie “pierre”. Une dénomination idéale pour cette enfant imperturbable comme la roche qui s'effrite lentement sous les assauts de Chronos.
Age ▬ elle vient tout juste d'avoir ses soixante-dix ans. D'un point de vue draconique donc, c'est encore une toute jeune demoiselle qui n'a même pas atteint son premier siècle. Un “bébé” iront jusqu'à dire certains pour se moquer, bien que Petra soit déjà sevré depuis longtemps par la force des choses. Physiquement, sous sa forme humaine, il est difficile de lui donner un âge exact de part sa petite taille, mais ses traits mâtures. Généralement, on pense qu'elle vient d'atteindre la vingtaine tout juste.
Sexe ▬ assurément, il s'agit là d'une femelle. D'ailleurs, sa forme humaine, bien que peu fournie en matière d'attributs féminins, ne laisse aucun doute.
Classe ▬ Née dans les montagnes lointaines et isolées, à l'abri des yeux humains indiscrets, elle est une dragon sauvage, élevée dans la nature comme ses semblables.

 Pouvoir ▬ la jeune damoiselle ici présente possède la faculté peu commune de cracher de l'acide. Un pouvoir diablement dangereux, car un simple jet de ce liquide corrosif peut faire fondre les chaires et même les matériaux les plus résistants. C'est grâce à lui que Petra a pu venir à bout de bien des adversaires dans des affrontements avec d'autres dragons sauvages. Cependant, une blessure subit à la gorge assez récente – tout juste deux décennies, ce qui est peu pour un dragon – et guérissant avec lenteur, l'empêche désormais de cracher son bouillant liquide comme autrefois et elle doit donc s'économiser pour préserver les tissus endommagés de son œsophage. Également, comme tout ses semblables, elle est capable de revêtir une forme humaine. Enfin... disons que dans son cas c'est plus compliquée, Petra n'a jamais été capable de maîtriser sa métamorphose correctement, car apprise tardivement et ayant des lacunes de base en magie. Si bien que lorsqu'elle se transforme, la jeune fille conserve des attributs rappelant sa forme de dragon. Impossible donc pour elle de se fondre totalement dans la masse et de cacher ce qu'elle est réellement.

  Description psychologique ▬ un dragon, ce n'est pas très compliqué à comprendre. Il suffit de respecter quelques règles de survie essentielles et tout ira bien. Comme par exemple, ne jamais le contredire. Le dragon à toujours raison et vous tord. Petra ne supporte pas qu'on lui fasse remarquer ses erreurs, cependant force est de constater pour elle qu'elle ne connait pas grand chose du monde en dehors de ses montagnes solitaires. Elle a commencé à s'intéresser aux humains tardivement, se mêlant à eux et venant en ville pour en apprendre d'avantage sur ces drôles de bipèdes récemment.

Avant cela, Petra était comme toute jeune dragonne en plein période de crise d'adolescence : irritable et un peu trop susceptible, avec des sauts d'humeurs monstrueuse, et passant le plus clair de son temps à chasser et se battre contre les autres jeunes des environs. Abandonnée très jeune par sa mère dans la nature, Petra a dû apprendre à se débrouiller seule relativement tôt. Ce n'est pas qu'elle considère ne pas avoir besoin des autres ; elle ne sait tout simplement pas ce que c'est que d'avoir quelqu'un qui lui tends la main.

Du moins jusqu'à il y a peu, car la rencontre avec un ancien dragon domestiqué changea quelque peu la donne et força Petra à ouvrir les yeux. Elle se rendit alors compte qu'elle était bien plus immature et inculte qu'elle ne le pensait. Cela prit du temps, mais aujourd'hui Petra ne cherche plus absolument l'adrénaline des combats, car elle a comprit que cette vie, vide de sens, ne la mènerait nul part. Afin d'honorer la dette qu'elle avait envers ce même individu, la jeune dragonne s'est décidé à apprendre auprès des humains. Elle se mêle à eux, les observe et s'intrigue de certaines de leur mœurs, notant ce qu'elle ne comprends pas dans un carnet. En clair elle les étudie comme un chercheur avec des animaux de laboratoire, pour parler grossièrement.

