top site

top site

top site

top site




INFORMATIONS ▲
▬ Nous recherchons activement des marqués et humes, merci de privilégier ces classes ♥
▬ Le premier event, bal organisé par le couple royal, à débuté. Soyez nombreux à participer !

Partagez|

Jill Boly.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
» Jill Boly
Hume

avatar
Hume


Messages : 109
Date d'inscription : 14/05/2015
Pouvoir : Néant.
Fiche : http://kings-society.forumactif.com/t175-jill-boly
Classe : Hume.
Pins : 147

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Jill Boly. Sam 16 Mai - 23:43

Jill Boly

Tae4021, Zerochan
Nom ▬ Boly.
Prénoms ▬ Jillian Claire Maria - dite simplement Jill.
Age ▬ Va sur ses 24 ans.
Sexe ▬ Féminin.
Classe ▬ Hume.

Pouvoir ▬ Néant.

Description psychologique ▬ Jill Boly est née dans un milieu social peu élevé, et y a vécu toute sa vie, aussi pourrait-on supposer qu'il s'agit d'une femme sans éducation. Elle a en effet mis un terme à ses études à seize ans, peu avant la naissance de son fils, et n'a par conséquent pas eu le loisir d'entrer dans une université ni même d'achever ses études secondaires. Néanmoins, Jill est une lectrice invétérée, et ses nombreuses lectures ont eu l'avantage de lui élargir l'esprit, de lui permettre d'acquérir une certaine forme de culture et de ne pas analyser le monde dans une ignorance complète. Jill est donc une personne qui possède une opinion claire sur divers sujets, et qui a appris avec le temps à exprimer cette opinion, malgré sa timidité, sa peur, et sa voix qui n'est jamais forte.

Jill est quelqu'un de déterminé, d'intelligent et - peut-être - de révolté (il suffirait de lui faire découvrir cet aspect de sa personnalité). Cruellement déçue - entre autres - par les conditions de vie qu'elle a obtenues sur l'île, qu'elle espérait naïvement être un refuge, Jill est emplie d'injustice, de fureur, de tristesse. Sous son apparence décharnée et vulnérable se cache une certaine puissance spirituelle ; un désir de liberté, d'indépendance, un souhait illusoire de paix et d'existence douce.

Jill, quelquefois cynique, quelquefois acerbe, est une femme que les événements ont aigrie. Méfiante, elle redoute la lâcheté, la violence qui se cachent en chacun de ses congénères - et en elle tout autant. Elle craint ses supérieurs, leurs décisions prises sans consulter le menu peuple, leurs doctrines, leur force et leur pouvoir. Angoissée face à l'avenir, angoissée face à ses responsabilités, angoissée face au devenir de ses enfants, Jill se trouve dans une situation précaire et elle en est effrayée.

Qu'a-t-elle à offrir à ses enfants, elle qui leur avait promis des jours meilleurs ?

Description physique ▬ Humaine de taille moyenne, déjà usée par la vie, Jill Boly n'a rien d'imposant ni de majestueux. Sous ses vêtements bon marché se cache un corps trop maigre ; efflanquée, ébouriffée, elle donne l'impression d'être fort vulnérable. Jill ne possède pas une grande puissance physique, assez toutefois pour savoir porter des seaux d'eau sale ou effectuer n'importe quelle tâche subalterne. Aussi le sentiment qu'il suffirait d'un choc d'épaules pour renverser cette silhouette mal vêtue, d'élever la voix pour assourdir cette autre voix murmurante, s'installe-t-il rapidement. Il n'est pas difficile de se sentir supérieur à Jill Boly.

Cette femme de vingt-trois ans qui en paraît trente a une voix faible, des mains fines usées par les produits employés pour entretenir les ménages d'autrui, jaunies par la tabagie ; un visage long et pâle aux traits fins encadré par des cheveux ondulés sombres, à peine coiffés. Ses yeux marron clair ont un regard méfiant, ils guettent un mouvement brusque, un indice d'intention mauvaises. Lorsque ce regard est effrayé, ils enlaidissent la figure entière.  

Jill porte sur le dos des vêtements simples, souvent déjà portés par quelqu'un auparavant. La plupart du temps, son style vestimentaire se compose d'une chemise blanche, d'une jube en jean et d'un foulard en soie bleue. S'il fait froid, Jill sera vêtue d'un long manteau noir. S'il pleut simplement, elle préférera un imperméable beige. Ses chaussures sont faites de toile. Elles sont sales et décolorées.