La cracheuse d'acide n'est pas méchante cependant. Elle a apprit à se tempérer et n'est plus aussi agressive qu'elle pouvait l'être lors de ses toutes jeunes années. Cependant, il est relativement difficile de dire ce qu'elle pense. En effet, Petra est du genre... inexpressive. Ce n'est même pas quelque chose qu'elle a travaillé, c'est naturel chez elle. Un froncement de sourcils et un sourire en coin sont des démonstrations faciles extrêmes en ce qui la concerne. La plupart du temps elle affiche une expression neutre, si bien qu'il faut lui demander si elle est heureuse, en colère ou bien triste. Car oui, également, Petra ne pleure pas. Elle n'a jamais pleurer de sa vie, elle ne sait pas ce que sont les larmes. Une vraie poupée de glace sans cœur pourrait-on dire... et pourtant.

Un cœur, elle en a bien un. Petra est plus sensible que son apparence le laisse croire. La jeune fille ne connait pas la chaleur d'une famille, la présence rassurante d'un sein maternelle contre lequel se blottir, ni l'ombre d'un père sous laquelle se cacher lorsqu'on est effrayé. Élevée à la dure et lâchée dans la nature sitôt qu'elle savait tenir correctement sur ses quatre pattes, la petite n'a pas eu le temps d'apprendre ce genre de chose. Elle ne sait pas non plus ce que signifie ‘s'amuser’. Pour elle, ses loisirs se résumaient à affronter des jeunes dragons jusqu'à ce que le plus faible meurt de ses blessures. Charmant n'est-il pas ?

Il faut dire que se battre, ça elle sait bien le faire. La jeune dragonne, malgré son physique ne payant pas de mine, en a terrassé plus d'un, que ce soit des rivales ou bien même des mâles désireux de s'attirer ses faveurs pour la féconder... voir même en se passant de ces dernières. Mais Petra est méfiante de nature, elle a apprit à ne jamais faire confiance, à toujours rester sur le qui-vive. Ses réponses aux tentatives d'approche de ses semblables se résumaient à un jet d'acide à la gueule. On ne peut plus clair. Cependant, elle ne peut plus en faire autant qu'avant. Souffrant d'une blessure longue à guérir, Petra doit préserver sa gorge et ne peut donc user du liquide clair et bouillant qui fait sa particularité comme elle le désire. Un désavantage qui l'affaiblit quelque peu certes, mais ce serait une erreur de sous-estimer cette demoiselle. Car avec ou sans acide, sous forme draconique ou humaine, Petra reste un être entraîné et rigoureuse, toujours prompt à réagir et ne comprenant que le premier degré. Mais avant tout, muée par un fort instinct de survie. C'est ainsi qu'elle a toujours vécu, malheureusement...  

Autrement, elle a également un appétit féroce, comme bien des dragons me diriez-vous. Mais Petra a connu la famine et sait donc mieux que quiconque la valeur de même un simple quignon de pain. Aussi, désormais qu'elle en a la possibilité, elle mange toujours plus que de raison afin de ‘faire des réserves’ et elle honore toujours la nourriture qu'on lui sert, sans jamais rechigner à goûter quoique ce soit. Tant que c'est comestible, c'est bon. Elle est d'ailleurs très friande des viennoiseries humaines.

Tout ce qu'il lui manque à cette enfant ignorante, c'est quelqu'un pour lui apprendre. Lui apprendre la douceur, les sourires de joie, le droit de pleurer et d'avoir peur et l'amour que deux êtres peuvent s'offrir. Car nul doute que le cœur de Petra demande simplement à ce qu'un souffle de vent chaud caresse ses braises à peine naissantes pour se transformer en un brasier ardent.