Jill se traîne sans grâce sur l'île, avec un visage fermé, une apparence médiocre et pour unique trésor matériel un pendentif en forme de hibou. Ses deux enfants la suivent, qui lui ressemblent.

Histoire ▬ Jill Boly, dont le nom au complet est Jillian Bolivan (mais qui s'appelle elle-même simplement Jill Boly), est née voici presque vingt-quatre ans, dans un quartier pauvre d'une ville irlandaise. Son enfance s'est principalement déroulée dans ce quartier, que ce soit à l'école communale, à la plaine de jeux rongée par des tags, ou dans le petit magasin que tenaient ses parents. Peu d'événements ébranlaient la routine quotidienne ; les disputes avec Gabriel, son frère aîné, étaient courantes, les humiliations à l'école primaire tout autant, ainsi que les déboires des parents avec leurs nombreuses dettes et leur boutique qui ne marchait pas aussi bien qu'ils l'avaient espéré. De cette période de son existence Jill n'a pas énormément de souvenirs chéris, ni même précis. Elle peut se remémorer les jeux avec une voisine, la jalousie qu'elle ressentait envers Gabriel à qui les parents laissaient plus de liberté car il était l'aîné, les visages anéantis de ces mêmes parents lorsque, quatre ans après la naissance de Jill, la mère mit au monde un enfant mort-né ; mais il lui est difficile de placer ces souvenirs dans un ordre particulier, de plus sa mémoire les a souvent embellis – ou, au contraire, enlaidis. Rien n'est fidèle.

Jill se souvient des moments où sa mère l'attrapait et la serrait contre elle, subitement, sans prononcer un mot, comme si elle craignait de voir sa fille mourir et désirait la protéger. Jill se souvient de ses parents comptant et recomptant le montant de leurs factures, impôts, reçus, revenus. Jill se souvient du petit magasin à l'enseigne lumineuse, mal situé dans un croisement de rues, et de sa chambre qu'elle partageait avec Gabriel et d'où ils entendaient continuellement passer le train et les voitures. Jill se souvient des promenades en hiver au bord du fleuve, en compagnie de son père, quand ils jetaient tous les deux du pain aux canards et aux mouettes. Jill se souvient d'un chien blanc qui la suivie, et qu'elle a dû chasser, le cœur lourd, avant d'arriver à la boutique, car sa mère ne tolérait pas d'animaux chez eux.

De son adolescence, Jill conserve un goût amer et un sentiment d'égarement total. Elle se rappelle en avoir assez de la scolarité, des professeurs, des devoirs, des cours qu'elle juge alors inutiles. Elle se rappelle que ses parents ne la poussent pas à travailler, ne lui posent jamais aucune question sur son ressenti ni sur ses études. Jill observe le monde qui s'offre à elle, la ville minable, le fleuve pollué, les autres adolescents qui l'entourent et ne sont pas mieux lotis qu'elle. Elle l'observe, ne le comprend pas, se prend de haine pour lui, rêve, lit, construit des univers, ignore sur quel pied danser.
Jill se trouve laide, un garçon nommé Ernest le lui confirme souvent, à l'école, et la blesse si profondément qu'elle se demande si un jour elle en guérira.

A quinze ans Jill sèche les cours qu'elle ne supporte plus, erre dans la ville, va retrouver son frère au garage où il travaille. Il proteste pour la forme, lui dit de retourner à l'école, mais au final lorsqu'il a achevé son labeur, ils se baladent ensemble au bord du fleuve et fument, en essayant de retrouver quelque chose, sans parvenir à déterminer quoi.

A seize ans Jill écrit une fiction dans un cahier d'écolier, son écriture est hésitante, les phrases disparates, le résultat peu encourageant. Pourtant, le rêve de devenir écrivain palpite toujours en elle. Peu après avoir écrit cette nouvelle, Jill se retrouve à flirter avec Ernest, qui, quelques mois plus tard, rend son ventre bien rond.

A dix-sept ans Jill ne suit plus d'études, ne parle qu'anglais, ne connaît du vaste monde que ce qu'elle en a lu, et se retrouve avec un bébé, un garçon de son âge à épouser, un ménage à entretenir, une vie à mener. Son fils Charlie dans les bras, Jill est poussée par sa famille à se marier avec Ernest. Bien que celui-ci soit loin d'être le compagnon dont elle rêvait, durant les nuits de ses quinze ans, il est une chance d'échapper à l'univers de moins en moins enchanteur de la boutique, de la mère qui fume comme une cheminée et du père qui boit comme un trou. Jill et Ernest se mettent donc en ménage, à presque dix-huit ans, et Ernest a la lumineuse idée d'aller vivre chez son propre père, pour faire des économies.

Ernest, guère meilleur élève que son épouse, est apprenti maçon. Jill, quant à elle, est au chômage, et passe ses journées avec son beau-père et son fils de quelques mois. Rapidement, la cohabitation avec le père de son époux la rend folle. Ce n'est pas ce qu'elle espérait. Ce n'est pas la vie à laquelle elle aspirait. Elle ne s'attendait pas à être si vite enchaînée à une routine détestable. Elle ne s'attendait pas à avoir envie de fuir. Elle ne s'attendait pas à être unie à quelqu'un dont elle ne partage que peu de points de vue et qui possède un tempérament qu'elle juge de plus en plus détestable lui aussi. Elle croyait qu'Ernest avait mûri, qu'il n'était plus la sale teigne de jadis, c'était l'impression qu'il donnait malheureusement le maquillage n'a pas tenu longtemps.

Jill accepte la vie chez son beau-père jusqu'à ce que Charlie ait deux ans. Une amie lui indique alors un appartement à louer, et Jill bondit sur l'occasion. Elle parvient à obliger Ernest à déménager, et tous trois s'installent dans leur nouveau logis, un appartement deux-pièces qui s'avère vite être trop étroit. Mais Jill a déniché un emploi de femme de ménage, aussi met-elle son fils à la crèche et travaille-t-elle, et se rend-elle moins compte de la misère du loyer en étant occupée. Peu de temps après, la famille s'agrandit d'un membre, une petite fille que l'on appelle Emily.

Et le temps défile.

Et Jill s'aperçoit qu'elle ne peut plus supporter Ernest. Des disputes éclatent entre eux de plus en plus fréquemment, empoisonnant leur vie et celle de leurs enfants. Au début, ils se lancent des paroles aigres, qui évoluent en insultes, qui évoluent en hurlements, qui dégénèrent en coups. En constatant à quel point son existence est devenue affreuse, Jill n'a plus qu'un rêve : fuir. Elle ne peut pas continuer ainsi, à travailler pour trois fois rien, à fumer autant que sa mère pour apaiser son esprit nerveux, à s'user la santé pour un ménage qui ne va pas, qui n'a jamais été, à subir les tensions qui existent entre elle et Ernest. Il faut qu'elle fuie, et qu'elle emmène les enfants avec elle.

Alors Jill économise, met de côté tout ce qu'elle peut. Elle s'échine à son travail peu valorisant de femme de ménage, même si elle l'a en horreur, pour gagner davantage. Elle ne parle à personne de ses projets. Elle a un secret, il l'aide à tenir, et quand les enfants pleurent, se plaignent du froid, ou la regardent avec effroi se quereller violemment avec leur père, elle leur promet que, très bientôt, tout cela changera.

Jill fait toutes les démarches nécessaires.

Le matin du grand jour, elle laisse Ernest aller au chantier comme d'habitude. Elle habille et nourrit les enfants comme d'habitude. Mais elle ne les conduit pas à l'école et ne se rend pas à son propre travail. Elle attrape une valise, y fourre tout ce qu'elle juge utile, et quitte l'immeuble avec les petits, à qui elle annonce qu'un grand voyage va être effectués. Ils sont excités et heureux de manquer l'école.

Ils vont en taxi jusqu'à l'aéroport, puis prennent l'avion pour Colin's Island. Jill est pleine d'espoir. Elle sourit quand Charlie est subjugué par la vue des nuages à travers les hublots. L'avion est à peine rempli. Il fait calme, et, là-bas, une vie paisible les attend.