   Description physique ▬ Une gamine. De prime abord, c'est ce qu'on voit, tout simplement. Rien de plus. Faut dire que Petra, elle est pas bien grande. On la perd facilement au milieu de la foule, dépassée par tous ces humains qui plusieurs têtes qu'elle, tandis qu'elle cavale comme elle peut du haut de son mètre cinquante-cinq. Tout est petit chez elle de toutes manières. Sa taille, ses pieds constamment nus car elle déteste devoir porter des chaussures -elle trouve que c'est une sensation des plus désagréables et que cela 'emprisonne' ses pieds-, qui l'empêche de ressentir la terre et l'herbe. Des petits pieds, agiles et rapides qui la portent avec légèreté. Faut dire qu'elle est pas bien grosse non plus Petra. Une petite mésange, voilà ce à quoi certains la comparaient, autrefois. Aussi frêle et délicate d'apparence, mais dotée pourtant d'ailes assez solides pour braver même la plus terrible des tempêtes.

Oiseau, enfant, les comparatifs restent les même, toujours à se ramener à sa taille guère impressionnante. Les gens jugent souvent sur l'apparence, c'est ainsi. Ils n'iront pas chercher plus loin, persuadés d'avoir affaire à une fillette d'une dizaine d'années. Pourtant, certains détails dans sa physionomie ne trompent pas. Ses traits de visages, étonnamment mâtures et délicats, ayant perdus toutes les rondeurs de l'enfance. Ses yeux de biche, agrémentes de lourdes paupières qui font qu'ils sont naturellement mi-clos, à la pupille fendue comme celle des félins et emplis d'une lueur calme et inexpressive la plupart du temps, mais au fond desquelles se distingue une étincelle de sagesse. Deux yeux rouges incandescents, laide couleur sanguinolente, brillant dans les ténèbres en guettant sa proie.

Cependant, le plus marquant de cette apparence humaine, demeure ses quelques attributs de dragon qu'elle n'est parvenue à masquer malgré sa capacité de transformation. La couleur de ses yeux et ses oreilles pointues comme celle des elfes dont on conte les légendes dans les livres, passe encore certes. Il n'en est de même en revanche, pour les deux cornes que porte la demoiselle sur le sommet de sa tête. Perçant parmi une masse de cheveux à la couleur étonnante, un bleu délicat tirant sur le vert d'eau selon la lueur de l'astre solaire, se trouve deux cornes à l'apparence de bois de cervidé, couvert d'un doux duvet. Et enfin, ses mains. Couvertes d'une légère fourrure à la couleur vert impérial rappelant celle de ses écailles et agrémentées de griffes plus que d'ongles, elles ont de quoi effrayer les moins courageux.

Même sous sa forme de dragonne, Petra demeure petite. Longiligne et fine comme une aiguille, elle ne paye pas de mine, mais on cesse de ricaner sur ses 'courts' vingt mètres de haut, lorsqu'on la voit fendre les cieux avec la précision et la vélocité d'un oiseau de chasse. Avec ses ailes membraneuses et ses membres délicats, elle est la grâce incarnée. Mais ses écailles coupantes, son échine parsemées de pointes et sa gueule garnie de crocs tranchants cassent vite cette image. Après tout, Petra est un dragon. La sauvagerie à l'état pur.

 Histoire ▬ « t'es rien qu'un vendu. » C'est comme cela que ça avait commencé entre eux. Petra et Hypérion. Elle, affalée à terre, ses ailes drapées autour d'elle pour tenter de préserver le peu de chaleur qui lui restait et une mare de sang s'étalant dans l'herbe sombre, suintant de la plaie qui décorait son cou. Elle, en train de mourir. Sa respiration rauque, lourde et sifflante, rendue douloureuse par chaque inspiration. C'était une cause de mort fréquente pourtant chez les dragons. Une morsure, placée stratégiquement, pouvait être fatale. Surtout chez de jeunes spécimens, dont les écailles ne sont pas forcément solides comme le roc. Pourtant, elle en avait vu des combats. Elle avait triomphé de pire. Petra ne s'était pas vu mourir ainsi, honnêtement. Mais alors comment ? C'était bien là le problème. Elle ne s'était jamais envisagé mourir, car elle n'avait jamais vécu une vie assez exaltante pour envisager une fin, un dénouement.

En effet sa mère, Carnage Mor'ranr, l'avait jeté hors de la caverne qu'elle occupait avec un coup de queue au derrière alors qu'elle était encore un dragonneau à peine sortie de l’œuf. La dure loi de la nature, car si bien des dragons se montraient aimants et affectueux envers leur progéniture d'autres, comme Carnage, prônaient les vieilles méthodes afin d'assurer la survie du plus fort uniquement, mais avec la certitude qu'il sera assez fort et autonome pour survivre. Que ce soit cruel sans doute, peu importait. C'était ainsi que Carnage avait été élevée, et c'est ainsi qu'elle avait toujours procédé avec ses œufs. Compassion et instinct maternel ne faisait pas partie de ses priorités, loin de là. C'est pourquoi, plutôt que de vie, on parlait donc de 'survie' dans le cas de Petra.

Elle n'avait qu'un vague souvenir de Carnage, n'étant pas resté suffisamment longtemps en sa compagnie pour avoir davantage. Simplement quelques sensations lointaines et qui lui paraissaient presque irréalistes, à tel point qu'elle se demandait si elle ne les fantasmait pas. Petra se souvenait de la chaleur de son corps qu'elle percevait à travers la coquille de son œuf quand sa mère la couvait en la gardant contre son estomac les jours de grand froid. Elle se rappelait vaguement son odeur, un mélange d'acide et de chaire brûlée. Mais le plus important souvenir qu'elle conservait de Carnage, c'était le jour de son sevrage.

La dragonne l'avait poussé sans ménagement hors de la grotte qui lui servait de nid, pour ensuite lui tourner le dos. « Maintenant, débrouilles-toi toute seule. J'ai suffisamment perdue mon temps à t'élever ainsi. Vis ta vie. » lui avait grondé la cracheuse d'acide de son ton lugubre et caverneux. Petra n'avait pas comprit – trop jeune, trop inexpérimentée, trop naïve. Elle avait tenté de revenir vers Carnage, plusieurs fois, pendant quelques semaines d'affilée. Toujours la dragonne la renvoyait sans ménagement, ses crocs claquants à quelques centimètres seulement de sa tête en guise d'avertissement, avec de moins en moins de patience. Petra avait fini par céder aux désirs de sa mère et était partie en pleurnichant, tentant de l'attendrir une dernière fois dans le fol espoir de la voir revenir sur sa décision. Mais Carnage avait reniflé d'un air méprisant et lui avait tourné le dos pour se rouler en boule et dormir.
C'était la dernière fois que Petra l'avait vu.

Après ça, les décennies qui suivirent se ressemblèrent beaucoup. Les premières années, il lui fallait se cacher constamment des autres dragons plus âgés et qui n'auraient sans doute fait qu'une bouchée d'elle. Petra se servait des maigres connaissances en matière de chasse que sa mère avait daigné lui offrir afin de lui laisser quelques chances de survivre – Carnage était dépourvue d'affection pour ses petits, mais elle n'était pas un monstre pour autant et les laisser mourir sans la moindre chance ne présentait pas d'intérêt. Elle ratait, apprenait de ses erreurs, ratait encore, cherchait la solution et finalement, triomphait. La jeune dragonne connue cependant plus d'une fois la faim, dévorante, qui lui enserrait les entrailles et la tuait à moité, la vidant de ses forces. Parce qu'elle connue cette sensation affreuse que de mourir littéralement de faim, aujourd'hui elle prend toujours soin de se nourrir à sa guise, tout en ne prélevant que les proies nécessaires – en revanche, mêlée aux humains, elle ne se prive guère.