Lorsqu'ils débarquent à Colin's Island, Jill est toujours aussi déterminée et confiante en l'avenir. Mais cette belle confiance se désagrège quand le train qui les mène vers leur ultime destination entre dans une gare minable du Quartier Sud. Jill en descend, sa fille de trois ans et son fils de six ans derrière elle. Ils sont seuls. Et l'avenir n'a soudain plus rien d'enjôleur.

Le joueur

Pseudo/Prénom ▬ Anaba. :3
Age ▬ 15 ans.
Blabla sur vous ▬ Je découvre le RPG humain avec ce forum, jusqu'ici j'étais habituée aux loups, j'espère que ce sera une aventure agréable !



Dernière édition par Jill Boly le Dim 17 Mai - 22:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Svetlana Linder
Co-fonda en poncho

avatar
Co-fonda en poncho


Messages : 1723
Date d'inscription : 26/03/2015
Pouvoir : magnétisme
Classe : Servante de Lysander
Pins : 428

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: Jill Boly. Dim 17 Mai - 0:26

Oooh chouette présentation que ça promet d'être ! :yeay:
Encore une fois ravie que tu nous aie choisis pour ton aventure humaine, héhé ♥
Si tu as des questions n'hésite surtout pas, et bon courage pour le reste de ta fiche !

_________________


Merci à Fallone pour l'avatar ♥ // Svetlana parle en darkred // Fiche & Liens

Svetlana dans 5 ans:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cptn-unicorn.tumblr.com/
» Jeremiah Crane
Tenancier du Café du Sentier Perdu

avatar
Tenancier du Café du Sentier Perdu


Messages : 126
Date d'inscription : 29/03/2015
Pins : 359

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: Jill Boly. Dim 17 Mai - 0:33

Ta fiche donne envie d'être lue c'est sur c:
Bonne chance pour ton adaptation, on mord pas promis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Fallone Rendell
Fonda pour la paix des fleurs

avatar
Fonda pour la paix des fleurs


Messages : 1218
Date d'inscription : 26/03/2015
Pouvoir : Guérison
Fiche : www

Relations : www
Classe : Reion
Pins : 343

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: Jill Boly. Dim 17 Mai - 17:48

Bienvenue par ici !
Contente de voir que tu découvres le rpg humain avec nous, j'espère que ça te plairas autant que nous. 8D Et super début de fiche, hâte de découvrir son histoire !

_________________

fallone parle en #ff9900
semi-présente, activité réduite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kings-society.forumactif.com
» Emilia Blake
Dragon

avatar
Dragon


Messages : 131
Date d'inscription : 30/03/2015
Classe : Dragon
Pins : 65

MessageSujet: Re: Jill Boly. Dim 17 Mai - 18:55

Bienvenue o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Jill Boly
Hume

avatar
Hume


Messages : 109
Date d'inscription : 14/05/2015
Pouvoir : Néant.
Fiche : http://kings-society.forumactif.com/t175-jill-boly
Classe : Hume.
Pins : 147

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: Jill Boly. Dim 17 Mai - 22:43

Merci pour votre accueil ! :3
La présentation de Jill est achevée, j'espère que l'histoire est crédible.

_________________
« N'aurait-on pas dit qu'elle avait demandé au ciel trente mille francs de rente et des égards ? »
L'Assommoir.

Jill est également
ICI.
Vous me retrouverez incarnant aussi Jolibelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Svetlana Linder
Co-fonda en poncho

avatar
Co-fonda en poncho


Messages : 1723
Date d'inscription : 26/03/2015
Pouvoir : magnétisme
Classe : Servante de Lysander
Pins : 428

Feuille de personnage
Inventaire:

MessageSujet: Re: Jill Boly. Dim 17 Mai - 23:06

Et ce que j'avais pensé se confirme avec ton histoire : la fiche est très bien écrite, c'est un vrai plaisir à lire ! Je te valide donc sans aucun soucis

Tu peux passer par la liste des métiers et les demandes de logement et commencer à rp dès maintenant !

(et l'avatar que tu as choisit au final est tout mimi ! ♥️)

_________________


Merci à Fallone pour l'avatar ♥ // Svetlana parle en darkred // Fiche & Liens

Svetlana dans 5 ans:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cptn-unicorn.tumblr.com/
» Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Jill Boly.

Revenir en haut Aller en bas

Jill Boly.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LES CITOYENS :: LA LISTE CITOYENNE :: Admis-