Ça dura ainsi un moment. Petra survécu à ses premiers hivers seule, sans la présence, même lointaine, de sa mère pour diffuser de la chaleur au sein de la grotte. Elle trouva refuge dans un petit renfoncement de roche dans la montagne, y établissant son nid. Les années passèrent. Petra grandissait petit à petit, sa croissance retardée par le fait qu'elle devait se nourrir seule et donc mangeait rarement à sa guise, ses statistiques de chasse étant trop irrégulières. Elle apprenait à voler par elle-même, observant de loin les autres dragons et même les oiseaux pour tenter de comprendre comme faire. Elle se cassa la gueule, souvent. Mais finalement, Petra survécu. À trente années, elle cessa de s'isoler totalement du reste du monde, se mêlant à ses semblables par certaines occasions – les jeunes dragons de son âge vivaient en solitaire également, mais les plus sociables nouaient cependant des liens entre eux et parfois, formaient un petit groupe de célibataires.

Ces interactions sociales impliquaient également, inévitablement, des confrontations. Que ce soit par simple jeu, réel conflit ou bien pour se disputer un morceau de viande ou affermir un territoire. A plusieurs reprises, elle se prit de sévères dérouillées. Mais à mesure, Petra gagnait en expérience et apprenait de ses erreurs. La dragonne, bien que ne payant pas de mine, n'était pas la progéniture de Carnage Mor'ranr pour rien et tenait sa férocité dans l'adrénaline de celle-ci, pouvant se montrer tout aussi impitoyable durant les affrontements. Elle gagna ainsi la tolérance et le respect de ses pairs, ou du moins de certains. Sa vie se déroulait ainsi, loin du reste du monde et des hommes, dont elle ne voulait s'approcher. Petra avait suffisamment entendue les dragons plus âgés, comme certains vétérans ayant participé à la guerre qui opposa leurs deux espèces. Des êtres méprisables, faibles et ayant l'apparence de proie, mais pouvant manier la magie. Des sales voleurs d’œufs qui pensaient pouvoir les domestiquer.

Comme bien d'autres de sa génération, Petra connaissait le pacte liant les dragons aux humains et cette close qu'elle jugeait stupide, comme quoi tout les dix ans un œuf devait leur être confié. Tout les dix ans, un dragon était offert à un humain, élevé et domestiqué par ce dernier, comme s'il était un vulgaire animal de compagnie. Ce concept échappait totalement à la fière et farouche sauvageonne qui avait un avis plutôt arrêté sur la question. La cracheuse d'acide, de par son manque d'éducation, avait un seuil de tolérance particulièrement bas et un esprit très fermé. Le peu que lui avait inculqué Carnage par ses méthodes extrêmes, demeurait ancré au fer rouge en elle. Les forts survivaient, les faibles périssaient. Manger ou être mangé en somme, tel était l'unique philosophie de la vie que Petra connaissait. Car c'était tout l'héritage que lui avait laissé Carnage.
 
Et maintenant...

« Maintenant tu meurs, petite. Et tout ce que tu as vécu n'aura finalement guère servi. »

Il la regardait. Penché sur son corps, il l'observait, calmement. Petra ne comprenait pas ce qu'il lui voulait, ce qu'il faisait ici. Elle avait en revanche, rapidement comprit ce qu'il était. Un vendu. Un de ces foutus dragons élevés par des humains – son odeur mêlée le trahissait. Elle ne voulait pas de lui, elle ne voulait pas que le dernier être qu'elle verrait avant de mourir soit ça. Pourtant ce jour-là, elle ne mourut pas. C'était pourtant l'ordre naturel des choses. Elle avait été faible, donc elle perdait et mourrait. C'était ainsi que les choses se déroulaient pour les êtres comme elle. Mais lui, en avait décidé autrement. Il refusa de laisser la nature dicter sa loi, se mêlant d'affaires qui ne le concernait en rien et lui venant en aide. Ses protestations et ses grognements intimidants n'y changèrent rien, semblant l'amuser davantage qu'autre chose.

Il se nommait Hypérion. Il faisait parti des premières générations d'œufs offerts aux humains. Tout en pansant ses plaies, il lui raconta son histoire, bien que Petra grognait n'en avoir rien à faire. Il lui parla des humains, de l'amour incommensurable – et absurde du point de vue de la cracheuse d'acide – qu'il leur portait. Il lui parla de son maître, qu'il a servit toute la vie de ce dernier durant, pour ensuite fuir la capitale suite au décès de ce dernier. Désormais, Hypérion vivait au village à l'orée de la forêt, cherchant à renouer avec son côté dragon qu'il avait longuement ignoré tout en conservant sa vie ‘humaine’, incapable de s'en défaire. C'était ce qu'il était après tout.  

La blessure de Petra était en bonne voie de guérison, grâce aux bons soins du dragon domestique. Cela prendrait du temps, des années même, pour être totalement guérit. Mais ses jours n'étaient plus en danger. Cependant, Hypérion ne parti pas. Il était toujours là, continuant de venir lui rendre visite chaque jour durant, lui faisant la conversation, lui posant parfois des questions sur ce qu'était la vie d'un dragon sauvage. « C'est terriblement fade comme existence. Tu n'as jamais désiré davantage ? Jamais voulu sortir de cette bulle minuscule qui compose ton univers et découvrir tout plus dans ce que le monde à a offrir ? » disait-il. Et Petra l'écoutait. Elle avait cherché à l'ignorer d'abord, à le convaincre de la laisser tranquille. Mais quelque chose, en cet être, l'attirait. L'inconnu. Ce que l'on ne connait pas semble toujours étrangement attractif et Petra ne pouvait nier que sa compagnie, quoique parfois agaçante, était plaisante également et égayait ses journées. Hypérion était un baume à son ignorance et si elle pouvait se montrer butée, la cracheuse d'acide fini par reconnaître qu'elle ne savait rien des humains par elle-même, et qu'elle n'avait d'ailleurs jamais cherché à les connaître.

Hypérion se fit alors un devoir de lui montrer. Il la conduisit au village, ou il résidait, ayant une maison et vivant comme un homme normal parmi ces derniers. Pour la première fois de son existence, Petra dû endosser une enveloppe humaine... ou presque. Un ou deux petits détails subsistaient toujours cependant.  

« Tu as de la fourrure sur les bras.
C'est un soucis ? Et c'est simplement un duvet, voilà tout.
Petra, les humains n'ont pas de fourrure. Et encore moins de cornes. Tu as des cornes bon sang, tu ne te fonds pas dans le décors. Nullement !
Et c'est toi qui viens me parler de tolérance ? Tu es hypocrite là. »

Mais petit à petit, Petra apprit certaines choses. Elle observait les humains, se mêlant à eux parfois en venant rendre visite à Hypérion au village, apprenant certaines de leurs mœurs et coutumes. Quand il la jugea suffisamment prête, le dragon domestique l'emmena même à la grande ville. C'était complètement différent et la première tentative de Petra se solda par une crise de panique de la cracheuse d'acide, qui se sentait oppressée par la foule et profita de s'enfuir dans une ruelle à l'écart pour se re-transformer et s'envoler jusque dans ses montagnes. Elle ne revit pas Hypérion pendant un moment suite à cela, s'isolant et retournant à ses occupations classiques. Jusqu'à ce que son absence finisse par lui peser de trop. La compagnie et la conversation du dragon mâle lui manquaient.

C'est pourquoi Petra, d'elle-même, retourna au village le voir. Il semblait l'attendre, assis sur un banc de pierre devant sa demeure. En la voyant arriver, il sourit et leva un sac, contenant des viennoiseries. « Désires-tu un croissant ? Il est chaud, la boulangère vient de les faire cuir. » Ce fut la première fois que Petra goûta ces choses, qu'elle trouva merveilleuses. Suite à cela, sa routine reprit, en compagnie d'Hypérion. Ils retournèrent en ville, progressivement et si Petra avait quelques sensations de mal-aise les premières fois, elle finit par s'accoutumer.

Et un jour, Hypérion disparu.

Tout simplement. Lorsque Petra s'éveilla, il n'était plus là. Elle le chercha, appela son nom, huma son odeur, mais en vain. La cracheuse d'acide poussa même jusqu'à se rendre au village pour demander à ces habitants le cherchant sans comprendre pourquoi. C'est finalement madame Pavlov, la boulangère – une des rares humaines que Petra appréciait, principalement parce qu'elle faisait des pâtisseries délicieuses et que ses croissants étaient la chose la plus divine que la dragonne eut jamais manger – qui eut pitié d'elle et lui expliqua. « Il était malade, ma petite. Malade depuis trop longtemps et l'âge n'arrangeait guère son état. Il a vécu en humain toute sa vie, il en était satisfait. Mais t'avoir rencontré à éveillé le dragon qui dormait et s'ignorait en lui. Alors, à défaut d'avoir vécu ainsi, il a choisi de mourir comme un dragon. Si tu l'aimais, respectes son choix et ne le cherche pas. » Et c'était tout. Vingt années à cohabiter, à apprendre de l'autre et à nouer un lien, pour en arriver là. Et cet abandon là, était mille fois plus douloureux que celui vécu toute jeune avec sa mère.

Elle ne pleura pas. Elle ne savait encore comment faire, mais Hypérion était le premier être auquel elle s'était attaché aussi profondément et sa perte l'affecta profondément, fissurant la carapace que Petra s'était forgé autour de son cœur en mal d'affection. « Dis-moi, Hypérion. Pourquoi cela fait-il donc si mal ? C'est douloureux, ça me serre dans la poitrine et j'ai envie de hurler et détruire chaque chose sur mon chemin. C'est cela alors, la solitude ? C'est ce que tu as ressenti quand ton maître est mort ? Si c'est cela l'amour, si cela fait aussi mal, alors je n'en désire pas davantage. » Cependant, elle respecta son souhait et ne chercha jamais à retrouver sa dépouille. En revanche, Petra continue aujourd'hui encore, lorsqu'elle va à certaines occasions au village, à prendre deux croissants chez madame Pavlov et à déposer le second sur une pierre mousseuse à l'entrée de la forêt.

La dragonne, désireuse d'honorer son souvenir et la dette de vie qu'elle avait envers l'être qu'elle avait considéré comme un mentor, une figure paternelle presque, ne s'isola plus. Elle était consciente qu'elle avait encore bien à apprendre, sur les humains comme sur sa propre espèce. Elle ne désirait plus être un esprit fermé et ignorant. Elle voulait comprendre les hommes, comprendre pourquoi Hypérion les aimait tant et leur pardonnait leurs horreurs et leurs défauts. Elle n'avait la famille royale dans son cœur, mais elle apprenait à connaître et apprécier certains humains cependant, devenant tolérante et consciente désormais qu'il n'y avait pas que de mauvais individus. C'était comme chez les dragons après tout, certains étaient meilleurs que d'autres. Le monde n'était ni noir ni blanc, mais bien une palette colorée dont elle ne connaissait presque rien.

   
Le joueur

   Pseudo/Prénom ▬ on me connait principalement sous le pseudonyme d'Epine. Parfois Akela, ou bien Zelus aussi.
  Age ▬ j'ai vingt ans
  Blabla sur vous ▬ c'est Kaïnan qui m'a traîné ici (enfin en vrai c'est moi qui l'ai convaincu de faire son perso je suis vilaine je sais), et je dois dire que j'aime beaucoup <3 aussi, j'espère que mon personnage conviendra mais si quelque chose ne va pas dîtes le moi *tremblotte à l'idée de faire une bourde*


   


Dernière édition par Petra Mor'ranr le Jeu 4 Juin - 14:02, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
» Svetlana Linder
Co-fonda en poncho

avatar
Co-fonda en poncho


Messages : 1723
Date d'inscription : 26/03/2015
Pouvoir : magnétisme
Classe : Servante de Lysander
Pins : 428

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: "The Dragonborn Comes" → P E T R A Mar 2 Juin - 15:33

Bienvenuuuuuue ! ♥️
Aaaah des nouveaux de partout, moi heureuse ♥️

Le début de ta fiche est très bien, pas besoin de trembler va :D Si tu as des questions pour la suite, n'hésite pas

_________________


Merci à Fallone pour l'avatar ♥ // Svetlana parle en darkred // Fiche & Liens

Svetlana dans 5 ans:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cptn-unicorn.tumblr.com/
» Cassidy Fawkes
Reion Suprême

avatar
Reion Suprême


Messages : 1001
Date d'inscription : 10/04/2015
Pouvoir : Vision acérée, Gourmandise - drain
Fiche : www
Classe : Reion Suprême
Pins : 846

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: "The Dragonborn Comes" → P E T R A Mar 2 Juin - 17:19

sois la bienvenue sur le forum ♥
fiche qui promet d'être intéressante, oui, continue *-*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon


Messages : 116
Date d'inscription : 02/06/2015
Fiche : www
Classe : Dragon Sauvage.
Pins : 39

MessageSujet: Re: "The Dragonborn Comes" → P E T R A Jeu 4 Juin - 14:07


Sveltana → merci pour l'accueil ! oui petite nouvelle heureuse de te faire plaisir rien qu'en débarquant uhu. j'espère que tu ne seras pas déçue ! Ah et au passage, j'adore ce prénom 'Sveltana' c'est très joli **

Cassidy → mooh merci beaucoup *^* je dois dire que ton personnage (oui j'ai regardé ta fiche du coup) (surtout que t'es la maman de Kaïnan donc voila je ne pouvais faire autrement, en tant que future belle-fille /sors) est très classe j'ai beaucoup aimé ♥

Et plop; j'en profite pour signaler que ma fiche est terminée, j'espère que cela conviendra et je m'excuse, j'ai un peu bâclée du coup ;_;
mais voila je vous livre Petra ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
» Svetlana Linder
Co-fonda en poncho

avatar
Co-fonda en poncho


Messages : 1723
Date d'inscription : 26/03/2015
Pouvoir : magnétisme
Classe : Servante de Lysander
Pins : 428

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: "The Dragonborn Comes" → P E T R A Jeu 4 Juin - 14:25

Bah y'avait vraiment pas de quoi trembler, c'est tout niquel miguel :D
Je te valide donc, encore bienvenue chez nous ♥

_________________


Merci à Fallone pour l'avatar ♥ // Svetlana parle en darkred // Fiche & Liens

Svetlana dans 5 ans:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cptn-unicorn.tumblr.com/
» Fallone Rendell
Fonda pour la paix des fleurs

avatar
Fonda pour la paix des fleurs


Messages : 1218
Date d'inscription : 26/03/2015
Pouvoir : Guérison
Fiche : www

Relations : www
Classe : Reion
Pins : 343

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: "The Dragonborn Comes" → P E T R A Jeu 4 Juin - 15:37

Bienvenuuuue !
J'adore ton avatar. *^* J'aime bien ce côté de la transformation encore incomplète, c'est tout chou et ça peut donner tellement d'élément rp. J'espère que tu te plairas parmi nous ! :3

_________________

fallone parle en #ff9900
semi-présente, activité réduite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kings-society.forumactif.com
» Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: "The Dragonborn Comes" → P E T R A

Revenir en haut Aller en bas

"The Dragonborn Comes" → P E T R A

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LES CITOYENS :: LA LISTE CITOYENNE :: Admis-